Rencontre avec Bruno Dayez

Le 28 mai 2019 de 19h00 à 21h00

carré DayezTropismes vous convie à rencontrer Bruno Dayez à l'occasion de la parution de son ouvrage "Les enfants du droit, essai sur le paternalisme juridique" aux éditions Samsa.

Paternalisme : manière de commander avec une bienveillance autoritaire et condescendante.

Qu’on le veuille ou non, avant même d’être venus au monde, nous étions déjà, et de manière indissociable, « sujets de droit » et « sujets du droit », puisqu’à la fois, le droit nous institue comme des personnes et nous assujettit à ses commandements. La liberté qu’il nous octroie a pour double limite ce qu’il nous interdit et ce à quoi il nous oblige. Il n’y a pas d’échappatoire à ce sort : nous sommes bel et bien, en ce sens, les enfants du droit.

Or, quelle est la vocation du droit ? Au-delà de la simple coexistence pacifique entre les individus, condition de possibilité sine qua non de toute vie en société, le droit semble s’immiscer dans le champ de notre liberté individuelle pour nous contraindre à faire ou nous empêcher de faire ce qui devrait dépendre de notre seule volonté. Et cela au nom d’une certaine conception de ce que devrait être notre bien, voire dépendre notre bonheur. Comme si le droit savait mieux que nous-mêmes ce qui est bon pour nous au risque de nous infantiliser.

Cette critique est-elle justifiée ? La vision morale de l’homme qui se dégage de l’analyse à laquelle se livre cet essai est-elle insupportablement moralisatrice ? Ou bien se défend-elle au nom d’une conception de l’humain qui fait primer sa dignité sur sa liberté ? Le débat mérite, en tous cas, d’être posé, car ses enjeux sont considérables pour l’avenir de notre liberté.

Bruno Dayez est avocat au barreau de Bruxelles et chercheur associé à l’Université Saint-Louis. Il a notamment publié «A quoi sert la justice pénale?», «Justice et cinéma», «Les trois cancers de la justice» et «Pourquoi libérer Dutroux? Pour un humanisme pénal». Il a co-écrit cet ouvrage avec Stéphanie Manneh, avocate au barreau de Bruxelles.

La rencontre sera menée par Manuela Cadelli, juge au tribunal de Première instance de Namur et présidente de l’Association syndicale des Magistrats.

Rencontre avec Eric Chevillard

Le 23 mai 2019 de 19h00 à 21h00

carré ChevillardTropismes vous invite à rencontrer Eric Chevillard à l'occasion de la sortie de son dernier roman "L'Explosion de la tortue" paru aux éditions de Minuit.


"Romancier, critique, blogueur, pamphlétaire et auteur d’albums pour enfants, Éric Chevillard, depuis trente ans, coule son œuvre dans bien des formes. La risée est son royaume et elle s’irise chez lui de toutes les nuances du spectre drolatique. Son humour grince, comme notre monde et ceux qu’il imagine. Ses chroniques du Monde des livres ont ulcéré le Landerneau littéraire, habitué à plus de « camaraderie ». Lui-même ne s’épargne pas les morsures : à l’en croire, il n’aurait pour (rares) lecteurs qu’un quarteron scrogneugneu de mâles vieillissants… Ce conteur d’univers à l’envers fait œuvre à part en transgressant délibérément la séparation des rôles. Romancier-critique ? Le trait d’union traduit mal l’originalité de la posture. Ce romancier se laisse posséder par la critique : il ne la pratique pas comme une fin, il la cultive comme le principe actif d’une écriture. Lire Chevillard, c’est donc interroger non seulement notre rapport à la littérature, mais encore notre rapport au monde."

La soirée sera animée par Sami El-Hage, libraire.

Rencontre avec Fatéma Hal

Le 15 mai 2019 de 19h00 à 21h00

carr Fatma Hal ConvertImage1Tropismes vous invite à rencontrer Fatéma Hal pour son roman "Le discours amoureux des épices" paru aux éditions Zellige.

Zahra, célèbre restauratrice, vient de terminer sa conférence sur les épices lorsqu’elle est abordée par un homme élégant et distingué. Se présentant comme Claude Freeman, homme d’affaires, il lui fait une demande étonnante : créer pour sa femme une composition d’épices unique. Il souhaite également être initié à la science et à l’histoire de ces précieuses denrées, en se rendant avec Zahra sur la route des épices, dont Venise en fut longtemps la capitale. “Votre prix sera le mien”, ajoute-t-il.Troublée, elle accepte. En Hollande, au Maroc, ils iront à la découverte de la noix de muscade, du macis, du safran, du carvi, de la nigelle, de la gomme arabique... Zahra finit par éprouver une attirance envers Freeman, même si elle nourrit peu d’espoir avec cet homme mystérieux qui aime tant sa femme. Dont il ne parle pourtant jamais... Qui est le véritable Freeman, pourquoi tant d’ombre sur sa vie, quel secret dissimule-t-il ?

"Le discours amoureux des épices" est un très beau roman d'amour et d'initiation aux épices (leur utilisation, l'histoire de leurs origines).

Fatéma Hal dirige Le Mansouria, le très réputé restaurant marocain à Paris. Elle est l'auteur de nombreux ouvrages sur la cuisine marocaine. Elle a reçu le prix François Rabelais 2016 pour son œuvre au service du patrimoine alimentaire en France et dans le monde.
Fatėma Hal est une conteuse des mille et une nuits... en une soirée qui s'achèvera par une dégustation de gâteaux marocains de Mansouria et de pralines de Pierre Marcolini.

Jacques Sojcher, sous le charme, dialoguera avec Fatéma Hal.

 

Rencontre avec Peter May

Le 14 mai 2019 de 19h00 à 21h00

Carré Peter MayTropismes vous invite à rencontrer Peter May pour la parution de son roman "La petite fille qui en savait trop" aux éditions du Rouergue dans la collection Rouergue Noir.

Bruxelles, 1979. Alors que Neil Bannerman, un journaliste d'investigation envoyé par le Edinburgh Post, découvre les us et protocoles de la jeune Communauté européenne, un homme d'un tout autre calibre arrive lui aussi du Royaume-Uni. Ancien combattant des forces armées britanniques, Kale est devenu un tueur professionnel redoutable et s'il a rejoint le continent c'est pour une exécution. Un crime qui serait parfait si une étrange petite fille, incapable de parler ni d'écrire, mais extraordinairement douée en dessin, n'en était le témoin. Tania saura-t-elle donner un visage à l'assassin de son père ? En aura-t-elle le temps ? Peter May lance un infernal compte à rebours dans la capitale belge, coeur de la vie politique européenne, épicentre de tous les jeux de pouvoir. Bannerman, l'Écossais impliqué à son corps défendant dans le meurtre d'un compatriote, pourra-t-il prendre de vitesse un assassin qu'aucune pitié n'a jamais arrêté ? Et, tandis que les autorités belges et britanniques s'acharnent à étouffer une affaire aux ramifications politiques, parviendra-t-il à démêler les motivations du meurtre d'un homme que beaucoup considéraient comme le futur Premier ministre du Royaume-Uni ?

Écrivain écossais, installé depuis une dizaine d'années dans le Sud de la France, Peter May a été journaliste avant de devenir l'un des plus brillants et prolifiques scénaristes de la télévision écossaise. Il se consacre désormais à l'écriture de ses romans, publiés en France aux éditions du Rouergue.

La soirée sera animée par Sophie Creuz, journaliste.

Rencontre avec Norman Ajari

Le 9 mai 2019 de 19h00 à 21h00

Carré Norman AjariTropismes vous invite à rencontrer Norman Ajari pour son livre "La dignité ou la mort ; éthique et politique de la race" paru aux éditions La Découverte et Les Empêcheurs De Penser En Rond.

Être africain ou afrodescendant, c'est provenir d'un peuple dont l'humanité fut contestée sur les plans juridique, scientifique, philosophique, théologique, économique, psychiatrique. On n'en continue pas moins à exiger des Afrodescendants qu'ils cessent de « ressasser », de « ruminer » l'histoire coloniale, répétant ainsi une vieille injonction esclavagiste à l'oubli des ancêtres et à la méconnaissance de la communauté d'origine. Pourquoi prendre la question sous l'angle de la dignité ? La dignité est ce que le Blanc essaie d'abolir lorsqu'il exerce sa violence sur le Noir. Mais c'est aussi ce dont le Blanc se prive lui-même lorsqu'il exerce sa violence sur le Noir. Enfin, c'est ce que le Noir réaffirme collectivement lorsqu'il s'engage contre la domination blanche. Lorsque la dignité d'un jeune Noir est prise d'assaut, lorsqu'il est violé ou assassiné par les représentants de l'État, c'est une longue histoire de luttes, de conquêtes et d'affirmation d'une humanité africaine qui vacille et tremble sur ses bases. La Dignité ou la Mort propose une implacable analyse critique de la tradition philosophique européenne. Mais c'est pour mieux renouer avec l'histoire méconnue de la pensée radicale des mondes noirs. Les révoltes d'esclaves, la négritude, les usages révolutionnaires du christianisme en Amérique du Nord et en Afrique du Sud, l'ontologie politique seront autant d'étapes d'un véritable parcours de libération. La dignité est la capacité de l'opprimé à tenir debout entre la vie et la mort.

Norman Ajari est docteur en philosophie et chargé de cours à l’université Toulouse Jean-Jaurès. Il est également membre du bureau exécutif de la Fondation Frantz-Fanon.

La rencontre sera animée par Sami El-Hage, librairie.

Rencontre avec Sarah Chiche

Le 7 mai 2019 de 18h30 à 20h30

Carré sarah chicheTropismes vous invite à rencontrer Sarah Chiche pour son roman "Les enténébrés" récemment paru aux Éditions du Seuil.


Automne 2015. Alors qu'une chaleur inhabituelle s'attarde sur l'Europe, une femme se rend en Autriche pour écrire un article sur les conditions d'accueil des réfugiés. Elle se prénomme Sarah. Elle est aussi psychologue, vit à Paris avec Paul, un intellectuel connu pour ses écrits sur la fin du monde, avec qui elle a un enfant. À Vienne, elle rencontre Richard, un musicien mondialement célébré. Ils se volent. Ils s'aiment. Elle le fuit puis lui écrit, de retour en France. Il vient la retrouver. Pour Sarah, c'est l'épreuve du secret, de deux vies tout aussi intenses menées de front, qui se répondent et s'opposent, jusqu'au point de rupture intérieur : à l'occasion d'une autre enquête, sur une extermination d'enfants dans un hôpital psychiatrique autrichien, ses fantômes vont ressurgir. S'ouvre alors une fresque puissante et sombre sur l'amour fou, où le mal familial côtoie celui de l'Histoire en marche, de la fin du XIXe siècle aux décombres de la Deuxième Guerre mondiale, de l'Afrique des indépendances à la catastrophe climatique de ce début de millénaire.
Sarah Chiche est écrivain, psychologue clinicienne et psychanalyste. Elle est l'auteur de deux romans : "L'Inachevée" et "L'Emprise" tous deux parus chez Grasset, et de trois essais : "Personne(s)", d’après Le Livre de l'Intranquillité de Fernando Pessoa aux Éditions Cécile Defaut, "Éthique du mikado, essai sur le cinéma de Michael Haneke" aux PUF et "Une histoire érotique de la psychanalyse : de la nourrice de Freud aux amants d'aujourd'hui" aux éditions Payot.

La soirée sera animée par David Courier, journaliste culturel.

Rencontre avec Jacques Darras

Le 25 avril 2019 de 19h00 à 21h00

carr Jacques Darras ConvertImage

Tropismes vous convie à une rencontre avec Jacques Darras à propos de "Van Eyck et les rivières dont la Maye" publié aux éditions le Castor Astral et "La gaufre vagabonde" sorti aux éditions Cours Toujours.

 « Qu'est-ce qui nous fait tellement aimer une frontière ? » Ce livre est un roman, ce livre est un poème. Il est écrit en prose, il est écrit en vers. Il s'intéresse à l'histoire, il a le souci de la géographie. Il circule à cheval dans le XVe siècle. Il franchit la frontière entre la France et la Belgique, la France et la Suisse, voyageant de Lille à Bruges, de Dijon à Bruxelles sur les routes de l'ancienne Bourgogne. Fil d'or souple unissant entre eux ces morceaux d'histoire dispersés, s'articulent les panneaux du célèbre Agneau mystique peint à Gand par Jan van Eyck. Après le Tome III "L'Embouchure de la Maye dans les vagues de la Mer du Nord," sorti également au éditions Le Castor Astral, 2017) ce « roman/poème » constitue le Tome IV du poème épique La Maye. 

Quant à "la gaufre vagabonde" paru aux éditions Cours toujours c'est une fantaisie poétique, un libre manuel de géographie, une chronique du Nord mais aussi une autobiographie, un récit d’enfance, une éloge de la littérature et de la poésie, une  galerie de portraits, un livre de cuisine… Pour Jacques Darras, la gaufre est bien plus qu’un simple gâteau populaire dans le Nord de la  France et en Belgique. C’est une matière à mémoire, la sienne, celle du petit garçon qui rêve de la fermière qui va traire le lait essentiel à la fabrication de la gaufre. Celle aussi de tout un territoire aux frontières floues et très personnelles, embrassant à la fois la Flandre et la Wallonie, zigzagant dans une Picardie « protestataire et protestante » entre la côte de la mer du Nord, Le Crotoy, Arras, et glissant même du côté de Vienne où un le célèbre tableau de Brueghel, Hiver, peut-être la première représentation picturale de la gaufre (deux gaufres volées à un enfant) semble être à la fois l’aiguillon et le point d’orgue de cette déambulation érudite et enjouée.

La soirée sera animée par Sami El-Hage, librairie.

Rencontre avec Martin Buysse

Le 27 mars 2019 de 19h00 à 21h00

carré Muzungu redimensionnéTropismes vous invite à rencontrer Martin Buysse à l'occasion de la parution de son roman "Muzungu" aux éditions Zellige.

Rwanda, printemps 1994. Depuis l'assassinat du président de la République, le pays a sombré dans la violence : dans le nord, un mouvement rebelle constitué de réfugiés tutsi a repris son offensive vers la capitale. Partout ailleurs, les Tutsi sont massacrés par des milices hutu à la solde du pouvoir décapité. Kigali, 28 avril. François est debout dans son appartement, face à la porte que viennent de refermer les miliciens. Derrière lui, une femme blessée souffle bruyamment. Ils la lui ont livrée pour s'assurer de sa fidélité à leur cause. Une cause qu'il a embrassée quelques années plus tôt, en Belgique, après s'être lié avec Robert, un Hutu rwandais. Une cause qui parlait de révolution sociale et de peuple majoritaire. Une cause qu'il a défendue par amitié, par idéal, peut-être pour tromper l'ennui. Une cause qui l'a vu, malgré les avertissements de sa soeur Charlotte, rédiger articles et pamphlets anti-Tutsi, à Bruxelles puis à Kigali où il s'est improvisé journaliste. Une cause que le souffle de cette femme lui retourne en pleine figure. Il prend alors une décision qui scellera son destin.

Avec ce roman, l'auteur nous raconte l'histoire d'un homme empêtré dans une aventure qui le dépasse et débouchera sur le dernier génocide du XXe siècle.

Physicien, Martin Buysse enseigne la géométrie à l'UCLouvain. Il découvre le Rwanda à l'occasion d'un séjour à l'Université catholique de Bukavu. "Muzungu" est son deuxième roman, après "La logique du sang" paru en 2013 également aux éditions Zellige.

La soirée sera présentée par Jean-François Grégoire.

Bruxelles demain? Débat avec Eric Corijn et Alain Deneef

Le 21 mars 2019 de 19h00 à 21h00

Tcarré Bruxelles demainropismes vous invite au débat autour de la question de l'urbanité et de la citoyenneté de demain interrogeant la problématique spécifique de Bruxelles qui doit faire face à de nombreux obstacles. Pour les renverser, il faut une vision.

Nous recevrons Eric Corijn, professeur à la VUBrussels pour la parution de son livre "Une ville n'est pas un pays. Plaidoyer pour la révolution urbaine."  aux éditions Samsa. "La majorité de l’humanité vit aujourd’hui en milieu urbain. Ce simple fait n’est pas vraiment intégré dans les analyses sociales ou politiques. Néanmoins, il s’agit d’une des plus profondes restructurations dans l’histoire de notre espèce. Et toute cette croissance se produit dans un contexte de mondialisation néolibérale. Le vingtième siècle nous laisse une planète confrontée à trois défis majeurs: le changement climatique, les inégalités sociales, les migrations et multicultures.  Ces défis se situent en premier lieu dans les villes et c’est là qu’ils devront être résolus. Mais pour ce faire, nous devrions aussi changer nos démocraties et nos politiques. Cet essai prend le pari de la révolution urbaine pour repenser la société post-nationale. Il propose un changement radical de gouvernance à partir de l’écosystème métropolitain. Une vision du monde du 21ième siècle doit remplacer celle du 19ième siècle qui domine la politique actuellement. Sous ces conditions la ville peut sauver le monde.
Nous recevrons également Alain Deneef pour l'ouvrage "Demain Bruxsels, une vision pour libérer notre ville" paru aux éditions petite collection politique écrit avec le think thank Aula Magna dont il est le secrétaire général et dont fait également partie Eric Corijn. "Bruxelles, une ville merveilleusement riche d'une population frondeuse et bigarrée qui préfigure l'Europe de demain. Bruxelles: une ville malheureuse entravée par un imbroglio institutionnel qui l'empêche d'avoir prise sur son destin. Ce n'est plus supportable. Cette ville multilingue et cosmopolite doit pouvoir devenir pleinement...ce qu'elle est déjà dans les faits. Les obstacles sont nombreux. Pour les renverser, il faut une vision. Cette vision nous l'appelons Bruxsels" Le débat sera mené par Henri Goldman (éditeur et rédacteur en chef de la revue Politique).

Entretien croisé entre Caroline Lamarche et Victoire de Changy

Le 19 mars 2019 de 19h00 à 21h00

carré Lamarche de ChangyTropismes vous convie à un entretien croisé entre Caroline Lamarche et Victoire de Changy.

Caroline Lamarche présentera son nouveau recueil de nouvelles "Nous sommes à la lisière" paru chez Gallimard. Ces neuf nouvelles nous placent à la lisière de deux mondes, là où se croisent humains en déroute et animaux semi-sauvages. Chacun tente de rejoindre l'autre, mais l'on ne sait qui, de la bête ou de l'humain, est en quête de protection.De quel envol blessé la cane Frou-Frou est-elle le signe ? Un cheval nommé Mensonge peut-il emporter une enfant loin du monde mensonger des adultes ? Comment un rat, un écureuil, un hérisson exorcisent-ils la folie, le deuil ou simplement l'ennui ? Que deviendra le nid des fourmis Lin, Clet, Clément, Sixte, Corneille et Cyprien après le passage de joyeux promeneurs ? En quoi un chat errant, un papillon sur sa fin sont-ils les messagers de l'amour ? Au sommet d'un arbre fragilisé par les bouleversements climatiques, que signale le chant obstiné de Merlin ? Autant d'existences menacées, mais libres à leur manière. Autant d'alliances discrètes, toujours sur le qui-vive.Dans un monde à la lisière du chaos, Caroline Lamarche allie la simplicité narrative à une sauvagerie souterraine pour dire l'interdépendance de toutes les créatures vivantes.

Victoire de Changy reviendra sur son dernier roman "L'île longue" paru aux éditions Autrement.
Sur un coup de tête, une jeune femme quitte Bruxelles et prend le premier avion pour Téhéran. Là-bas, elle rencontre Tala, qui a vingt ans, comme elle, « mais qui en a cent ». Tala vient de perdre sa mère, dont elle ignore tout. En lisant son journal intime, des indices les conduisent toutes deux sur « l'île longue » : c'est ainsi que l'on surnomme l'île somptueuse de Qeshm, au sable noir et aux eaux troubles. Entre mer et désert, une histoire tragique va alors se dévoiler, et avec elle l'histoire de l'Iran. En mettant à jour ce passé douloureux, Tala et la narratrice vont également vivre leur amour naissant. Mais l'existence n'est jamais libre dans « l'Iran qui ouvre ou qui ferme, qui tend ou qui prend ».
À travers une écriture envoûtante, Victoire de Changy noue avec brio les intrigues présentes et passées et confirme son talent d'écrivaine dans une quête familiale et amoureuse. "L’Île longue" est le second roman de cette auteure remarquée et prometteuse.

Rechercher dans notre stock

Newsletter

Contacts

11, Galerie des Princes
Galeries Royale Saint-Hubert
B-1000 Bruxelles

T. +32 (0)2 512 88 52

info@tropismes.com

Ouvert tous les jours

Lundi : 11.00 - 18.30
Mardi : 10.00 - 18.30
Mercredi : 10.00 - 18.30
Jeudi : 10.00 - 18.30
Vendredi : 10.00 - 19.30
Samedi 10.30 - 19.00
Dimanche : 13.30 - 18.30

 

oscar ungerer