Shakespeare pornographe ; un théâtre à double fond

Shakespeare pornographe ; un théâtre à double fond
Jean-Pierre Richard
Ed. Rue d'Ulm
Date de publication : 15/03/2019

Nul, au temps de Shakespeare, n’a su autant que lui transmuer l’obscénité verbale en énergie dramatique, jusqu’à produire sous l’intrigue officielle de ses pièces un tout autre spectacle, fait des péripéties salaces du langage lui-même.

C’est à cette production parallèle, à cet autre théâtre, le plus souvent désopilant, que nous sommes invités à assister ici. On y découvre un pan méconnu du génie créateur de Shakespeare. Car ce montreur d’hommes est aussi un pornographe hors pair, assurément le plus doué de sa génération. De sa première à sa dernière (39e ?) pièce, il a cultivé systématiquement une double entente saturée d’obscénité, qui va bien au-delà de la trouvaille ponctuelle, dans le cadre d’une véritable stratégie dramaturgique de l’équivoque.

Ce voyage d’exploration pourra éclairer les anglicistes, les traducteurs ou les gens de théâtre. Il se lit aussi comme un recueil des mille et un contes grivois qui composent, pourrait-on dire, le Décaméron de Shakespeare.