Tulipe

Tulipe
Sophie Guerrive
Ed. 2024

L’Ours Tulipe, contre son arbre adossé, regarde s’agiter vainement ses compagnons : Crocus le Serpent combat son anxiété par une activité de tous les instants, l’oiseau Violette cherche un moyen d’entrer en contact avec le Soleil, son amoureux, et le Caillou désespère de n’être qu’un caillou. La vie ? Un sacré sac de petits tracas et de grandes contrariétés. Mais comme le dit si bien Crocus, avec des pauses crêpes, ça passe.

Acheter chez Tropismes : Tulipe

Weegee

Weegee
Max de Radiguès & Wauter Mannaert
Ed. Sarbacane

Fin des années 30, New York, Lower East Side, le terrain de chasse privilégié de Weegee (de son vrai nom Arthur Fellig). Dans sa voiture, une radio branchée sur les fréquences de la police ; Weegee, cigare, imper et chapeau mou, photographie à tombeau ouvert la vie nocturne et brûlante des bas-fonds de Big Apple : accidents, corps carbonisés, incendies, « passants-voyeurs »… Mais aussi, déshérités, Noirs, petits bonheurs… Weegee est l’observateur – au vitriol – des inégalités et des discriminations de l’Amérique de la Grande Dépression.

Acheter chez Tropismes : Weegee

Culottées : des femmes qui ne font que ce qu'elles veulent

Culottées : des femmes qui ne font que ce qu'elles veulent
Pénélope Bagieu
Ed. Gallimard

Quinze récits mettant en scène le combat de femmes d'origines et d'époques diverses, qui bravèrent les normes sociales de leur temps : Margaret, une actrice hollywoodienne, Agnodice, une gynécologue de l'Antiquité grecque qui se fit passer pour un homme afin d'exercer sa profession, Lozen, une guerrière et chamane apache, etc.

La fille sans culotte

La fille sans culotte
El Don Guillermo
Ed. Misma

Une fille qui veut être prise en photo sans culotte dans un jardin, une voisine un peu trop curieuse, une « bad-girl » qui fait tout pour ne pas ressembler à sa mère, des nanas qui parlent de bébés en fumant des gros pétards, une vieille dame qui photographie des zizis, une adolescente qui s’éprend d’un homme-poisson et un garçon qui, lui, voudrait bien devenir une fille…

LA FILLE SANS CULOTTE est un recueil de nouvelles dans lesquelles El don Guillermo s’amuse avec les fantasmes et les pulsions de ses personnages.
En partant de situations quotidiennes ou anodines, il imagine des revirements étranges et entraîne le lecteur dans les méandres du désir.
Au détour d’une page, il est alors normal d’apercevoir une créature des lagons flirter avec une adolescente ou un fantôme revenir donner des conseils à la jeune fille qu’il était autrefois.

Acheter chez Tropismes : La fille sans culotte

Bible: les récits fondateurs

Bible: les récits fondateurs
Frédéric Boyer & Serge Bloch
Ed. Bayard

 Un livre et un dessin animé qui racontent 35 des plus grands récits de l’Ancien Testament… C’est le pari audacieux d’un auteur et d’un illustrateur, Frédéric Boyer et Serge Bloch, qui offrent ici une vision totalement inédite de cette œuvre fondatrice.
Raconter la Bible, c’est raconter le monde dans lequel nous vivons. On y parle migrations, guerres, amours et pouvoir, on y lit fratricide, jalousie, trahison, mort…
De Noé à Moïse, du Jardin d’Eden à la chute de Sodome, du meurtre d’Abel au jugement de Salomon, la bible nous raconte, nous, en tant qu’individu, en tant que société.

 

Acheter chez Tropismes : Bible: les récits fondateurs

L'arte della necessità

L'arte della necessità
Munoz Jos
Ed. Trichromia

Un magnifique portfolio, témoin de la vigueur du trait de Munoz, vient d'être édité avec soin par Trichromia. On retrouve dans ces planches en noir et blanc son sens de l'espace, du détail, du volume et de la lumière. Chaque trait, chaque mise en page respire la vérité du dessin.
Merci monsieur José Munoz.

Ars simia naturae

Couverture non disponible
Coch Frédéric
Ed. L'île du Serpent

Déjà auteur d'un magnifique « Hortus Sanitatis » aux éditions Fréon,

Frédéric Coché est sans doute l'auteur actuel qui s'inspire le plus de la peinture européenne des siècles passés. C'est aussi un des rares à travailler en gravures (eaux fortes). Dans chacun de ses dessins ressurgit un fragment évoquant Poussin, Rembrandt, Van Eyck ou Le Titien. Il mélange avec grande habileté figures sacrées et créatures mythologiques.
Ce petit livre a une dimension érotique forte (il inaugure d'ailleurs une série de livres érotiques). Mais, pour une fois en bande dessinée, l'érotisme ne nous laisse pas sur notre faim, consterné par la minceur du propos et finalement par le peu de désir engendré. Ici le désir dépasse l'idée purement sensuelle, il est une sorte de fleuve d'images, de corps, de bruits, de paysages. Mélange primitif et infantile, le désir est d'abord un dessein, un projet cosmogonique. Là où l'érotisme est souvent une affaire de huis-clos, de partie et pas de tout, ce livre nous en offre une histoire sans âge et sans limite, une illustration brillante et jouissive?

Enfer portatif

Couverture non disponible
Ayroles François
Ed. Casterman

L'esprit de A SUIVRE couve sous les cendres.

Enfer portatif, le nouvel indispensable dans la collection Romans de Casterman, collection qui accueille désormais les albums noirs et blancs du souffle de la revue A Suivre.
Venu de l'édition indépendante, François Ayroles produit un récit qui tire le meilleur de ses expérimentations passées. Le jeu de se donner une contrainte (un personnage aveugle et sur son dos un paraplégique) donne ces situations piquantes où le lecteur sait, mais les personnages secondaires ignorent, que le muet n'avouera pas.
Pierre et Paul sont sur la route, mangent les pigeons des champs tirés au lance-pierres (Paul dit plus à gauche, un peu plus et Pierre tire). Oui mais comment manger une fois arrivés dans la ville d'aujourd'hui. Il y a bien les pigeons des villes (mais les gardiens de parcs veillent au grain), les vernissages d'art contemporain (quelques brins de brocoli) mais sait-on à quoi peuvent mener les vernissages d'art contemporain ?
De rencontre en rencontres, les mailles du filet se resserreront toujours un peu plus autour de Pierre et Paul. Qui goûtera le premier au dindon de la farce (au tempeh)dans cette vision du quotidien tirée vers l'absurde parce que si bien observé et mis en scène ?

Tuesday

Couverture non disponible
Rope Jenni
Ed. Napa Books

La semaine au rythme finlandais de Jenni Rope, après MONDAY, voici TUESDAY

Paru aux éditions Napa, basées à Helsinki, un nouveau petit bijou de dessin indépendant, mélange de collage et d'aquarelles subtiles. Une histoire simple et épurée comme le Big Man de Mazzuchelli. Une femme lui téléphone, il répond que pas ce soir. Pourquoi ?

Chez le même éditeur, tout aussi curieux et intéressants, vous trouverez chez Tropismes Jeunesse:
Monday de Jenni Rope
I'm with stupid de Kasper Strömman
Yellow Bird de Katia Rapia
Aikuinen Seikkailee de Jussi Karjalainen Jr
Anthologie Napa 04

Shiro Yuki. Les contes du 7ème souffle, 2ème tome

Couverture non disponible
Eric Adam (scénario) et Hugues Micol (dessin)
Ed. Vents d'ouest

Japon, au début de l'ère Edo, quelque part entre le XVIIème et le XVIIIème siècle...

Toho Daisuke est un jeune et beau samouraï désormais sans maître. Il parcourt l'archipel à la recherche de l'aventure, animé du septième souffle... Septième souffle, souffle épique et romantique s'il en est...
Au détour d'un chemin, il croise une petite fille âgée de six ans, Shiro Yuki. Elle lui raconte, affolée, qu'elle est traquée par des tueurs à la solde de la cruelle Saori, qui l'a spoliée de son héritage. Excellent samouraï, Daisuke tue les hommes sans peine et se met à son service...
Le graphisme est splendide, et nous propose une réelle alternative au dessin classique. Micol a choisi une voie difficile, il s'adapte au style japonais sans le copier ou le dénaturer. On sent bien sûr qu'il est imprégné d'estampes japonaises, mais il en tire un dessin beaucoup plus agressif, presque primitif et il joue avec le clair obscur de manière splendide.
Son dessin a la caractéristique d'être épuré sans être minimal. Il sait nous faire ressentir la forêt, les sous-bois avec une grande intensité. Nous pénétrons dans des gargotes japonaises, nous croisons le fer avec des malandrins, tout ça grâce à la finesse du travail des attitudes de Micol, à son sens de la mise en espace. Les personnages ont toujours ce côté théâtral et posé typique du genre japonais. On se souvient de Kogaratsu, qui inaugura en quelque sorte le genre japonais samouraï en bd(en Europe). Le style épique était déjà très bien exploité par Michetz, mais rétrospectivement on peut lui reprocher d'être trop lisse, trop enfantin. Alors que Micol...