Le surréalisme au cinéma

Le surréalisme au cinéma
Kyrou Ado
Ed. Ramsay/Cinéma

Publié pour la première fois en 1952

Quel est le point commun entre Le Cuirassé Potemkine, Frankenstein, Viridiana et Helzapoppin? Ces grands classiques, Ado Kyrou les revisite et les transcende avec admiration ou colère, avec humour ou audace. Toujours avec érudition, il bouscule l'établissement des genres, chamboule la hiérarchie des acteurs, fait l'éloge de films mineurs. Mais il se plaît aussi à rendre un vibrant hommage à Greta Garbo, «l'idole», à Marlène Dietrich, à Gene Tierney et bien sûr à la magique, à la magnétique, Louise Brooks. Quant à l'incontournable Buñuel, il n'est autre à ses yeux que «l'homme, le torrent, le fauve, qui a prouvé que le surréalisme peut et doit exister au cinéma».

Après avoir fondé L'Âge du cinéma, Ado Kyrou rejoint en 1953 la revue Positif. C'est contre Les Cahiers du cinéma, contre un certain François Truffaut, défenseur de La Nouvelle Vague, qu'il s'engage passionnément avec ses amis. Ces chasseurs de rêves éveillés sont en quête d'un cinéma qui «coupe l'oeil comme le rasoir du Chien andalou pour atteindre ce qui, dans l'homme, cherche perpétuellement sa liberté». Une autre querelle des Anciens et des Modernes est née, qui alimenta pendant des décennies les gazettes des cinéphiles.
Présentation de l'éditeur

Le surréalisme d'Ado Kyrou est l'enfant de Dada, comme celui d'André Breton et de Benjamin Péret. Du merveilleux à l'expressionnisme allemand, de la force sublimée des films d'amour au cinéma russe révolutionnaire, l'auteur nous transmet, non sans ardeur, un apport théorique remarquable.

Ecrit à la main. La lettre manuscrite à l'ère du numérique

Ecrit à la main. La lettre manuscrite à l'ère du numérique
Steven Heller & Mirko Ilic
Ed. Thames & Hudson

Ces dernières années ont été marquées dans le domaine de la typographie par un grand retour de l'écriture manuscrite. De plus en plus, campagnes publicitaires, pochettes de disque, couvertures de livre, affiches de concert et logos arborent des textes écrits à la main de façon apparemment spontanée. Pour la première fois, un livre offre un panorama de cette pratique à travers de très nombreux exemples provenant du monde entier.

Les deux auteurs, grands spécialistes du graphisme, ont choisi d'analyser les différentes apparences que peut revêtir l'écriture manuscrite dans la création contemporaine : écriture griffonnée voire gribouillée, lettres grattées, raclées ou gravées, calligraphie souple et sinueuse, lettres brodées, imitations de véritables caractères d'imprimerie, lettrage ombré, caractères métaphoriques, lettrage de bande dessinée souvent comique ou satirique.
A l'ère de la typographie numérique et du graphisme assisté par ordinateur, Ecrit à la main privilégie des oeuvres plus expressives et personnelles et nous propose un ensemble exceptionnel de créations, souvent époustouflantes de maîtrise, qui constitue une source d'inspiration remarquable pour tous ceux qui s'intéressent au graphisme.
Présentation de l'éditeur

Dada

Dada
de l'exposition du Centre Pompidou Catalogue
Ed. Centre Pompidou

Conçu comme un 'annuaire dada', à la façon d'un bottin ou d'un abécédaire, imprimé sur papier fin et en parfaite adéquation graphique avec le sujet traité, l'ouvrage réunit l'ensemble le plus complet à ce jour de documents, correspondances, oeuvres participant de l'esprit dada, dont un grand nombre d'inédits.

Il représente une somme documentaire majeure sur ces années 1915-1924 durant lesquelles - de Zurich à New York en passant par Berlin, Hanovre, Paris et Cologne - quelques-unes des figures essentielles de l'histoire de l'art - Marcel Duchamp, Picabia, Man Ray, Kurt Schwitters, Hannach Höch, Jean Arp, Hans Richter ...- ont défini les grandes lignes de leur pratique artistique.

L'ouvrage est complété par de courtes synthèses sur des lieux, oeuvres, thèmes et événements dada, par la chronologie la plus documentée à ce jour sur le dadaïsme établie par Matthew S. Witkovsky et par une bibliographie qui en font l'outil de référence indispensable sur le mouvement Dada.
Présentation de l'éditeur

CD Dada Antidada Merz

CD Dada Antidada Merz
Arp, Schwitters & Hausmann
Ed. Sub Rosa

Ce CD édité et présenté par Marc Dachy reprend 14 textes lus par Hans Arp en 1961, la fameuse Ursonte de Kurt Schwitters et sept pièces (de 1918 à 1946) de Raoul Hausmann, enregistrées en 1956 par Henri Chopin ainsi que deux documents de 1959. Le CD est accompagné d'un livret trilingue allemand, français et anglais.

CD Lunapark 0,10

CD Lunapark 0,10
Collectif
Ed. Sub Rosa

Le label Sub Rosa se spécialise depuis plusieurs années dans le domaine des archives, rendant 'classiques' de nombreuses publications : après William Burroughs, Paul Bowles, Antonin Artaud et avant les enregistrements complets de James Joyce, Raymond Carver ainsi qu'une anthologie sur 'Fluxus', voici enfin Lunapark !
Le concept du CD a été mis au point par l'écrivain et critique Marc Dachy : on y trouve un panorama des écrivains et des artistes d'avant-garde les plus importants du siècle passé. Tout ce qu'on y entend est lu par les artistes eux-mêmes. Les documents les plus anciens datent de 1912 et les plus récents, des années septante.
Avec les enregistrements originaux de :

GUILLAUME APOLLINAIRE
VLADIMIR MAIAKOVSKI
RICHARD HUELSENBECK
KURT SCHWITTERS
JAMES JOYCE
GERTRUDE STEIN
ANTONIN ARTAUD
TRISTAN TZARA
CAMILLE BRYEN
MARCEL DUCHAMP
E. E. CUMMINGS
BRION GYSIN
JULIAN BECK
GHERASIM LUCA
FRANCOIS DUFRENE
PIERRE GUYOTAT
AUGUSTO DE CAMPO

En avant dada. L'histoire du dadaïsme

En avant dada. L'histoire du dadaïsme<br />
Huelsenbeck Richard
Ed. Bourgois

%En avant dada de Richard Huelsenbeck, co-fondateur en 1916, avec Hugo Bell (oeuvre complète aux Presses du réel, en cours de publication), du Cabaret Voltaire et de dada Zürich, puis initiateur, avec Raoul Hausmann, de dada Berlin. Ce premier bilan paraît à Berlin, en 1920, en même temps que son Almanach dada (nouvelle édition française fac-similé en 2001).
Rien là de cultureux, mais un manifeste de l'instant présent contre l'engluement culturel officiel ou marginal dont on se gargarise, en 1920 comme en 2000. Ouverture du front mondial du fou-rire.
Présentation de l'éditeur%%

Les Fleurs du Mal illustrées par la peinture symboliste et décadente

Les Fleurs du Mal illustrées par la peinture symboliste et décadente
Baudelaire Charles
Ed. Diane de Selliers

Ce livre d'art comprend l'intégralité de l'?uvre poétique des Fleurs du Mal dans la deuxième édition (1861) augmentée des Épaves (1866) et de l'édition posthume (1868), 164 poèmes mis en abyme et en résonance harmonique avec les ?uvres symbolistes et décadentes les plus significatives.

Ces choix d'?uvres soulignent les « correspondances », terme éminemment baudelairien, entre deux univers, le poétique et le pictural, qui se renvoient l'un à l'autre dans un jeu complexe et subtil de miroirs aux reflets infinis.

Cette inédite confrontation restitue, au-delà des interprétations souvent convenues, à chaque poème son pouvoir souverain.

Invitation à la relecture d'une ?uvre majeure de la littérature, ce livre consacre l'influence déterminante des Fleurs du Mal sur les artistes de la seconde moitié du XIXe siècle.

Chef d'?uvre d'une époque en pleine mutation, annonçant la fin d'un siècle troublé, Les Fleurs du Mal ouvrent une ère de puissante création artistique et littéraire. Les artistes sont exaltés par la nécessité de trouver de nouvelles formes d'expression. Avec Les Fleurs du Mal, la poésie française entre dans la modernité.

Baudelaire : écrivain du réel et de la profondeur de l'âme

Héritier du Romantisme, Charles Baudelaire va le dépasser, libérer les pouvoirs intérieurs de sa conscience, exprimer les méandres de l'âme, transgresser les tabous et créer une poésie où rêve, mélancolie, solitude, détresse, révolte, dépravation, péché, néant vont côtoyer les rives de l'amour et effleurer le ciel.
Ce dandy désenchanté, qui choisit d'explorer des champs poétiques inédits afin d'extraire « la beauté du Mal », inaugure les thèmes phares du Symbolisme et de la Décadence : la quête de valeurs existentielles, l'érotisme, la mort, le Spleen, la solitude, l'ésotérisme, le mysticisme, le mystère, l'étrange et le grotesque. Poètes et artistes de toute l'Europe s'en emparent.

Une recherche iconographique de grande envergure a mené Diane de Selliers et son équipe à la découverte de collections rares et inédites : un véritable périple à travers la Belgique et ses trésors cachés, depuis les musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles au musée provincial Félicien Rops de Namur, en passant par les galeries bruxelloises qui regorgent de dessins, lithographies et de gravures insoupçonnés.
Sans oublier les collections des plus grands musées d'Europe du nord comme la Bibliothèque nationale de France, l'Abertina de Vienne qui possède une collection d'?uvres d'Alfred Kubin époustouflante, le Kunstmuseum de Berlin ou encore le musée Kröller-Müller à Otterlo.

Une esthétique européenne, fécondée essentiellement par les artistes du Nord

Parmi les artistes figurant dans cet ouvrage : les Belges sont très présents avec Félicien Rops (enlever les parenthèses), Léon Spilliaert, James Ensor, Jean Delville,? (enlever « également ») Les Autrichiens Alfred Kubin (enlever les parenthèses) et Gustave Klimt ; le Norvégien Edvard Munch ; les Français Odilon Redon et Gustave Moreau, mais aussi Delacroix, Courbet, Cézanne, Baudelaire, de Faure, Rodin, Gauguin, Victor Hugo, Bonnard, Carrière, Fantin-Latour, de Feure, Toulouse-Loutrec, Manet,? Les Allemands Carlos Schwabe, Arnold Böcklin, Max Klinger ; (enlever « le Hollandais? ») ainsi que des artistes anglais, polonais et russes, actifs essentiellement dans la seconde moitié du XIXe siècle. Figurent également quelques ?uvres du génie de l'expression plastique noire et brutale : l'Espagnol Francisco de Goya.

Cette superbe réalisation s'inscrit parfaitement dans un projet éditorial reconnu et salué par la critique comme par le public : restituer les plus grands textes de la littérature dans leur grandeur originelle par le biais de choix iconographiques aussi originaux qu'exceptionnels.

Avec le talent qu'on lui connaît, l'éditrice invite ses lecteurs à revivifier leur perception de cette ?uvre universelle, à en mesurer l'inquiétante et féconde étrangeté, à s'en approprier la beauté intemporelle.
Présentation de l'éditeur extraite du site http://www.editionsdianedeselliers.com

Attention : prix de lancement - 190 ?
Prix définitif à partir du 1er février 2006 : 230 ?

Weather Report. Une histoire du jazz électrique

Weather Report. Une histoire du jazz électrique
Delbrouck Christophe
Ed. Le mot et le reste/Formes

Lorsque Wayne Shorter et Joe Zawinul décidèrent de s'associer, ils n'étaient pas nés de la dernière pluie. L'un s'était forgé une réputation chez les frères Adderley avant de prétendre mener une vraie carrière solo. L'autre était considéré, aux vues de prouesses en tant qu'instrumentiste et compositeur au sein des Jazz Messengers, comme l'un des héritiers prodiges de John Coltrane. Surtout, ils avaient participé aux expériences de Miles Davis jusqu'à son émancipation électrique. Une étape charnière où le jazz dévia irrémédiablement pour revendiquer sa place dans le pandémonium des musiques populaires. On pensa alors que ces enfants de Miles, comme les autres, contribueraient à perpétrer les visions d'un mentor. Ce ne fut pas le cas. Wayne Shorter et Joe Zawinul échafaudèrent un autre courant, inconnu, où se rencontrèrent les musiques ethniques, le rock et l'innovation technologique à travers ce qui demeure depuis sa création l'une des formations les plus célébrées que le jazz moderne ait connue : Weather Report.

Ce livre retrace l'épopée de ces deux musiciens, depuis les années trente, leur parcours initiatique et les envolées des années soixante, puis, enfin la création et le parcours frénétique de Weather Report dans la mouvance électrique aux côtés du Return To Forever, des Headhunters, du Mahavishnu Orchestra, de Lifetime, plus tard de Steps Ahead, de leurs compagnons de route, Chick Corea, John McLaughlin, Carlos Santana, Herbie Hancock... des premiers synthétiseurs à l'apothéose du tube planétaire «Birdland», de la tragédie d'un authentique génie de la basse, Jaco Pastorius, jusqu'au dernier duel des années quatre-vingt avec Miles Davis. Une aventure humaine, riche et tortueuse, digne des musiciens de légende.
Présentation de l'éditeur

Archives Dada

Archives Dada
Dachy Marc
Ed. Hazan

 Marc Dachy, ce fin connaisseur du monde dada est mort le 8 octobre 2015. Il ne connaitra pas le centenaire de cet incroyable  mouvement qui a frénétiquement agité le cocotier des 'bienpensances' dès 1916 ...Son ouvrage incontournable ' Archives dada : chroniques' est toujours disponible avec un prix baissé à 48.25 euros. Voici ce qu'il en était dit en 2005:   

Dada désigne plus que des personnes, des événements, des attitudes, des procédures, des lieux et des moments éphémères, volatiles, insaisissables avec une seule base d'entendement, l'art comme arme contre la société c'est-à-dire la mort.
Propos de ces Archives : montrer à quel réservoir puisent des oeuvres 'droites, précises et à jamais incomprises', divulguer Dada comme une création continue de pensées et de concepts et non pas des images récupérables alors qu'elles appartiennent à la plus formidable protestation, la plus intense affirmation.
Ces Archives, augmentées d'une chronique détaillée, dressent une topographie des circonstances, pensées, images, manifestes, histoires d'individus et de groupes, intensités collectives, solitudes, amitiés, exclus, élus et disparus.
Dada : révolution absolue, soustraction intégrale à la folie de son temps, 'défiance envers la communauté', refus de 'l'anéantissement prochain de l'art' en faveur d''un art plus art'.
Marc Dachy met à la disposition du lecteur les textes originaux, déclarations théoriques et manifestes, souvenirs et témoignages, qui permettent de lire dans les mots mêmes des protagonistes l'histoire de ce mouvement, et de voir se dessiner le territoire dada à partir de témoignages et de nombreux inédits, hors d'atteinte, épars, complétés par une impressionnantes chronologie commentée de 1915 à 1968.
Ces Archives sont une arme 'contre l'oubli organisé', pour la vie et la liberté à réinventer.

Dada libertin & libertaire

Dada libertin & libertaire
Lista Giovanni
Ed. Insolite

Fruit de plusieurs années de recherche passionnée, ce Dada libertin & libertaire renouvelle radicalement les théories sur un courant artistique protéiforme et cosmopolite qui - revendiquant d'emblée une totale et inaliénable indépendance d'esprit - a profondément métamorphosé la vie culturelle et artistique du XXe siècle. Exploitant les recherches des avant-gardes qui l'ont précédé pour les mettre au service d'une créativité foisonnante et s'emparant de tous les moyens d'expression (collage, peinture, sculpture, photographie, danse, théâtre, musique, littérature, poésie), Dada a exploré - par sa détermination à désacraliser tant la forme que le sens - les domaines du non-sens et de l'absurde.
Après une traque inlassable des textes fondateurs et des documents originaux assortie d'un colossal travail d'analyse des informations recueillies, l'historien d'art Giovanni Lista, directeur de recherche au C.N.R.S., remet à zéro l'ensemble de la problématique. Convoquant les artistes les plus marquants du mouvement (Kurt Schwitters, Hans Arp, Francis Picabia, Raoul Hausmann, Tristan Tzara, Man Ray, Marcel Duchamp, George Grosz...) mais aussi les précurseurs et les suiveurs, l'auteur étudie leurs oeuvres comme ce qu'il convient d'appeler la 'philosophie dada'. Fort d'une démarche unique de synthèse, il propose - à travers la seule mise en perspective historique de Dada qui s'appuie sur une recontextualisation de l'époque - des angles d'approche inédits.
Ainsi, ce livre s'interroge sur la conception, consensuellement admise depuis les années 50, d'un Dada 'utopiste' : alléguant du libertinage comme source idélologique de Dada, l'auteur active le thème du nihilisme pour réévaluer l'humour et la provocation dada (et si Dada - ici envisagé sous le prisme du cynisme, déculpabilisé de toute norme et de toute morale utilitaire - n'était pas une 'avant-garde' ?). Ainsi, restitue-t-il le rôle méconnu mais crucial joué par les femmes comme la place de la danse au sein du mouvement. Ainsi, offre-t-il un outil à ce jour inexistant : un dictionnaire des dadaïstes présente, à travers une biographie détaillée des protagonistes, des informations jusque-là ignorées...
Résultat : un livre d'historien extrêmement documenté, rigoureux et sans concession. Une somme.
Présentation de l'éditeur