Sur la route du sel et du savoir

Sur la route du sel et du savoir
Bernard Chambaz, Tiziana & Gianni Baldizzone (photo)
Ed. Seuil

J'ai découvert le désert dans l'abécédaire de mes six ans. C'était à la lettre S: il n'y avait pas encore le SEL ni le Savoir, que je trouverais sur ma route grâce aux photographies rapportées par Tiziana et Gianni Baldizzone de leurs voyages en Mauritanie - dans le Grand Vide Intérieur - parmi les caravanes de sel et les bibliothèques de manuscrits savants. En revanche, le Sable s'étendit à perte de vue - comparable à celui du bac où j'avais joué au jardin public.

L'impression en fut peut-être assez forte pour que trente ans plus tard j'aille à mon-tour voir de mes propres yeux le désert. J'y retrouverais, en grand, le petit tas de sable du jardin et de mon abécédaire - preuve éclatante de la magie d'un beau livre d'images et, par définition, des mots.
Présentation de l'éditeur

Ecrits sur l'art

Ecrits sur l'art
Rothko Mark
Ed. Flammarion

Lettres à ses amis peintres - Barnett Newman, Robert Motherwell, Adolph Gottlieb -, récits de voyage en Europe, notamment à Paestum où Rothko affirme qu'il a «toujours peint des temples grecs sans le savoir», description d'étés en famille dans les campus américains où il donne cours, cahiers de notes où Rothko parle de l'importance du surréalisme, de Picasso ou de Miró, confessions amères sur le règne des marchands et des critiques d'art, manifestes et réponses à des conservateurs et à des critiques, ces Écrits sur l'art rassemblent tous les textes de Mark Rothko depuis ses débuts, en 1934, jusqu'en 1969, un an avant son suicide.

Confiés à des musées américains ou conservés par ses enfants, ces écrits étaient jusqu'alors inédits. Ils nous révèlent l'ambition de l'un des plus grands peintres du XXe siècle : «Les tableaux doivent être miraculeux : à l'instant où l'un est achevé, l'intimité entre la création et le créateur est finie. Ce dernier est un étranger. Le tableau doit être pour lui, comme pour quiconque en fait l'expérience plus tard, la résolution inattendue et sans précédent d'un besoin éternellement familier.»
Présentation de l'éditeur

Entretiens avec Francis Bacon

Entretiens avec Francis Bacon
Francis Bacon & David Sylvester
Ed. Skira

3ème édition

Depuis sa première parution en 1996, ce livre a été considéré comme un classique du genre, et cette réputation est devenue mondiale. En tant que discussion sur les problèmes de la création artistique aujourd'hui, il n'a pas seulement influencé les artistes, mais aussi les écrivains et les musiciens. On l'a d'ailleurs considéré comme le portrait le plus révélateur qui existe de l'un des artistes les plus singuliers de notre époque. Le souci obsessionnel de Bacon, à propos de la manière de rendre la forme humaine en peinture, trouve une expression unique dans ces rencontres avec le célèbre critique d'art David Sylvester, pendant vingt-cinq ans. Dans ces entretiens rebâtis de main de maître. Sylvester fournit une incomparable approche de la pensée, du travail et de la vie de l'un des génies créateurs de ce siècle.

Cette édition comprend l'intégralité de neuf entretiens traduits par Michel Leiris.
Présentation de l'éditeur

La condition urbaine. La ville à l'heure de la mondialisation

La condition urbaine. La ville à l'heure de la mondialisation<br />
Mongin Olivier
Ed. Autrement/Mémoires Histoires

Avec la mondialisation, nous voilà projetés dans l'' après-ville ', dans le ' post-urbain '. En Europe, nous étions habitués à voir la ville comme un espace circonscrit dans lequel se déroule une vie culturelle, sociale et politique rendant possible une intégration civique des individus... Nous voici maintenant confrontés d'un côté à des métropoles gigantesques et sans limites, et de l'autre au surgissement d'entités globales, en réseau, coupées de leur environnement. La reconfiguration en cours suscite l'inquiétude : allons-nous assister au déclin irrémédiable des valeurs urbaines qui ont accompagné l'histoire européenne ? La fragmentation et l'étalement chaotique vont-ils inéluctablement l'emporter ? Sommes-nous condamnés à regretter la palis grecque, la ville de la Renaissance, le Paris des Lumières, les grandes villes industrielles du XIX° siècle ?
En rappelant les éléments distinctifs qui composent l'expérience urbaine, Olivier Mongin pose les fondements d'urne réflexion d'aujourd'hui sur la condition urbaine. Nous vivons à une époque où l'information s'échange immatériellement selon des flux plutôt que dans des lieux : comment, dans ces conditions, refonder des lieux urbains accordés à notre temps ?
Présentation de l'éditeur

Création. Essai sur l'art contemporain

Création. Essai sur l'art contemporain
Sibony Daniel
Ed. Seuil/La couleur des idées

L'art contemporain suscite passion, perplexité, intérêt, mépris ou suspicion... selon les cas ; selon la manière dont ' ça choque ' nos identifications. Et si cet art, comme phénomène vivant, avait des enjeux
essentiels, qui touchent à notre rapport au monde, aux autres, au transcendant, à la valeur, et à cette chose étrange et galvaudée qu'on appelle la création ? En fait, qu'est-ce qui spécifie l'art contemporain ? Que s'y passe-t-il pour les artistes, pour les publics ? Où en sont leurs liens complexes, qu'on dit ' interactifs ' ? Comment se fixe la valeur de ces ?uvres singulières, qui sont souvent des cassures où éclatent jubilation et détresse, exaltation et défaite ? Que cherchent donc ces artistes sur l'arête où ils nous montrent à la fois la plénitude et l'angoisse, le désir et l'effondrement, le plaisir et son au-delà douloureux ? Comment ces narcissismes
enthousiastes et blessés deviennent-ils créateurs de réalité ? Pourquoi notre idée même de l'esthétique est-elle forcément bousculée, ainsi que notre notion d'identité - dont on sait la portée subjective et planétaire ? Ce livre - le trentième de l'auteur - répond de façon nouvelle, offrant une approche inédite à ceux qui veulent plonger dans l'inconscient de l'art actuel.
Présentation de l'éditeur

Rock'n'roll Babylone. 50 ans de sexe, de drogues et de tragédies

Rock'n'roll Babylone. 50 ans de sexe, de drogues et de tragédies
Herman Gary
Ed. Denoël/X-trême

'Si vous cherchez les problèmes, vous êtes venus au bon endroit.' Elvis Presley.
La légende du rock n'est pas faite que de musique...
Tout le monde a entendu parler du décès énigmatique de Jim Morrison à Paris, du suicide (ou meurtre) de Kurt Cobain, des provocations, parfois géniales, de Marilyn Manson, Axl Rose et Eminem. Des morts prématurées de Jimi Hendrix, Bob Marley et Janis Joplin. Des assassinats de Marvin Gaye, John Lennon et Tupac Shakur.
Mais ces célèbres faits divers qui ont tant défrayé la chronique ne sont en fait que la partie visible de l'iceberg. De l'autre côté du miroir, il y a tout un univers d'argent et de pouvoir, presque un système, où la rébellion et la corruption font bon ménage, où les success stories côtoient les pires descentes aux enfers.
Avec plus de deux cents photos et documents graphiques, Rock'n roll Babylone dresse un portrait saisissant des excès et dérives du rock'n'roll. Cette culture à part entière a enfin son livre noir, mais, suprême ironie, il est l'?uvre d'un de ses plus grands fans, le journaliste britannique Gary Herman.
Présentation de l'éditeur

Tim Burton

Tim Burton
de Baecque Antoine
Ed. Cahiers du cinéma

Qui pouvait prédire que le jeune dessinateur de chez Walt Disney, s'acharnant à animer les séquences les plus 'mignonnes' de Rox et Rouky, allait devenir l'une des révélations majeures du cinéma contemporain ? Inventeur d'Edward aux mains d'argent, de Beetlejuice de l'Etrange Noël de Mister Jack, réalisateur d'Ed Wood, Mars Attacks, Sleepy Hollow, Big Fish, ou encore Charlie et la chocolaterie et Les Noces funèbres, Tim Burton a su faire coïncider son univers personnel avec quelques-unes des figures majeures du cinéma américain récent, créateur de la série des Batman. L'excentricité du talent n'est pas incompatible avec les responsabilités quasi industrielles des budgets hollywoodiens d'aujourd'hui. C'est ce paradoxe qui fonde le cinéma de Tim Burton. Car voici un cinéaste chez qui les émotions sont le moteur de la création : un projet, même passé par des dizaines de scénaristes de studio, ne peut l'intéresser que s'il offre des liens émotionnels forts avec sa propre personnalité, avec son univers, sa vie ou sa psyché intime. Les succès de Tim Burton n'ont pas compromis la personnalité du cinéaste, confirmant au contraire sa stratégie de contrebandier : il demeure l'un des rares cinéastes hollywoodiens à pouvoir concilier tous les publics, des adolescents à la critique, des movies fans aux artistes les plus conceptuels.
Burton a mis sa puissance visionnaire au service d'un univers excentrique, poétique : il filme l'envers, morbide, fantastique et néanmoins magique de la normalité américaine, forge son univers à partir de ses visions graphiques, ses décors gothiques, ses masques de terreur, ses grimages sensuels. Il déborde l'espace traditionnel de la mise en scène. Tim Burton est une sorte de voyant au pays du film industriel, un artiste qui regarde autant vers la poésie que vers le cinéma.
S'ajoutent aux photos de film et de tournage, de nombreux dessins inédits de Tim Burton qui donnent au lecteur les clefs de son univers féérique et coloré.
Présentation de l'éditeur

Lars von Trier. Le provocateur

Lars von Trier. Le provocateur
Lamy Jean-Claude
Ed. Grasset

A moins de cinquante ans, Lars von Trier est un cinéaste de notoriété internationale à qui tout semble réussir : césar du meilleur film étranger pour Breaking the Waves, palme d'or à Cannes pour Dancer in the Dark, le récent Dogville, des succès publics où l'on se souvient de Nicole Kidman, Emily Watson ou Björk, amis aussi une ?uvre expérimentale, sans concessions, et qui applique parfois à la lettre la boutade de l'auteur du manifeste de Dogma : ' L'intrigue est bonne pour les téléfilms, pas pour le cinéma. ' Mais que sait-on de l'homme ? Presque rien. Que cachent ses phobies d'hypocondriaque, ses peurs d'enfant, son arrogance, ses crises de démiurge autoritaire ? Peut-on diriger la plus importante maison de production danoise si l'on est resté un trublion ? Lars von Trier agit en stratège mais il pense en artiste troublé, inquiet, obsessionnel. Au terme d'une enquête menée au Danemark, Jean-Claude Lamy a écrit une biographie qui se lit aussi comme un essai passionnant. Il arrache le masque du provocateur, il met au jouir les liens entre la vie et l'oeuvre.
Présentation de l'éditeur

Construire sa maison

Construire sa maison
Burroughs John
Ed. Premières pierres

'Nos maisons dans les campagnes et les banlieues arborent un air chic, aéré, éveillé ; mais aussi mince, froid, banal, effronté, commercial. On pourrait voyager des jours entiers sans en rencontrer une qui rayonne d'un sentiment de dignité, de stabilité, de chaleur ou qui soit accueillante. Nul doute, elles sont dans l'ensemble confortables, mais elles ont de mauvaises manières ; elles vous fixent, cherchent à se faire remarquer ; elles s'attroupent le long de la grand-route, rivalisent entre elles ; elles sont affectées, fières, dédaigneuses.'

John Burroughs (1837-1921), naturaliste et essayiste américain, fut un auteur aussi populaire en son temps que Henry David Thoreau ou John Muir.
D'abord instituteur de campagne, puis employé de bureau, il entreprit à l'âge de trente-sept ans de lire et écrire 'le livre de la nature' tout en cultivant la terre dans sa régions natale, les monts Catskill. C'est là qu'il construisit sa première habitation. Associant critique et suggestions tirées de son expérience, son essai sur les maisons soulève des questions vitales quant au rapport des hommes à leur espace commun, à sa beauté, et à leur propre humanité.
Présentation de l'éditeur

Deep South

Deep South
Mann Sally
Ed. Bulfinch

'These beautiful photographs by Sally Mann vividly capture the haunting, shadowy otherworldliness of the American South. As much literary as artistic, they virtually bring to life the voices of William Faulkner and Eudora Welty and Flannery O'Connor.' John Grisham

'How does one document an ever-present past ? In word and image, Sally Mann eloquently evokes coexistence between what can be seen and what transpired before. Her pictures are haunting, elegant laments, and, for those of us steeped in Southern history, they are vivid reminders of glory, tragedy, blunders, and dreams.'
Anne Wilkes Tucker, Gus and Lyndall Wortham Curator, Museum of Fine Arts, Houston

Praise for What Remains
'Mann has hand-coated glass plates to use as her negatives, in the manner of nineteenth-century photographers like Timothy O'Sullivan. The results are often penumbral, dappled, and pentimento-like, as if history were leaking through the emulsion itself.' New York Times Book Review

'The lush, deeply evocative landscapes are redolent of the South at its most genteel and mysteriously Gothic, but also at its most mournful.' Washington Post
Présentation de l'éditeur