Nouveaux jardins de campagne

Nouveaux jardins de campagne
Louisa Jones, Joëlle Caroline Mayer & Gille Le Scanff (photo)
Ed. Thames & Hudson

La campagne française évolue rapidement, et ses jardins aussi. Non contents d'être décoratifs, ils se doivent désormais d'exprimer une certaine poésie et de renouer avec leur productivité d'antan. Respectueux de l'esprit des lieux et du terroir, ils s'ouvrent cependant de plus en plus aux échanges - de savoir, de plantes, de ressources - avec le reste du monde. Le jardinage est devenu un moyen d'expression éminemment personnel, un art vivant sans cesse réinventé par l'homme.

Louisa Jones a sillonné la campagne française jusque dans ses coins les plus reculés pour dénicher ces nouveaux jardins, et a établi une typologie magnifiquement mise en images par Joëlle Caroline Mayer et Gilles Le Scanff. Jardins de grand-mère ou de curé, 'jardins des cinq sens' inspirés par le Moyen Age et la Renaissance qui recherchent le raffinement tout autant pour le nez et le palais que pour l'oeil, jardins de botanistes et de plantes rares, jeux de formes éblouissants ou encore jardins 'écologiques' respectueux de l'écosystème : de la Provence à la Normandie, de la Picardie aux Pyrénées, toute la diversité du paysage français se retrouve dans ces pages, véritable fête pour les yeux et source d'imagination originale pour tous les amateurs de jardins.
Présentation de l'éditeur

Monographie Bernard Plossu. 1963-2005

Monographie Bernard Plossu. 1963-2005
Mora (dir.) Gilles
Ed. Des 2 Terres

Bernard Plossu appartient à la génération des artistes qui, à partir des années 1970, ont contribué au renouveau d'un art en crise, tant dans le domaine du « photo-journalisme », que dans celui de la « photographie créative ». Son style, souvent identifié à la pratique du flou et du journal de voyage, a inspiré de très nombreux photographes. Il a reformulé, à sa manière, les questions de la subjectivité, de la forme et du style en photographie. Praticien atypique, Bernard Plossu est, dans les années 70 et 80, un intermédiaire entre la photographie américaine et le continent européen. Il participe à la vie artistique de la Côte californienne, et contribue à faire connaître en France le mouvement Beat. Il s'inscrit dans le courant rénovateur espagnol Nueva Lente et s'engage dans l'aventure « photo-biographique » avec les Cahiers de la Photographie. C'est aussi un photographe profondément « français », marqué par l'esthétique cinématographique de la « Nouvelle Vague ». Capable de mener des commandes architecturales pointues, à l'aise dans la pratique intuitive du portrait, Bernard Plossu est le véritable expérimentateur d'une photographie « pauvre » qu'il a lui-même initiée. Outre le regard sur l'artiste, cette monographie -la première de sa carrière-, fait l'inventaire de plus de quarante années de création.
Présentation de l'éditeur

Etre sable

Etre sable
Anne Varichon & Carlo Roccella
Ed. Seuil/Matière

Sable : une matière commune, presque ordinaire et pourtant si évocatrice, magique. Au propre comme au figuré, le sable a fini par se glisser en silence dans toutes les activités humaines. Sa présence minérale et vivante en a fait un compagnon de route de nos travaux comme de nos rêves. Il y a de la joie et de l'effroi, de la sagesse et de l'humour dans ce sable-là. Cet ouvrage fait appel aux traditions des quatre parties du globe et aux observations des scientifiques, aux récits des aventuriers, aux paroles amoureuses des maçons et des marins, il nous emmène sur les traces du sable immémorial et du sable quotidien.
Présentation de l'éditeur

Birmanie

Birmanie
Christine Jordis & Michel Gotin (photo)
Ed. Seuil/Beaux livres

Mieux que la plupart des pays d'Asie du Sud-Est, la Birmanie a su conserver sa culture et ses traditions. Une beauté intacte, un dénuement extrême. Au rythme lent de la descente du fleuve Irrawady, sur les routes périlleuses de montagne ou dans les mines de rubis de Mogok, ce livre nous emmène vers les hauts lieux de ce pays, sans nous dissimuler pour autant les multiples maux dont il souffre. Dans la paix des temples, au pied des bouddhas, il tente d'approcher et de saisir « ce quelque chose de merveilleux que nous n'avons pas encore commencé de comprendre ». On visite Yangoon et son célèbre stupa d'or : le Shwedagon ; puis Mandalay, la ville mythique issue d'un rêve du roi Mindon, aujourd'hui modernisée et envahie par les Chinois ; le mont Popa, demeure des nats, ces esprits malicieux, parfois redoutables ; puis le lac Inle, avec ses jardins flottants et ses pêcheurs équilibristes ; et Pagan, bien sûr, « la plaine aux mille pagodes », l'un des plus beaux endroits du monde.

Les photographies de Michel Gotin s'attachent à saisir sur le vif les visages et les activités de la population, comme à montrer les splendeurs du paysage ; elles sont accompagnées d'un texte de Christine Jordis, qui constitue une réflexion à la fois esthétique, politique et spirituelle sur le pays birman.
Présentation de l'éditeur

Les 1.000 lieux qu'il faut avoir vus dans sa vie

Les 1.000 lieux qu'il faut avoir vus dans sa vie
Schultz Patricia
Ed. Flammarion

Voici enfin traduit en français ce guide à nul autre pareil, qui a connu un succès sans précédent aux États-Unis. Îles lointaines, merveilles naturelles, cathédrales, musées, restaurants mythiques, villages perchés, palais, vignobles, souks... se succèdent au fil des pages, comme autant d'invitations à voyager tout autour du monde, avec Patricia Schultz. Sa description très personnelle de chaque lieu est toujours accompagnée de renseignements pratiques fort utiles (comment s'y rendre, en quelle saison, pour quel prix...). Voyageur infatigable, amoureux de vieilles pierres et de civilisations anciennes, ou rêveur impénitent, chacun trouvera dans ce livre de quoi passer des moments inoubliables. Mark Twain disait : « Dans vingt ans, c'est ce que vous n'aurez pas fait plutôt que ce que vous aurez fait que vous regretterez le plus. Alors larguez les amarres (...) Explorez. Rêvez. Découvrez. »

« Un livre qui vous montre les endroits les plus beaux, les plus drôles et les plus inoubliables partout dans le monde. Impossible de ne pas y trouver son compte. On ne résiste pas au plaisir d'y jeter un coup d'oeil, d'ouvrir une page au hasard et de s'imaginer marquer de ses pas un endroit merveilleux du globe. » Newsweek
Présentation de l'éditeur

Trois Orients. Récits de voyage

Trois Orients. Récits de voyage
Magris Claudio
Ed. Rivages-Poche

On revient chez soi. Beaucoup d'amis me demandent comment je fais pour ne pas me lasser de voyager autant et souvent si loin. On se lasse au contraire de rester chez soi, dans sa propre ville et son propre monde, où l'on est broyé par des tracas et des devoirs, transpercé par les mille flèches banalement empoisonnées du quotidien, opprimé par les idoles de sa propre tribu. C'est quand on est chez soi que se jouent, en bien et en mal, la vie, le bonheur et le malheur, la passion, le destin. Le voyage, même le plus passionné, est toujours pause, fuite, irresponsabilité, trêve de tout véritable risque. On revient donc chez soi, au monde adulte, sérieux, envahissant.

Claudio Magris a depuis longtemps le goût, dans ses voyages, de s'écarter des sentiers battus pour cueillir l'inattendu et souvent le ténu, une façon bien à lui de feuilleter le grand livre du monde qui sans cesse lui donne matière à réfléchir, à s'émouvoir, à vivre enfin - et à écrire, bien sûr, puisque pour lui les deux sont inséparables. En 2003 et 2004, il a visité la Chine, le Vietnam et l'Iran, creusets de très anciennes civilisations et aujourd'hui théâtres d'importantes mutations politiques et historiques.
Présentation de l'éditeur

Anita Conti. 20 000 lieues sur les mers

Anita Conti. 20 000 lieues sur les mers
Reverzy Catherine
Ed. Odile Jacob

Anita Conti, pionnière de l'océanographie, grand photographe et écrivain, a sillonné les mers froides et tropicales à bord des bateaux de pêche et marqué près d'un siècle de vie maritime. En 1939, première femme embarquée au service de la Marine nationale, elle participe au déminage du port de Dunkerque, avant de partir pour l'Afrique où l'attendent missions humanitaires, chasse aux squales et décolonisation. Sensibilisée au problème de la faim et au gaspillage des ressources, elle s'élance vers l'Atlantique Nord à bord des terre-neuvas avant de rejoindre Cousteau au Musée océanographique de Monaco...

«Il faut cesser de piller l'océan», «Nous devons penser aux générations à venir»... Cette femme au destin exceptionnel avait pressenti la nécessité du développement durable. Son combat est plus que jamais d'actualité.

À partir d'archives inédites, Catherine Reverzy nous livre le magnifique portrait d'une femme hors du commun, libre et passionnée, dont la vie fut entièrement tournée vers l'océan.
Présentation de l'éditeur

Lendemains. Les archives du World Trade Center

Lendemains. Les archives du World Trade Center
Meyerowitz Joel
Ed. Phaidon

Les remarquables images d'archives rassemblées ici sont la seule trace photographique existant sur l'état de Ground Zero au lendemain du 11 septembre 2001 et des attentats contre le World Trade Center. Assimilée à une scène de crime, cette enceinte clôturée était alors fermée à tout photographe, et les renseignements sur ce qui se déroulait dans ce qu'on a alors appelé la 'cité interdite' étaient rares. Par sa seule obstination, contraint presque quotidiennement à imaginer des stratagèmes pour déjouer les contrôles, Joel Meyerowitz fut le seul photographe à être présent de manière continue sur le site et à l'avoir vu passer, en l'espace de neuf mois, de l'état de chaos total à celui de terrain déblayé et assaini.
Publié à l'occasion du cinquième anniversaire de la tragédie du World Trade Center, cet ouvrage est un hommage à la fois aux milliers de personnes qui y laissèrent leur vie, aux efforts inlassables et à la bravoure des innombrables policiers, pompiers, ouvriers du bâtiment, ingénieurs et bénévoles qui participèrent aux opérations de nettoyage.
Présentés dans un large format, ces images de dévastation matérielle et de force morale - ponctuées de souvenirs personnels et de témoignages recueillis sur place - attestent les instants de courage, de compassion et de solidarité vécus sur ce site.
Présentation de l'éditeur

DPRK

DPRK
Chancel Philippe
Ed. Thames & Hudson

La Corée du Nord est une nation à part, secrète et quasi impénétrable. De ce pays où la propagande idéologique et le culte de la personnalité ont été érigés en véritable esthétique, le photographe Philippe Chancel a rapporté des images inédites et fascinantes.
D'immenses statues de feu Kim II-sung, le Grand Leader, et de son fils Kim Jong-il, le Cher Leader, dominent les grandes places de la capitale, Pyongyang. Partout, dans les lieux publics comme dans les espaces privés, et jusque sur la poitrine des Coréens, on retrouve leurs portraits. Partout, drapeaux, affiches, slogans, monuments et musées célèbrent le Parti des Travailleurs de la Corée du Nord et la victoire de la Révolution.
A Pyongyang, nous découvrons des avenues vastes et vides, le cimetière des Martyrs de la Révolution, l'Arc de Triomphe, le palais des Enfants et cet immense stade du Premier Mai dans lequel, à l'occasion des célébrations du 60e anniversaire du Parti, plus de 150 000 personnes ont assisté à une succession d'extraordinaires tableaux vivants à la gloire du pays, un spectacle inouï montré ici pour la première fois.
Le style infiniment précis, neutre et frontal des photographies de Philippe Chancel révèle une réalité scénographiée dans ses moindres détails par un régime totalitaire qui aime à faire peur au reste du monde.
Présentation de l'éditeur

Francis Bacon à nouveau

Francis Bacon à nouveau
Sylvester David
Ed. André Dimanche

Interlocuteur privilégié du peintre (les entretiens de Francis Bacon avec David Sylvester sont un modèle du genre) Sylvester est un critique exigeant que le génie fascine. Il n'a qu'une passion : reconnaître et faire résonner la grandeur en art. Il met au service de cette passion tout ce dont il dispose : une grande familiarité avec l'artiste, un regard sans complaisance, une écriture précise et insistante.
L'illustration du livre suit le texte au plus près, rendant limpides les analyses les plus fines. Les tableaux qu'on croyait détruits et qui ont été retrouvés après la mort de Bacon, ont été pris en compte par Sylvester. Il en résulte un portrait tout en facettes et étonnamment vivant d'un artiste singulier et de son oeuvre, l'une de celles qui dominent le siècle écoulé.
Présentation de l'éditeur