Les enfants perdus du franquisme

Les enfants perdus du franquisme
Collectif
Ed. Aden

L'une des pages les plus noires du franquisme est enfin mise au jour à travers le récit historique et les témoignages des victimes de ce que le juge Garzon a considéré comme étant un crime imprescriptible et non amnistiable de disparition forcée : plus de 30 000 enfants arrachés à leurs parents pour être 'rééduqués', sous la tutelle de l'Etat ou des familles proches du régime, selon les thèses eugénistes du psychiatre militaire Antonio Vallejo Nagera.

Les recherches sur le 'biopsychisme du fanatisme marxiste', menées par ce dernier auprès des combattants internationaux et des prisonnières républicaines espagnoles, ont conduit les autorités franquistes à considérer le marxisme comme une infériorité mentale et à prescrire la ségrégation totale des enfants dans le but de la régénération de la 'race de l'hispanité', mise en danger par les velléités démocratiques des opposants politiques.

'Perdus car souvent morts dans les trains de marchandises qui les transféraient des camps de concentration vers les prisons. Perdus car morts de froid, de faim, de maladies. Perdus car l'éducation qu'ils ont reçue était destinée à les priver de l'avenir que leurs parents avaient forgé pour eux. Perdus car beaucoup d'entre eux prirent en horreur l'idéologie de leurs parents, devenus des perdants, qui les avait mis au ban de la société. Perdus car en grand nombre disparus ou donnés en adoption régulière. Perdus car ils ne virent jamais plus leur famille.'

 

Sortez-nous de cette crise... maintenant !

Sortez-nous de cette crise... maintenant !
Krugmann Paul
Ed. Flammarion

C'est un cri lancé à ceux qui nous gouvernent. 'Sortez-nous de cette crise!' tonne Paul Krugmann, l'éditorialiste du New York Times et Prix Nobel d'économie 2008. 'Et sortez-nous en maintenant!' tant il est clair, selon lui, que les gouvernements occidentaux n'apportent toujours pas les réponses efficaces à la dépression historique qui s'est déclenchée à l'automne 2008.
'L'orgueil et les préjugés rendent les dirigeants incapables de voir ce qui devrait pourtant être limpide...' A savoir qu'il faut abandonner la politique d'austérité, 'dépenser maintenant et payer plus tard', taxer les hauts revenus, lutter prioritairement contre le chômage et les inégalités, soutenir les populations endettées. En un mot, renouer avec une stratégie keynésienne qui suppose davantage d'inflation.
Dans son style accessible, non dénué d'humour, Paul Krugman signe ici un essai important - d'abord parce qu'il retrace toute l'histoire de la crise, expliquant la montée de la dérégulation financière, la façon dont les élites politiques et les économistes néo-classiques se sont épaulés pour juguler toute approche hétérodoxe de l'économie ; ensuite parce qu'il formule, tant à destination des Etats-Unis que de l'Europe, des propositions concrètes pour sortir du marasme économique et social. Lutter contre la trappe à liquidité, eviter le credit crunsh, ne pas oublier qu'une politique de sortie de crise doit plus viser à baisser la valeur de la dette qu'à la rembourser... Une analyse pragmatique et résolument engagée.

 

Et si on arrêtait de payer ? 10 questions-réponses sur la dette publique belge et les alternatives à l'austérité alerte

Et si on arrêtait de payer ?  10 questions-réponses sur la dette publique belge et les alternatives à l'austérité alerte
Bonfond Olivier
Ed. Aden

Structuré en 10 questions /réponses, ce livre témoigne d’une double urgence citoyenne : d’une part, comprendre la dette, ses origines et ses enjeux, et, d’autre part, ouvrir un débat public sur la légitimité de la dette publique belge, afin que la population puisse décider, démocratiquement et en connaissance de cause, ce qu’il faut faire de cette dette et quels comportements adopter à l’égard des créanciers et de la finance.

En proposant des alternatives concrètes à l’austérité que l’on tente de nous imposer, l’auteur nous invite à rompre avec une logique mortifère et à nous mobiliser pour construire un monde socialement juste.

Olivier Bonfond est économiste, diplômé de l’Université de Liège. Il a travaillé au CADTM (Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde) de 2005 à 2010, et est aujourd’hui conseiller au CEPAG (Centre d’éducation populaire André Genot). Il est l’auteur de nombreux articles sur les relations Nord-Sud et les alternatives à la mondialisation capitaliste. Membre du Conseil international du Forum social mondial (FSM), il participe activement depuis de nombreuses années au mouvement altermondialiste.

Congo une histoire

Congo une histoire
Van Reybrouck David
Ed. Actes Sud

De la préhistoire aux premiers chasseurs d'esclaves, du voyage de Stanley missionné par Léopold II à la décolonisation, de l'arrivée de Mobutu puis de Kabila à l'implantation industrielle d'une importante communauté chinoise, ce livre retrace, analyse, conte et raconte quatre-vingt-dix mille ans d'histoire : l'histoire du Congo, cet immense territoire africain au destin violenté.

Pour comprendre ce pays, un écrivain voyageur, historien et journaliste est allé à la rencontre du peuple du Congo. A travers de multiples séjours son regard s'est aiguisé, son empathie s'est affirmée, son incessante curiosité lui a permis de saisir, de consigner dans ses carnets souvenirs et propos inédits au rythme d'une enquête basée sur plus de cinq mille documents. Ainsi a-t-il composé ce livre événement traduit dans une demi-douzaine de langues, cet essai total devenu aux Pays-Bas un véritable best-seller de l'histoire contemporaine.

Beyrouth, comme si l'oubli...

Beyrouth, comme si l'oubli...
Nayla Hachem avec la collaboration de Hyam Yared
Ed. Zellige

Lorsque Nayla Hachem intègre la Croix-Rouge Libanaise, après ses études d'infirmière, elle est loin d'imaginer ce qui l'attend. Elle ne sait pas qu'elle va se trouver au coeur des affrontements qui ravageront le Liban durant quinze années, de 1975 à 1990.

Cette guerre, elle la vivra au plus près, d'abord comme infirmière, puis comme déléguée du CICR (Comité International de la Croix-Rouge). Sabra et Chatila, Tall el Zaatar, Damour, autant de camps, de villes où seront perpétrés les massacres les plus odieux. Beyrouth aussi, bien sûr, coupé en deux sous les bombardements. À chaque fois, Nayla Hachem sera en première ligne pour sauver les vies qui peuvent encore l'être, bien souvent au péril de la sienne. En de nombreux cas, elle sera l'une des premières sur les lieux, comme lors de l'attentat contre le QG des parachutistes français.

Nayla Hachem s'affranchira souvent des consignes de neutralité de la Croix-Rouge. Lorsque par exemple elle mettra des somnifères dans le thé de miliciens qui projetaient une attaque meurtrière. Ou quand elle aura le culot d'aller chercher du sang chez les Palestiniens pour sauver un colonel libanais. Mais, dit-elle, comment rester neutre face à l'indicible ?

Ce témoignage de première main, écrit en collaboration avec Hyam Yared, écrivain libanaise, plonge au coeur de cette guerre complexe qu'il serait réducteur de résumer par les simples clivages confessionnels. Cette guerre où les puissances extérieures, comme Israël, l'Iran, et bien sûr la Syrie, ont souvent tenu un rôle ambigu.

Louis XI

Louis XI
Favier Jean
Ed. Tallandier/Texto

La caricature longtemps imposée de Louis XI (1423-1463) était celle d'un tyran laid, cruel et fourbe, un bigot lâche, inculte et obscurantiste. Jean Favier nous rappelle qu'avant toute chose, il fut l'un des grands hommes d'État français. Il y a du Richelieu avant l'heure chez cet homme pour qui la fin justifie tous les moyens. Et s'il est passé à côté de la Renaissance, négligeant l'effervescence intellectuelle qui règne dans les autres cours d'Europe, sa science du gouvernement laisse pantois tous les ambassadeurs. L'homme est stupéfiant, aussi bavard que méfiant. Informé de tout, il prend lui-même les petites décisions comme les grandes. «Son principal défaut aura été de ne pas savoir se faire aimer, mais était-ce bien nécessaire ?», s'interroge Favier.

La route de la Kolyma. Voyage sur les traces du goulag

La route de la Kolyma. Voyage sur les traces du goulag
Werth Nicolas
Ed. Belin

Historien de l'URSS stalinienne, Nicolas Werth a éprouvé le besoin d'aller sur place, à la recherche des traces du plus grand système concentrationnaire du vingtième siècle. La route de la Kolyma est le récit de cette expédition insolite et fascinante dans l'immense contrée isolée de la Sibérie orientale, à neuf heures de vol de Moscou.

Région emblématique du Goulag, la Kolyma, grande comme deux fois la France, est aujourd'hui une région sinistrée, aux villes dépeuplées. Nicolas Werth a rencontré les derniers survivants des camps, mais aussi les membres de l'association Memorial qui luttent pour que cette page sombre de l'Histoire ne soit pas oubliée. Il a sillonné les pistes de la Kolyma, pour tenter de retrouver les vestiges des camps de travail forcé, où les détenus extrayaient, dans des conditions extrêmes, l'or, la grande richesse de la Kolyma. Une quête souvent vaine, tant les traces se sont effacées dans ces terres que l'homme n'a jamais véritablement conquises.

Comment appréhender cette civilisation disparue ? Ce voyage à la recherche de la Kolyma perdue est aussi une réflexion sur le métier d'historien.

Le salaire de la destruction. Formation et ruine de l'économie nazie

Le salaire de la destruction. Formation et ruine de l'économie nazie
Tooze Adam
Ed. Belles lettres

Certains livres sont appelés à demeurer sans équivalent, dépassant tout ce que l'on a pu lire sur un sujet. Le Salaire de la destruction, une histoire économique du IIIe Reich, est l'un d'eux, tant pour le nombre d'idées reçues qu'il balaye que pour les conclusions inédites et l'approche globale qu'il propose.

La catastrophe de 1939-1945 est-elle née de la puissance implacable de l'Allemagne nazie ou bien a-t-elle été précipitée par ses faiblesses économiques ? Captivant, unanimement reconnu, fruit des recherches d'un historien au sommet de son art, cet ouvrage capital donne un poids nouveau et central à l'économie dans la politique de conquête mondiale élaborée par Hitler.

 

L'histoire de France vue par les peintres

L'histoire de France vue par les peintres
Dimitri Casali & Christophe Beyeler
Ed. Flammarion

Deux mille ans d'histoire en cent tableaux présentés, commentes, analysés â la loupe et décryptés pour plonger au coeur des grands moments d'une histoire de France exceptionnelle et incomparable !

De Jacques-Louis David à Eugène Delacroix, d'Ernest Meissonier à Jean-Léon Gérôme, tous ces peintres possédaient au plus haut point le sens du récit. Pour cette lignée d'artistes, peindre et raconter ne font qu'un. Ils nous aident ainsi à dérouler la grande fresque de notre mémoire nationale et à mieux comprendre la France d'aujourd'hui.

Obama, la vérité. Dans les coulisses de la Maison-Blanche

Obama, la vérité. Dans les coulisses de la Maison-Blanche
Suskind Ron
Ed. Saint-Simon

Après le best-seller le Roman noir de la Maison-Blanche, Ron Suskind, lauréat du prix Pulitzer, raconte dans un livre captivant et brillamment documenté les quatre années de la présidence Obama. Promesses rognées par la récession, influence de conseillers trop proches de la finance, le journaliste-écrivain accompagne le lecteur dans les bureaux des grands banquiers et les coulisses de la vie quotidienne à la Maison-Blanche.

Il restitue avec vivacité et verdeur les échanges entre le Président et les éminences grises qui le conseillent ou le détournent de son objectif.

Obama a suscité trop d'espoir pour se laisser enliser dans les intérêts particuliers de Wall Street et les combines politiques de Washington. Et il le sait. À la fois mal assuré dans ses habits de président et pourtant sûr de ses convictions, il sort meurtri et grandi de ces années d'apprentissage au poste le plus puissant et le plus exposé de la planète. Jamais le lecteur n'aura approché d'aussi près l'intimité de la politique américaine au plus haut niveau et n'en aura suivi les détours à un rythme aussi haletant.