La ballade d'Iza

La ballade d'Iza
Szabo Magda
Ed. Viviane Hamy

Dans sa maison de la Grande Plaine, Mme Szöcs attend : son mari est en train de mourir, il ne reconnaît plus sa femme et sa dernière phrase est destinée à Iza, leur fille trop aimée.

Une fois son père enterré, la jeune femme emmène la vieille dame vivre avec elle dans son appartement de Budapest. Elle a tout décidé, fait le tri entre meubles et objets à garder et à abandonner, arrangé la chambre, sans rien demander à sa mère, ni son avis ni ses envies.

Peu à peu, la fragile petite vieille se pétrifie dans la non-existence qui lui est ainsi offerte, jusqu'au jour où elle décide de retourner dans son village...

Après le succès de La Porte, Prix Femina 2003, La Ballade d'Iza est une poignante réflexion sur la difficulté d'aimer, de comprendre l'autre et sur la solitude intrinsèque des êtres. » Claire Julliard, Le Nouvel Observateur

Cercle

Cercle
Haenel Yannick
Ed. Folio/Gallimard

Une famille ordinaire du Missouri puritain des années 1970. Une mère possessive, un père désabusé. Deux fils : un hippie révolté et Jonathan Franzen himself, adolescent mal dans sa peau, équipé de 'biceps en fromage blanc', exclu du club très fermé des gars cool du lycée, craignant les filles, mais vouant une passion délirante à Thomas Mann, à Charlie Brown et à Snoopy...

Bonsoir les choses d'ici-bas

Bonsoir les choses d'ici-bas
Antunes Antonio Lobo
Ed. Points

La mission des fonctionnaires paraissait simple : quitter Lisbonne pour l'Angola et récupérer une cargaison de diamants. Mais l'ancienne colonie portugaise, ravagée par la guerre, a sombré dans le chaos et est tombée aux mains d'une poignée d'individus qui attisent les haines. Sur cette terre de cauchemars, les missions ne sont jamais simples et toujours mortelles.

Sombre comme la tombe où repose mon ami

Sombre comme la tombe où repose mon ami
Lowry Malcolm
Ed. Points/Signatures

«Le 6 juin 1944, après trois ans d'abstinence, il avait absorbé un alcool. Aujourd'hui, après une nouvelle période d'abstinence, il se remettait à boire. Un peu. Pas beaucoup.» : Sigbjörn Wilderness retourne au Mexique en compagnie de sa nouvelle femme. Ce voyage ravive le souvenir douloureux de son premier mariage. Rongé par les affres de l'écriture et de l'alcool, il va s'éloigner peu à peu de celle qu'il aime...

Quiconque nourrit un homme est son maître

Quiconque nourrit un homme est son maître
London Jack
Ed. Editions du Sonneur/La petite collection

On connaît le Jack London (1876-1916) aventurier du grand Nord, marin des mers du Sud, chercheur d'or, vagabond du rail. On connaît aussi le London chantre de la nature sauvage, militant politique, défenseur des déshérités. Mais on ignore souvent le London polémiste qui, prenant ici prétexte de la condition de l'écrivain obligé de prostituer son talent pour vivre, fustige une société où l'argent est roi.

L'office des vivants

L'office des vivants
Gallay Claudie
Ed. Babel

Dans la maison perdue en haut de la montagne habitent le Père, la Mère, Marc et Simone. Et puis Manue, l'inattendue tombée du ciel une nuit, belle et forte comme une étoile. Derrière le village des Cimes il y a une forêt, pleine d'arbres majestueux et effrayants, et il y a des loups. Le Père travaille un peu, boit beaucoup, et cogne facilement ; les enfants poussent telle l'herbe folle. Marc dit que, quand il sera grand, il partira loin, et il emmènera Manue avec lui.

Dans un décor intemporel de nature sauvage et fascinante, de misère affective et de violence, l'amour fou d'un grand frère pour sa demi-soeur transcende un quotidien sordide par l'irruption du tragique le plus déchirant. Dès ce premier roman, Claudie Gallay étonne grâce à son style âpre et compassionnel et à un univers très personnel, sombre mais traversé par la recherche de l'espoir, du salut, de la beauté.

Un amour classique. Petits romans

Un amour classique. Petits romans
Hua Yu
Ed. Babel

Un enfant de quatre ans, en provoquant accidentellement la mort de son cousin, déclenche une série de vengeances qui anéantira une famille entière. Un jeune lettré, candidat aux examens impériaux, traverse sur son chemin une ville florissante et y rencontre, comme en rêve, une merveilleuse jeune fille. Un personnage à l'identité incertaine nous parle d'une présence féminine qui le hante, peut-être celle de Yang Liu, la jeune fille morte en lui léguant ses yeux... Dans un café, deux hommes ont assisté à un meurtre. Leur relation épistolaire, nourrie d'hypothèses sur les mobiles de ce crime, s'achèvera en tragédie...

Oniriques et cauchemardesques, ces « petits romans » où se devine parfois l'influence de Kafka ou de Borges ont fait connaître Yu Hua dès la fin des années 1980. Écrits au lendemain d'une période dramatique de l'histoire chinoise qu'ils désignent sans la nommer, ils allient la puissance de l'imaginaire à la profondeur de la réflexion métaphysique, et proposent une vision fantastique et troublante de la Chine contemporaine.

Les pays lointains

Les pays lointains
Green Julien
Ed. Points

Accueillie avec sa mère par ses riches cousins du Nouveau Monde, Elizabeth, jeune anglaise, s'ennuie à mourir dans la plantation de Dimwood. Un soir de bal, elle rencontre Jonathan, c'est le coup de foudre, mais sans cesser de penser à lui, elle est courtisée par son autre cousin, le charmant Ned.

Dans la bonne société du Sud, peut-on aimer deux hommes ? Le drame est à la porte...

Haut vol : histoire d'amour

Haut vol : histoire d'amour
Carey Peter
Ed. Points

Butcher Bones, peintre australien excessif et survolté, est en perte de vitesse. Il vit seul avec son frère «de cent kilos au cerveau abîmé». Quand la sulfureuse Marlène débarque dans sa vie, il tombe fou amoureux et se laisse entraîner dans un cambriolage de haut vol. Mais en amour comme en peinture, les faux-semblants sont nombreux, surtout dans le petit monde hypocrite de l'art new-yorkais...

Los boys

Los boys
Diaz Junot
Ed. 10/18

«Roman ? Recueil de nouvelles ? Ni l'un ni l'autre, mais une série de vignettes sur un jeune garçon de Saint-Domingue prêt à émigrer aux Etats-Unis, et qui composent une fresque au petit point. On suit le narrateur de l'enfance à l'âge presque adulte : il y a la vie dans les rues avec les copains, les petits boulots, la recherche d'herbe pour fumer le week-end. [...] Junot Díaz - que les critiques américains rapprochent de Raymond Carver - se révèle un authentique écrivain : il a un ton, une langue, qui mêle l'anglais à l'argot hispano-dominicain, qui brise la phrase et reproduit, en la magnifiant, la langue parlée dans les barrios de Saint-Domingue. Le dernier récit, consacré à l'arrivée aux Etats-Unis du père du narrateur, est éblouissant. On attend avec un intérêt sincère le premier roman de Junot Díaz.» Christophe Mercier, Le Point