Le traquet kurde

Le traquet kurde
Jean Rolin
Ed. P.O.L

En 2015, un ornithologue du Puy-de-Dôme tente de comprendre comment le traquet kurde, une espèce jamais vue en France, est arrivé dans sa région. Il se lance sur les traces de l'oiseau et se rend dans les montagnes du nord de l'Irak. Son périple est émaillé de rencontres et de surprises.

Acheter chez Tropismes : Le traquet kurde

Etre

Etre
René Belletto
Ed. P.O.L

Suite à la disparition de son épouse, le peintre Miguel Padilla a perdu tout désir. Par hasard, il fait la connaissance d'Armand, peintre raté, qui lui présente Irène à laquelle Miguel se livre sans fard. Elle lui propose d'écrire son histoire au fur et à mesure. Les événements s'enchaînent avec la rencontre de Nathalie, l'ancienne compagne d'Armand dont ce dernier est toujours très épris.

Acheter chez Tropismes : Etre

Le poids de la neige

Le poids de la neige
Christian Guay-Poliquin
Ed. de l'Observatoire

À la suite d'un accident, un homme se retrouve piégé dans un village enseveli sous la neige et coupé du monde par une panne d'électricité. Il est confié à Matthias, un vieillard qui accepte de le soigner en échange de bois, de vivres et, surtout, d'une place dans le convoi qui partira pour la ville au printemps, seule échappatoire. Dans la véranda d'une maison où se croisent les courants d'air et de rares visiteurs, les deux hommes se retrouvent prisonniers de l'hiver et de leur rude face-à-face.

Acheter chez Tropismes : Le poids de la neige

Encore heureux

Encore heureux
Yves Pagès
Ed. Olivier

Bruno Lescot est en cavale. Sa jeunesse, il l'a passée à collectionner les délits, jusqu'à son dernier exploit, ce faux braquage qui a coûté la vie à un policier.

Aujourd'hui, coupable tout désigné aux yeux des juges, il préfère disparaître. C'est donc sans lui que se déroule son procès, et que s'enchaînent les expertises et les témoignages de ceux qui l'ont côtoyé. Le portrait qui se dessine alors est celui d'un homme de sac et de corde, aux fidélités multiples, prêt à toutes les aventures, pourvu qu'elles défient l'ordre et ses gardiens dont il aime à se moquer.

Acheter chez Tropismes : Encore heureux

Faire mouche

Faire mouche
Vincent Almendros
Ed. Minuit

De son écriture quasi cinématographique, l’auteur d’Un été dissèque le système familial et ses fardeaux, ses mensonges, ses silences. Un roman fort.

Faire mouche procure un triomphe tout intérieur, la joie d’arriver à bon port après une traversée funambulesque, le souffle retenu. L’intensité de ce roman de Vincent Almendros, en apnée dans le mensonge et le silence, vient de cette satisfaction sous cape, inébranlable, que les secrets soient bien préservés. Gardien de son propre temple intérieur, où sont cadenassés des hontes, des chagrins, des exactions, des crimes peut-être, Laurent retourne un été à Saint-Fourneau, lieu de combustion lente de ses mauvais souvenirs d’enfance : la mort de son père, et le geste fou de sa mère, qui versa de l’eau de Javel dans son jeune gosier. Sur le siège passager de sa voiture, Laurent a posé une complice aux mobiles aussi enfouis que les siens, une certaine Claire, qui veut bien se faire passer pour une Constance, parce que la clarté n’est pas le but du voyage, alors que la persévérance et l’égalité d’humeur promettent un allègement des fardeaux. Arrivé à destination, le couple de circonstance tombe sur un reste de famille casanière en décomposition, qu’une future fête de mariage illusionne sur les vertus du rabibochage.
Vincent Almendros a l’œil pour saisir les soubresauts de la vie qui palpite ou qui s’éteint. Sans doute est-ce pour cela qu’il a dédié ce roman à son homonyme (paraît-il sans lien de parenté) Néstor Almendros, le grand chef opérateur de François Truffaut, Eric Rohmer ou Terrence Malick. Comme dans son précédent roman, Un été (1,) Vincent Almendros déploie une écriture très visuelle, aux aguets. Sensible aux lieux, qui étouffent et exposent, absorbent et révèlent, il fait avant tout parler les corps.

Acheter chez Tropismes : Faire mouche

L'oubli

L'oubli
Philippe Forest
Ed. Gallimard

Un jour, un homme se réveille convaincu d'avoir oublié un mot et incapable de le retrouver. Il est alors persuadé qu'il perd le langage et que sa vie se vide à mesure que ses souvenirs disparaissent. Dans une maison, un homme, peut-être le même, fixe l'océan depuis sa fenêtre. Il pense distinguer au loin une forme qui lui fait signe et qui l'appelle.

Acheter chez Tropismes : L'oubli

Le syndrome de Garcin

Le syndrome de Garcin
Jérôme Garcin
Ed. Gallimard

Jérôme Garcin a été profondément marqué par ses deux grands-pères médecins. Il a récemment découvert que des générations de médecins se sont succédé dans sa famille, écrivant pour certains l'histoire de leur spécialité. Un jour, la chaîne s'est interrompue et il n'y a plus eu de médecins parmi les siens. Il tente d'en découvrir la raison, mêlant l'histoire de sa famille et les évolutions du métier.

Acheter chez Tropismes : Le syndrome de Garcin

Le bon coeur

Le bon coeur
Bernard Michel
Ed. La Table Ronde

Lorsqu'elle fait part de sa mission divine, Jeanne se confronte à l'hostilité de sire de Baudricourt, d'autant plus incrédule que l'époque voit proliférer les faux prophètes. Une approche romancée de l'histoire de la pucelle d'Orléans et de la résistance à l'occupation anglaise.

Acheter chez Tropismes : Le bon coeur

Le figurant

Le figurant
Didier Blonde
Ed. Gallimard

A 19 ans, le narrateur rencontre Judith sur le tournage de Baisers volés. Alors qu'ils sont tous les deux figurants dans un film de François Truffaut, la jeune femme disparaît. Quarante-cinq ans plus tard, il souhaite savoir ce qui s'est passé et ce qu'elle est devenue.

Acheter chez Tropismes : Le figurant

Correspondance 1944-1959

Correspondance 1944-1959
Albert Camus & Maria Casarès
Ed. Gallimard

Le 19 mars 1944, Albert Camus et Maria Casarès se croisent chez Michel Leiris. L'ancienne élève du Conservatoire, originaire de La Corogne et fille d'un républicain espagnol en exil, n'a que vingt et un ans. Elle a débuté sa carrière en 1942 au Théâtre des Mathurins, au moment où Albert Camus publiait L'Étranger chez Gallimard. L'écrivain vit alors seul à Paris, la guerre l'ayant tenu éloigné de son épouse Francine, enseignante à Oran. Sensible au talent de l'actrice, Albert Camus lui confie le rôle de Martha pour la création du Malentendu en juin 1944. Et durant la nuit du Débarquement, Albert Camus et Maria Casarès deviennent amants. Ce n'est encore que le prélude d'une grande histoire amoureuse, qui ne prendra son vrai départ qu'en 1948.

Acheter chez Tropismes : Correspondance 1944-1959