Ravel

Ravel
Echenoz Jean
Ed. Minuit

Un roman parfait... les mots nous en tombent...

Ravel fut grand comme un jockey, donc comme Faulkner. Son corps était si léger qu'en 1914, désireux de s'engager, il tenta de persuader les autorités militaires qu'un pareil poids serait justement idéal pour l'aviation. Cette incorporation lui fut refusée, d'ailleurs on l'exempta de toute obligation mais, comme il insistait, on l'affecta sans rire à la conduite des poids lourds. C'est ainsi qu'on put voir un jour, descendant les Champs-Élysées, un énorme camion militaire contenant une petite forme en capote bleue trop grande agrippée tant bien que mal à un volant trop gros. J. E.

Ce roman retrace les dix dernières années de la vie du compositeur français Maurice Ravel (1875-1937).
Présentation de l'éditeur

Un avant-goût du roman sur http://www.leseditionsdeminuit.fr/titres/2006/ravel.htm

Pas de deux

Pas de deux
Parlant Pierre
Ed. MF

Pourquoi publier aujourd'hui des fictions, alors que la réalité n'est plus que la somme des trucages qui lui donnent le sens qu'elle a? Ou plutôt: quel sens ont les fictions que nous publions aujourd'hui? Ou plutôt: quel sens a l'aujourd'hui dans les fictions que nous publions? Ou plutôt: quel aujourd'hui pour les fictions du sens que nous publions maintenant? La mise en déroute du sens, des codes de représentations, être au plus près de l'étrange qui jaillit aujourd'hui et dont on ne peut prendre la mesure instantanément. Faire une place à cette étrangeté, apprendre un temps à parler sa langue pour voir si, comme les Persans nous parlant de Versailles, elle n'a pas à nous apprendre quelque chose sur notre façon de voir le monde. Ou sur les représentations que l'on se donne pour voir le monde. Ou sur la beauté que l'on n'est pas capable de voir au monde.


Le «pas de deux» est un pas de danse - pour deux personnes sans doute -, rythmé, allègre, mais c'est aussi la transcription sèche, en style télégraphique, d'une solitude radicale: personne pour prendre en charge l'altérité. Il n'y a pas d'autre, pas de compagnon pour renvoyer une image de lui à ce Jeanjean qui est au centre du livre. De fait c'est une figure minimale que nous présente Pierre Parlant: «L'ignorance absolue qui le qualifiait, faisait de lui, Jeanjean, un être de renom sans renommée aucune.» Une figure étonnante, qui tiendra de l'idiot et de l'enfant. Une sorte de courant d'air ou un entre deux lancé à la recherche de ces moments rares où les choses du vivant apparaissent sans être tuées immédiatement, figées par les noms qu'on leur donnera.
Présentation de l'éditeur

La manadologie

La manadologie
Minard Céline
Ed. MF

Pourquoi publier aujourd'hui des fictions, alors que la réalité n'est plus que la somme des trucages qui lui donnent le sens qu'elle a ? Ou plutôt : quel sens ont les fictions que nous publions aujourd'hui ? Ou plutôt : quel sens a l'aujourd'hui dans les fictions que nous publions ? Ou plutôt : quel aujourd'hui pour les fictions du sens que nous publions maintenant ? La mise en déroute du sens, des codes de représentations, être au plus près de l'étrange qui jaillit aujourd'hui et dont on ne peut prendre la mesure instantanément. Faire une place à cette étrangeté, apprendre un temps à parler sa langue pour voir si, comme les Persans nous parlant de Versailles, elle n'a pas à nous apprendre quelque chose sur notre façon de voir le monde. Ou sur les représentations que l'on se donne pour voir le monde. Ou sur la beauté que l'on n'est pas capable de voir au monde.
Présentation de l'éditeur

Le journal de Kikuko

Le journal de Kikuko
Peireire Laurent
Ed. Champ Vallon

Pourquoi publier aujourd'hui des fictions, alors que la réalité n'est plus que la somme des trucages qui lui donnent le sens qu'elle a ? Ou plutôt : quel sens ont les fictions que nous publions aujourd'hui ? Ou plutôt : quel sens a l'aujourd'hui dans les fictions que nous publions ? Ou plutôt : quel aujourd'hui pour les fictions du sens que nous publions maintenant ? La mise en déroute du sens, des codes de représentations, être au plus près de l'étrange qui jaillit aujourd'hui et dont on ne peut prendre la mesure instantanément. Faire une place à cette étrangeté, apprendre un temps à parler sa langue pour voir si, comme les Persans nous parlant de Versailles, elle n'a pas à nous apprendre quelque chose sur notre façon de voir le monde. Ou sur les représentations que l'on se donne pour voir le monde. Ou sur la beauté que l'on n'est pas capable de voir au monde.
Présentation de l'éditeur

Le Babiroussa

Le Babiroussa
Fournier Pierre
Ed. Diabase

'Rien n'étonne dans un rêve, le jour peut ainsi céder la place à la nuit en faisant l'économie d'un coucher de soleil. Les rêves vont toujours comme cela à l'essentiel et ne s'attardent pas sur les détails inutiles. C'est pourquoi ils nous paraissent si absurdes. Il fit nuit donc.'

Du pays lapon à l'archipel des Célèbes, avec la rencontre d'un griot, d'un magicien et d'enfants comme guides, Pierre va apprendre à voir l'invisible. Entre conte initiatique et témoignage personnel, un premier récit troublant : tous les éléments qui composent cette histoire sont vrais, nous avertit l'auteur. Et l'histoire alors ? Cela ne dépend peut-être, comme le passage du conte à la réalité, que de nos dispositions à y croire.
Présentation de l'éditeur

L'énigme de la rose

L'énigme de la rose
Trajan Raphael
Ed. Bois d'Orion

'Comprendre, dans l'ordre de la beauté, c'est entrer dans le champ d'une aimantation, devenir passivité, pourtant créatrice. Ici l'esprit est happé par le haut. Cette feuille de mimosa, minuscule dans ma main, me fait accéder par ses évocations à une immensité. Un univers s'ouvre à moi, où je suis hôte infime, fasciné par le prodige qui me saisit, à l'écoute de secrets familiers où se livrent voilés les plus étranges trésors du monde. Tandis que tout à l'heure prenant le monde sous l'angle de la science je le tenais dans l'obéissance à mes lois, à présent la beauté me tient, heureux vaincu, dans l'évidence de son mystère, l'illumination d'un indicible qui m'ouvre à l'éternel.'
L'énigme de la rose rassemble des méditations sur le beau à travers les arts que l'auteur aime à rapprocher de la contemplation du vivant.
Présentation de l'éditeur

L'art du maquillage

L'art du maquillage
Kokis Sergio
Ed. 400 coups

Max, jeune peintre prometteur, a toujours eu le goût du déguisement, de la simulation. Il va devenir faussaire presque par hasard et, pourrait-on dire, par admiration. Dès lors s'enchaînent les tentations, du défi technique à l'argent facile qui, croit-il, lui donnera l'aisance nécessaire pour se consacrer à la recherche de son propre style. Mais le piège, luxueux et mortel, s'est déjà refermé sur lui...
Un merveilleux roman initiatique, où Sergio Kokis, qui ne prive pas, au passage, d'égratigner les 'marchands du temple' du monde de l'art, s'attache à définir la véritable mission de l'artiste : la recherche de la vérité.
Présentation de l'éditeur

Carnet d'absences

Carnet d'absences
Goujon Patrick
Ed. Gallimard/Blanche

«J'étais sûr que c'était toi !
Elle sourit.
Tu ne te souviens pas de moi ?
Elle fait non avec la tête.
On était dans la même école...
Elle le regarde encore plus près, elle s'avance.
Vous êtes sûr de ne pas confondre ?
Il hésite.»

Benjamin et Aube se rencontrent pour la première fois au collège. À travers trois époques distinctes de leurs vies, le roman nous livre une chronique lucide, saisissante de vérité, d'une génération aujourd'hui trentenaire.
Présentation de l'éditeur

Peintre peint sur papier peint

Peintre peint sur papier peint
Foix Alain
Ed. Galaade

Un appartement parisien... Le cadavre du peintre Alis Poignant-Alis, dont la tête est affalée dans le cadre de sa toile déchirée... Le sang projeté sur un vieux papier peint révélé sous un miroir en miettes... Un article truqué de la Déclaration des droits de l'homme tracé au rouge à lèvres en guise de signature : le meurtre de l'artiste laisse perplexes les deux policiers chargés de l'enquête, l'inspecteur Pérez, vieux loup de mer de la « Crime », et Dumas, son acolyte aux allures de pingouin ridicule. Un peu sonné par la mise en scène de ce meurtre, Pérez s'en va chercher le repos et l'inspiration auprès de Jane Kruger, belle peintre irlandaise à la crinière fauve, tandis que Dumas s'intéresse à Pierre-Amadou Deng-Xiao-Khane, dit le Chinois, modèle athlétique et mégalo à qui il est arrivé de poser pour la victime. La galerie de portraits ne manque pas de saveur. L'enquête progresse de crimes en crimes, toujours plus sophistiqués les uns que les autres, et auxquels l'inspecteur Pérez se trouve à chaque fois mystérieusement mêlé.

Peintre peint sur papier peint est le premier volet des aventures de l'inspecteur Pérez. Un régal pour les amateurs de suspense et d'histoires baroques. De l'art plastique à la musique contemporaine, Alain Foix nous entraîne au coeur des milieux artistiques. Une écriture débridée et décalée, où le jeu est partout présent : dans les mots, les images ou les situations.

« Je cherchais le mobile, nom de Dieu, Dumas, mais le mobile, c'est le crime lui-même. Oui, vous avez raison, Dumas, c'est un crime d'artiste, un crime expressionniste. À moins que... à moins qu'il ne soit... conceptuel. Mais oui, c'est ça, conceptuel ! »

« Il allait franchir la barrière végétale, quand il tressaillit. Il crut entendre gémir les statues et se figea malgré lui. Une écoute plus précise porta son regard parmi le fatras de cadavres sculptés où il vit émerger un corps vivant badigeonné de couleurs criantes allongé sur le sol. Ce n'était pas un corps, mais deux, emmêlés dans une posture étrange. De cet amas mouvant émergeait de temps à autre une main armée d'un pinceau qui replongeait aussitôt dans la masse gémissante. Deux corps. Deux femmes. Deux femmes peintes peignant en geignant sans peignoir. »
Présentation de l'éditeur

Ame soeur

Ame soeur
Améry Yvan
Ed. La Volte

La première fois que je suis allé au Maroc, ma soeur était vivante et moi j'étais mort, cassé, détruit, à enchaîner des fumettes dans ma chambre d'hôtel en plein Rif.

Parfois, je ressentais un bien-être royal ; à d'autres moments, des aiguilles à tricoter me trouaient le cerveau.

C'est à cet instant, je crois, qu'une artère a pété dans la caboche de ma soeur. Comme si Dieu s'était trompé de cerveau.
Présentation de l'éditeur