Introduction à tout autre chose

Introduction à tout autre chose
Antoine Hubert
Ed. Verticales

«Quelle est la vie d'un objet, d'un mot, d'un produit de l'imagination ? La naissance d'une chaise, par exemple, c'est évident. Quelques bouts de bois, deux trois clous, la voilà meuble, au mieux siège. Mais sa relation au monde, son opinion sur le climat, ce qu'elle mange, ses souffrances, sa philosophie, ses amis, qui les connaît ? Avec ma loupe et mon couteau, je suis allé rendre visite à ce vocabulaire que l'on a tort d'imaginer rangé dans le tiroir d'une fonction bornée. Un éventail de réalités, d'éléments ectoplasmiques m'ont ouvert leurs portes et permis de passer un moment avec eux. J'en rapporte ces textes, témoins d'un monde plus infini, dans lequel l'écriture porte le casque de l'explorateur et permet de rencontrer la vie au-delà de l'usage.»

Les soixante textes courts d'Introduction à tout autre chose forment un nuancier de sensations et d'humeurs où «tout est possible à qui est écrit». On y devine, en filigrane, l'autoportrait ironique d'un aventurier immobile, d'un rêveur chamanique, d'un monstre de solitude, d'un épicurien contrarié, bref, d'un évadé de la société.
Présentation de l'éditeur

Frère du précédent

Frère du précédent
Pontalis J.-B.
Ed. Gallimard

Quand le second est né, le premier s'est écrié : «Comme il est moche !»

Le premier faisait rire la mère, le second jamais.

Du premier, on disait qu'il était nerveux, du second qu'il était quasiment muet.

Quand le second eut quinze ans, le premier lui fit découvrir la littérature.

Quand, à la même époque, ils vont se promener ensemble dans la ville, il n'y a plus de premier et de second. Ils diffèrent l'un de l'autre mais portent tous les deux la même canadienne. C'est l'hiver, l'air est vif, ils marchent d'un bon pas.

Le cadet vient de retrouver quelques lettres qu'il a reçues de l'aîné. Certaines débordent d'affection, d'autres sont pleines de fiel.
Présentation de l'éditeur

Dévotion

Dévotion
Dufoss Christophe
Ed. Denoël

J'avais toujours voulu être père. Avant d'avoir Marion, je voulais un enfant à tout prix : garçon ou fille, peu importe. Je voulais avoir un ami, un véritable ami dans un monde que je ne jugeais pas très amical. J'avais envie d'un être à qui j'apprendrais à nager, que j'emmènerais au parc et pour qui j'inventerais des histoires...

Entre Simon Kolveed et Marion, sa fille de dix ans, le lien s'est rompu. Ils ne peuvent plus vivre ensemble. Pourtant, au fil des années, Simon comprend que seule sa fille lui permet de se sentir vivant. Alors il la retrouve. Ils se parlent. Mais que veut-elle ? Y a-t-il pour lui une autre place que celle de l'étranger ?
Présentation de l'éditeur

SchrummSchrumm ou l'excursion dominicale aux sables mouvants

SchrummSchrumm ou l'excursion dominicale aux sables mouvants
Combet Fernand
Ed. Verticales

Publié il y a 40 ans par Jean-Jacques Pauvert, SchrummSchrumm, premier roman de Fernand Combet, fut, dès sa parution, salué comme un livre important. En témoignent ces quelques extraits de la critique littéraire en 1966.

Combet a écrit un beau livre tranquillement féroce, où l'air devient irrespirable. Un livre important, aussi, dont on n'a pas fini d'épuiser les significations, les mines. (...) C'est le Livre du Doute - et le doute est à mes yeux l'un des plus puissants motifs de la réflexion, ou besoin d'écrire. André Hardellet

Fernand Combet s'inscrit dans la lignée où se compte quelques-uns des écrivains les plus originaux de notre époque. Il fait songer à Kafka et à ses personnages prisonniers d'un système auquel on ne peut échapper. Kléber Haedens, Candide

Le tort de SchrummSchrumm, c'est de n'avoir pas abdiqué toute pensée. Dans un monde mécanique et magique, il a conservé un esprit logique : c'est un damné, dont Combet vient de décrire l'enfer. Bernard Gros, À livre ouvert

Réalité et théâtre s'imbriquent à merveille dans ce conte sadique. Ce n'est pas un roman agréable à lire mais son humour noir est fascinant car tout est construit, pensé, pesé. Malgré soi on est entraîné vers ces fameux Sables Mouvants. Marie-Claude de Brunhoff, La quinzaine littéraire

Fernand Combet détruit l'humour même, il construit une parfaite machine mystifiante dont l'agencement précis, infiniment arbitraire, avec ses simplifications ou ses curieux ornements, paraît correspondre en tous points à notre Folie et à notre Sagesse. Georges Anex, Journal de Genève

Issu d'une imagination que certains jugeront sans nul doute délirante, SchrummSchrumm paraîtra peut-être à quelques-uns extrêmement irritant. Pour nous, il s'agit du roman le plus original qu'il nous ait été donné de lire depuis longtemps. Annette Colin-Simard, Le journal du dimanche
Présentation de l'éditeur

Clairs obscurs

Clairs obscurs
Quaghebeur Marc
Ed. Temps qu'il fait

C'est une histoire très secrète que raconte ce livre. Elle est éclairée de visions fugitives, de scènes d'enluminures, parsemées dans les grandes ombres du Temps. Les images défilent, entre le trivial et le sublime, le sordide et l'immémorial, comme des inscriptions rupestres dont le mystère et l'évidence nous retiennent et nous échappent. L'auteur nous invite à déchiffrer une partition de signes syncopés dont le rythme est celui du sang, entre 'l'émerveillement et la blessure'.
Présentation de l'éditeur

Massacre en septembre

Massacre en septembre
Chauvir Jacques
Ed. Temps qui'l fait

Les nouvelles rassemblées ici ont été, pour la plupart sinon toutes, composées durant la «période de silence» de Jacques Chauviré. C'est-à-dire durant les vingt ans, précisément, qui ont séparé la publication des Mouettes sur la Saône, son dernier roman paru chez Gallimard, en 1980, et la réimpression par le Dilettante, en janvier 2000, de son tout premier, Partage de la soif, qui allait amorcer la lente et tardive reconnaissance d'un auteur plus que discret, mais enfin conforté (et sans doute aussi un peu réconforté) par l'accueil public et critique réservé à Élisa, en 2003. (...)

Pour avoir été silencieux, ces exercices n'en couvrent pas moins plusieurs octaves: de la guerre des boutons évoquée dans Les souterrains au réalisme moite de Massacre en septembre, en passant par la cérémonie, très dhôtelienne, du Mariage de Joseph Berland, l'humour complice de La salle d'attente ou l'onirisme truqué d'Un voyage, chacune de ces variations se présente d'abord comme la prose vagabonde, ou en liberté surveillée, d'une imagination, d'une mémoire, d'un esprit étonnamment affranchis.
Présentation de l'éditeur

Océan Pacifique

Océan Pacifique
Mingarelli Hubert
Ed. Seuil

Au début du premier récit, il y a ce nuage atomique qui s'élève dans le Pacifique sud. Des marins regardent, sidérés, lorsque soudain le vent tourne, et le souffle tiède de cet événement sans nom passe au-dessus d'eux, les traverse. Mais ils n'en parleront pas, car le nuage nucléaire, c'est l'indicible même.
Dans le second récit, un chien monté à bord depuis longtemps porte le nom d'un homme : Giovanni. C'est le nom de son ancien maître. Sa couchette appartient désormais au chien qui devient une sorte de personnage sacré sur le navire, à travers lequel se manifeste le besoin de consolation des hommes. Et c'est encore de consolation que parle la troisième nouvelle : histoire d'un père et d'un fils, qui rappelle d'autres histoires de père et de fils, dans la lignée de ces bouleversants dialogues auxquels nous a habitués Hubert Mingarelli.
Présentation de l'éditeur

Mon mari est plus qu'un fou : c'est un homme

Mon mari est plus qu'un fou : c'est un homme
Attoumani Nassur
Ed. Naïve

« Mais tout ça, c'est voulu par notre Créateur: Allah. Le Tout-Clément. Le Tout Miséricordieux. Notre destin est écrit là-haut, nous content les religieux ici-bas. Femmes! Que comptez-vous donc faire, dans ce cas-là, pour ne pas démériter du paradis des hommes? »

Une Comorienne relate son calvaire avec son premier mari, un fonctionnaire d'État violent qu'elle avait imaginé être l'homme de sa vie. En plus des brutalités en tout genre, la jeune épouse doit affronter les humiliations et l'éloignement de sa famille. Parce qu'elle croit - ou parce qu'on l'a éduquée ainsi - que telle devait être sa vie d'épouse, elle accepte tout. Mais comme disait grand-mère: « Malgré son venin, le scorpion finit souvent dans le gésier de la poule»...

Nourri par la truculence de Nassur Attoumani, le combat sans merci mené par cette femme déterminée, son inventivité dans l'adversité sont racontés dans une langue savoureuse où humour et douceur se mêlent.

Mon mari est plus qu'un fou: c'est un homme est l'histoire d'une révolte contre le pouvoir des hommes dans la société musulmane des Comores. Mais c'est surtout un texte jouissif, la satire corrosive d'un auteur iconoclaste qui se définit lui-même comme « une femme de ménage culturelle».
Présentation de l'éditeur

Fidéicommis

Fidéicommis
Coher Sylvain
Ed. Naïve

«Je n'avais jamais souhaité d'héritage, de quiconque. Pas plus que je n'avais souhaité de père, car à ce qui se voyait trop, j'avais toujours préféré ce qui ne se voyait pas. »

Pourtant, Stein, un petit prof d'histoire sans histoires, se retrouve propriétaire d'un hôtel de passe. Cadeau post mortem d'un paternel qui jusqu'alors s'était contenté de lui transmettre son seul nom.

Dans un labyrinthe semé de pièges et de faux-semblants, le voici sur les traces de son géniteur. Un nouveau Stein émerge peu à peu, plus violent, plus cynique - et aussi pervers que le précédent -, les pas dans les poings de son père, les pieds sur son bureau et les mains sur sa favorite, Lucy, la diablesse aux cheveux roux.

Traversé de spectres, hanté par la trahison et la démesure, Fidéicommis rappelle Shakespeare. Un Shakespeare blafard, foutraque, au pays des putes, des monstres et des bandits en col blanc.
Présentation de l'éditeur

Vauriens, Voleurs, Assassins

Vauriens, Voleurs, Assassins
Hesse Raymond
Ed. Finitude/Utopies

Et si un jour le Syndicat des V.V.A. (Vauriens, Voleurs, Assassins) déclenchait une grève...

Plus l'ombre d'un crime, d'un vol, d'une mauvaise action, et voilà que c'est la panique dans tout le pays. Les magistrats, les policiers, deviennent inutiles; les prêtres, eux, ne peuvent plus prêcher la vertu, elle est devenue universelle; les vieilles-dames-comme-il-faut ne peuvent plus tirer gloriole de leur soutient aux filles perdues, il n'y en a plus; les femmes mariées, elles, se plaignent de leurs maris devenus trop pressants depuis que les prostituées ont cessé leur commerce; sans parler du chômage des gardiens de prison, des vigiles, des serruriers...

Un petit livre plein d'humour qui nous rappelle combien les gentils ont besoin des méchants pour prouver qu'ils sont gentils.
Présentation de l'éditeur