Une adoration

Couverture non disponible
Huston Nancy
Ed. Actes Sud

Immersion

Immersion
Fleischer Alain
Ed. Gallimard/L'Infini

À Venise, ville indéfiniment plongée dans ce que les photographes appellent un bain d'arrêt - entre révélation et fixation des images -, le narrateur, David Fischer, est à la recherche d'une histoire dont on ne sait s'il doit la retrouver ou l'inventer. Il rencontre là deux figures essentielles: celle du vieux maître à penser, l'éternel survivant (le prince juif Avigdor Sforno), et celle de la jeune maîtresse perdue, l'éternelle revenante (une nageuse praguoise en qui il voit la réincarnation d'une noyée de Buenos Aires: Stella). Le premier n'est là que pour disparaître, après avoir survécu à tout, remettant enfin son destin entre les mains de son biographe. La seconde, après être réapparue, n'est là que pour sur-vivre - vivre plus - en se dédoublant encore, pour déjouer le double, ou la doublure, que son amant voit en elle.
Présentation de l'éditeur

Marguerite Yourcenar. Du Mont-Noir aux Monts-Déserts. Hommage pour un centenaire

Couverture non disponible
Julien Anne-Yvonne
Ed. Gallimard/Cahiers de la NRF

Toute l'oeuvre de Marguerite Yourcenar est une mise en garde continue

contre les discours convenus, cartonnés, figés, qui tendent à fleurir toutes les fois qu'une circonstance invite à célébrer un rite - de convivialité, de respect ou de deuil... Qui nierait que l'exercice de l'hommage ne relève peu ou prou d'une rhétorique de convention ?
Pourtant, Yourcenar a elle-même beaucoup pratiqué l'hommage, anthume ou posthume, comme en témoignent de nombreux essais. Elle en accepte le principe, à condition qu'il consacre une rencontre authentique entre deux êtres.
Il ne semble donc pas inopportun d'avoir convié ici personnalités des arts et des lettres, romanciers, poètes, critiques, auteurs-réalisateurs de films, à dire sur quels sentiers de traverse ou à proximité de quels carrefours de vie et d'écriture, ils ont croisé celle qui se voulut, sans contradiction, être de solitude et être d'ouverture.

Anne-Yvonne Julien enseigne à l'Université de Paris X. Elle a consacré un ensemble de travaux à l'oeuvre de Marguerite Yourcenar, dont un commentaire sur L'Oeuvre au Noir (Gallimard, Foliothèque) et un essai, Marguerite Yourcenar ou la signature de l'arbre (PUF, Ecriture).

Friterie-bar Brunetti

Friterie-bar Brunetti
Autin Brunetti Pierre
Ed. L'Arpenteur

'- Raconte, ça te soulagera, ils disent. Tu parles !
A tantôt soixante piges, après s'être enfilé tout le sale boulot de vivre jusque-là, surtout quand on a commencé croupignoteux comme moi, et devoir encore buriner dur dans la clownerie pour tenter de faire bouillir l'amère marmite du quotidien, à peine de-ci de-là un instant pour trinquer un coup tranquille entre copains en guise de maigre consolation, vous pouvez imaginer que ce n'est pas dégoiser à l'infini toujours les mêmes salades sur mes interminables tourments et traques multiples qui va pouvoir m'alléger l'âme de tous les crimes et pataquès alentour. Non plus me donner à voir sous meilleur angle les crapoteux obsédés par l'idée de me chercher sans cesse des charrettes de chiens enragés dans la tête, pas davantage les regarder comme moins lâches et moins Marius, eux, et leurs bonnes femmes mieux bêtes qu'un morceau de bois, tous délirants qu'ils sont à me traiter d'individu aviné et vain guignol tant est fielleuse leur cervelle et crasse leur inculture. Alors raconter encore et encore...'
Présentation de l'éditeur

Marguerite Yourcenar. Regards sur la Belgique

Couverture non disponible
Goslar Michèle
Ed. Racine

Née à Bruxelles d'une mère belge originaire du Namurois et ayant des parents fixés dans la capitale,

la première femme élue à l'Académie française a entretenu durant toute son existence des relations particulières avec les Belges et la Belgique.
Son oeuvre est truffée de références à son pays natal, comme le révèle l'index de toutes les occurences belges qui clôture cet ouvrage.

Michèle Goslar s'est penchée sur la nature des liens privilégiés - parfois ambigus aussi - que l'auteur des Mémoires d'Hadrien cultivait avec sa demi-patrie belge. Pour la première fois, cet ouvrage tente de cerner comment cette dimension particulière voisine chez Yourcenar avec sa citoyenneté universelle.

Michèle Goslar dirige le Centre International de Documentation Marguerite Yourcenar et est également l'auteur d'une biographie de l'écrivain Yourcenar - Qu'il eût été fade d'être heureux aux éditions Racine.

Le Tiroir à cheveux

Le Tiroir à cheveux
Pagano Emmanuelle
Ed. P.O.L.

Il ne fallait pas parler de ma voisine, même dans son dos. Il ne fallait pas lui parler non plus. Elle n'avait pas demandé la permission d'être enceinte. D'ailleurs, elle faisait plein de choses sans autorisation. Je crois qu'elle sautait par-dessus le portail, quand elle n'avait pas encore le droit d'avoir une clé. Moi non, mais je me cachais pour écrire, parce que je n'étais pas bien me cachais pour écrire, parce que je n'étais pas bien sûre que ce soit permis.

Je regardais le fils de ma voisine, tout de travers dans sa poussette, les orbites pleines de soleil, en me demandant quel interdit l'empêchait de bouger, de voir, d'entendre, de parler, de lever une main pour s'essuyer la bouche. Je regardais sa mère et je l'admirais en cachette. Je l'admirais d'avoir fait ça, un gosse défendu qui bavait et coinçait tout le ciel dans ses yeux. J'avais honte aussi, parce que le pauvre.

J'ai écrit cette histoire sans aucune autorisation, même pas la sienne, même pas celle de sa mère, juste pour dire en retard il est beau ton fils, en traversant la cour avant d'ouvrir le portail.
Présentation de l'éditeur

Penser/classer

Couverture non disponible
Perec Georges
Ed. Seuil/Librairie du XXIème siècle

La photo

La photo
Marie Desplechin & Eric Lambé (ill.)
Ed. Estuaire/Carnets littéraires

Tous les gens qui sont sur les photos finissent par mourir et les photos restent. Je lui ai dit, tes albums de famille, c'est un cimetière, tu ferais mieux de t'occuper de ton jardin.
Présentation de l'éditeur

Entretiens et conférences I

Couverture non disponible
Perec Georges
Ed. Joseph K

Edition critique établie par Dominique Bertelli et Mireille Ribière

Les entretiens et les conférences de Georges Perex apportent un précieux éclairage sur son oeuvre comme sur son époque.
Auteur de romans qui s'imposent immédiatement comme des repères majeurs de la littérature de la fin du XXe siècle - Les Choses en 1965, La Vie mode d'emploi en 1978 -, Perec s'essaie, dans le même temps, à tout un éventail de discours et de pratiques esthétiques. En rendent compte les entretiens et les conférences donnés en France ou à l'étranger, dont certain étaient restés inédits ou n'avaient pas été répertoriés à ce jour.

La souterraine

La souterraine
Pradeau Christophe
Ed. Verdier/Chaoïd

La souterraine peut se lire comme l'accomplissement d'une promesse : « Nous avions juré de nous rappeler jusqu'à l'heure de notre mort - c'était la formule que j'avais répétée après elle - ce que ça fait d'être un enfant. »

Sur le chemin qui les ramène chaque dimanche de Lubersac, le village de la grand-mère, vers cette ville qui est la leur et « dont le nom est secret », Laurence et son frère, le narrateur, ont inventé, pour conjurer l'ennui et la nausée qui les assaillent en voiture, un jeu qui consiste à s'emparer de chaque détail du paysage en lui attribuant une histoire.

C'est ainsi que l'enfance se protège et s'oriente dans le brouillard des routes, de la peur, de la famille, de la géographie et de l'Histoire. Un soir d'hiver, sur l'écran de la vitre, ce brouillard que fend la voiture devient pour le frère et la soeur l'épaisseur même du langage. « S'engouffrer dans les mots », comme tout y invite dès lors, c'est explorer « l'intimité insituable des rêves » au risque de se perdre en retour dans ce qu'ils ont pour fonction de conjurer.
Présentation de l'éditeur