Le Trafiquant d'épaves

Le Trafiquant d'épaves
Stevenson R.L.
Ed. Phébus

Etrange destin que celui du Trafiquant d'épaves, un roman que Borges et Henry James rangeaient parmi leurs livres préférés, et qui en notre langue a souvent manqué sur les tables des librairies - quand il n'était pas proposé au lecteur en version abrégée.

Aucune longueur pourtant dans ce récit kaléidoscopique qui nous offre à la fois, sous le manteau d'une ample narration, maintes confidences autobiographiques, une enquête sur les bas-fonds de San Francisco, un roman d'aventures marines de la plus belle eau, une intrigue policière ourdie de main de maître - le tout agencé sous la forme d'un vaste piège, car l'enquête finales pourrait bien déboucher sur une découverte de l'espèces la moins attendue...

Roman émouvant, surtout, car l'aventure est ici placée sous le signe de l'échec. Comme si Stevenson cherchait à nous rappeler, avant de prendre congé, que toute entreprise est un naufrage mais le but du voyage, au fond, importe peu, pourvu qu'ait soufflé aux oreilles du voyageur le grand vent du Mystère majuscule.

'L'un des meilleurs romans de Stevenson... Un livre magnifique !' JORGE LUIS BORGES
Présentation de l'éditeur

La rose pourpre et le lys

La rose pourpre et le lys
Faber Michel
Ed. L'Olivier

Londres, 1875.
Quelque part dans Church Lane, à l'écart du tumulte de ce quartier sordide, une jeune fille attend. Elle s'appelle Sugar, elle a dix-huit ans. C'est une prostituée d'un genre particulier : sa beauté, sa vivacité, son intelligence - elle sait lire, écrire et pratique l'art de la conversation - semblent la promettre à un destin différent. Elle est remarquée par un riche parfumeur, William Rackham, qui fait d'elle sa maîtresse. William Rackham est ambitieux. Pour maintenir son train de vie et échapper aux humiliations financières que lui inflige son père, il doit encore gravir quelques échelons. Et puis il y a sa femme, Agnes, une grande bourgeoise neurasthénique qui ignore tout du mal qui la ronge. Ensemble, Sugar et William décident de braver les interdits et de vivre une vie plus conforme à leurs grandes espérances, loin du bordel et de la médiocrité petite-bourgeoise. Y parviendront-ils ?
Utilisant toutes les ressources du roman victorien, Michel Faber a fait de cette histoire un livre extraordinairement moderne. La misère des classes populaires, l'arrogance de la bourgeoisie, la crise des moeurs soumises à une morale sexuelle répressive forment un tableau grouillant de vie, de conflits et de passions à l'arrière-plan des destins croisés de Sugar et William.
Présentation de l'éditeur

Transfuge n°7/mai 2005. Saul Bellow

Transfuge n°7/mai 2005. Saul Bellow
Collectif
Ed. Transfuge

David Zimmer a perdu sa femme et ses fils dans un accident d'avion.

Au bord de la dépression, anéanti devant la télévision, son attention est soudain retenue par un acteur du cinéma muet, un certain Hector Mann, disparu depuis 1929. Pour la première fois depuis des mois, David est sous le charme ; ce virtuose du septième art parvient à le faire rire, et, pour ce petit miracle, David décide de se lancer dans la filmographie du personnage. Le livre publié, il s'invente une autre raison de vivre et entreprend la traduction des Mémoires d'outre-tombe. Un soir, une inconnue débarque chez lui et, sous la menace, lui impose un très long voyage. Elle a pour mission de l'amener le plus vite possible au chevet d'Hector Mann qui, mourrant, l'appelle pour lui léguer un étrange héritage. Malgré l'improbabilité de l'histoire, David se laisse entraîner?
Avec Le Livre des illusions, Paul Auster fait un brillant retour romanesque. Dès les premières pages, le lecteur est littéralement emporté par le torrent narratif. Au-delà de l'extraordinaire et mystérieuse histoire d'Hector Mann, l'auteur nous entraîne au c?ur des destins qui s'entrecroisent dans un monde à la hauteur de son incomparable imaginaire. Le livre des illusions ne pourrait s'appeler autrement : cinéma, suspense, enquêtes, meurtres et histoires d'amour, tout est là, magistralement orchestré, pour finalement disparaître dans un nuage de fumée?

Fragments d'un siècle

Fragments d'un siècle
Barnard Benno
Ed. Castor Astral/Escales du Nord

Le 'trou dans le monde', image centrale des Fragments d'un siècle, c'est la destruction de Rotterdam, la ville d'où sont originaires les parents de l'auteur, mais aussi l'impossibilité qu'éprouve le père à parler de la guerre, et enfin le vide religieux que les bombardements ont laissé dans la pensée européenne.
Benno Barnard fouille, avec un humour virulent et iconoclaste, dans et au-delà de sa propre mémoire, pour nous livrer un compte rendu méditatif et lyrique d'un voyage dans le temps et au coeur de l'Europe.
'Un livre exceptionnellement riche, un éventail de disciplines - journal, lettres, essai, polémique, conte - fusionnées par la cohérence, et qui pourrait tout aussi bien se nommer roman.' Jeroen Brouwers (prix Fémina Etranger 1995)
Présentation de l'éditeur

Un lit de neige

Un lit de neige
Haring Roswitha
Ed. Christian Bourgois

Ce roman est une sorte de journal oral, mosaïque éclatée d'une chronique familiale, l'histoire que se raconte une petite fille perdue au seuil de l'adolescence. Le livre débute sur le portrait d'une famille unie et riante d'Allemagne de l'Est. L'enfant voit le monde s'agiter autour d'elle, ses soeurs maquillées, sa mère qui cueille des fruits, son père qui s'amuse avec ses enfants. Tous les bruits du bonheur.

Soudain ces bruits se taisent. Les soeurs se marient. Les parents ont trop de soucis pour parler avec elle. Envoyée en vacances chez un de ses oncles, elle découvre le lourd secret qui pèse sur sa famille. Le malheur l'envahit peu à peu, jusqu'à ce que son corps se recroqueville, se mette en position de veille. Ses seuls points de repère : des bruits, des odeurs, des saveurs.

La beauté et la force du livre tiennent au fait que Roswitha Haring choisit de nous parler corps à corps. Elle nous fait communiquer, au plus près du désarroi de la petite fille, avec ses souvenirs, qui ne cessent de resurgir dans le présent et de s'y fondre.
Présentation de l'éditeur

Le livre des illusions

Couverture non disponible
Auster Paul
Ed. Actes Sud

David Zimmer a perdu sa femme et ses fils dans un accident d'avion.

Au bord de la dépression, anéanti devant la télévision, son attention est soudain retenue par un acteur du cinéma muet, un certain Hector Mann, disparu depuis 1929. Pour la première fois depuis des mois, David est sous le charme ; ce virtuose du septième art parvient à le faire rire, et, pour ce petit miracle, David décide de se lancer dans la filmographie du personnage. Le livre publié, il s'invente une autre raison de vivre et entreprend la traduction des Mémoires d'outre-tombe. Un soir, une inconnue débarque chez lui et, sous la menace, lui impose un très long voyage. Elle a pour mission de l'amener le plus vite possible au chevet d'Hector Mann qui, mourrant, l'appelle pour lui léguer un étrange héritage. Malgré l'improbabilité de l'histoire, David se laisse entraîner?
Avec Le Livre des illusions, Paul Auster fait un brillant retour romanesque. Dès les premières pages, le lecteur est littéralement emporté par le torrent narratif. Au-delà de l'extraordinaire et mystérieuse histoire d'Hector Mann, l'auteur nous entraîne au c?ur des destins qui s'entrecroisent dans un monde à la hauteur de son incomparable imaginaire. Le livre des illusions ne pourrait s'appeler autrement : cinéma, suspense, enquêtes, meurtres et histoires d'amour, tout est là, magistralement orchestré, pour finalement disparaître dans un nuage de fumée?

Dans le ventre de la baleine et autres essais (1931-1943)

Dans le ventre de la baleine et autres essais (1931-1943)
Orwell George
Ed. Ivrea/Encyclopédie des Nuisances

Les textes de ce premier volume, extraits de l'édition Essais, articles, lettres, couvrent la période de 1931 à 1943. Ils reflètent la diversité des intérêts d'Orwell tout comme l'évolution de ses idées ainsi que des thèmes orwelliens : disparition de la vérité, occupation des esprits par la propagande, irresponsabilité des intellectuels, corruption du langage, etc.

Pourquoi j'écris
Une pendaison
Comment j'ai tué un éléphant
Les pieds dans le plat espagnol
Pourquoi j'ai adhéré à l'Independent Labour Party
Charles Dickens
Dans le ventre de la baleine
De droite ou de gauche, c'est mon pays
Note autobiographique
Le fascisme prophétisé
Le lion et la licorne : socialisme et génie anglais
Wells, Hitler et l'Etat mondial
Réflexions sur la guerre d'Espagne
Qui sont les criminels de guerre ?

Yermo

Couverture non disponible
Bou?da Iouri
Ed. Actes Sud

La vie de l'écrivain américain George Yermo forme un extraordinaire matière romanesque.

Né Guéorgui Yermo-Nicolaïev, en 1914, à Saint-Pétersbourg dans une famille de la grande aristocratie russe, il est élevé à New Salem en Nouvelle-Angleterre, sous le signe de Melville, d'Emily Dickinson et d'Henry James. Après de brillantes études, une déception amoureuse le pousse à devenir correspondant pendant la guerre d'Espagne. Puis, au début des années cinquante, c'est la visite d'un palais vénitien qui changera le cours de son existence? Le palais, son passé et ses secrets, et Lise, sa propriétaire, seront désormais au centre de sa vie.
Après le bref et splendide Train Zéro, Iouri Bouïda a écrit un livre dense et convaincant, une vaste réflexion sur la création et un très bel hommage à Nabokov, un livre en forme de quête, foisonnant de digressions, de réflexions philosophiques, et fascinant d'originalité.

Tels, tels étaient nos plaisirs et autres essais (1944-1949)

Tels, tels étaient nos plaisirs et autres essais (1944-1949)
Orwell George
Ed. Ivrea/Encyclopédie des Nuisances

Deuxième volume des Essais, articles, lettres :

L'immunité artistique : quelques mots sur Salvador Dali
Raffles et Miss Blandish
Arthur Koestler
Notes sur le nationalisme
Préface inédite à
Animal Farm
Amère est la vengeance
La bombe atomique et vous
Où meurt la littérature
Les lieux de loisirs
La politique et la langue anglaise
Politique contre littérature
Comment meurent les pauvres
Lear, Tolstoï et le Bouffon
Tels, tels étaient nos plaisirs
Réflexions sur Gandhi


Histoire d'un Allemand. Souvenirs 1914-1933

Couverture non disponible
Haffner Sebastian
Ed. Actes Sud

Jeune magistrat stagiaire à Berlin, Sebastian Haffner s'est exilé en 1938,

tant il jugeait exécrable l'atmosphère politique et culturelle en Allemagne. Etabli en Angleterre, il y vécut dans une précarité accablante. L'éditeur Warburg lui commanda alors le livre qui devait devenir l'Histoire d'un Allemand, récit, par un témoin oculaire, de ce qu'était la vie des Allemands pendant l'instauration du nazisme. Mais la guerre éclata et le manuscrit ne fut jamais publié. En 1954, Haffner retourna en Allemagne où il devint un historien de renom. Il est mort en 1999 sans avoir jamais cherché à publier sa très personnelle
Histoire d'un Allemand, restée cachée au fond de son bureau.
Avec une redoutable clarté, l'auteur nous fait part de son expérience intime; il rend palpable la tentation du mal, l'infiltration et la prise de pouvoir lente et perfide de la pensée raciste et fasciste , le cheminement de la propagande belliciste.
Penser que ce texte fut écrit avant la guerre est proprement bouleversant. En le lisant , on assiste littéralement à l'arrivée du désastre, étape par étape. Et l'on s'aperçoit que rien, jamais, n'est une fatalité.