L'aube de la nuit

Couverture non disponible
F. Hamilton Peter
Ed. Robert Laffont

Enorme, gigantesque, presque mégalomaniaque le projet de roman fleuve du génial Peter F. Hamilton

réjouira ceux qui désespéraient de retrouver un jour le souffle du Asimov de Fondation, du Herbert de Dune, du Farmer du Monde du Fleuve ou du Simmons d'Hyperion. L'idée de départ est lumineuse : dans un livre de science fiction tendance « hard science » (les descriptions de « trous de ver », de la navigation à l'antimatière ou la définition du point de Lagrange sont un régal pour les amateurs) Hamilton crée la surprise en imaginant l'apparition de morts vivants issus de la plus pure tradition fantastique. La rencontre est fertile, l'auteur gère à merveille et sur six énormes volumes les infinies conséquences de la découverte de l'au-delà par une société hypertechnologique. Biensûr, si ce livre est un chef d'?uvre du genre c'est que, comme Stevenson ou Conrad, Hamilton est avant tout un conteur doué d'une verve et d'une énergie exceptionnelle.

Le Moghol Blanc

Le Moghol Blanc
Dalrymple William
Ed. Noir sur Blanc

L'histoire vraie d'une passion tragique dans l'Inde du 18ème siècle

'Voici un livre absolument génial. J'ai adoré me retrouver dans cet univers et j'ai adoré l'écriture de Dalrymple.' Salman Rushdie

'La plus touchante des histoires d'amour à sortir de l'Inde depuis Shah Jahan et Mumtaz Mahal, la mort de cette dernière ayant inspiré le célèbre et fabuleux Taj Mahal. Ce récit est beaucoup plus romantique que n'importe quelle fiction et beaucoup plus tragique aussi dans son dénouement, avec un somptueux tour perceptif des observateurs contemporains de l'Inde. Aux yeux des amoureux de l'Inde, donc des amateurs de grandes amours et de belle écriture, Le Moghol Blanc n'est rien moins qu'un Kush Bagh, un jardin des délices.' Charles Allen Literary Review

'Un livre somptueux, envoûtant et important. Une tapisserie de scènes magnifiques et un grand amour émouvant. L'histoire de cette liaison coloniale est admirablement racontée par Dalrymple.' Miranda Seymour Sunday Times

'Brillant, poignant et tissé de compassion, Le Moghol Blanc n'est pas seulement une irrésistible liaison amoureuse; il nous rappelle aussi, à ce dangereux moment de notre histoire, que l'Europe trouva un temps la société musulmane attirante et sympathique et qu'il a toujours été possible de construire des ponts entre l'Islam et l'Occident.' Karen Armstrong, historienne des religions.

'Le Moghol Blanc est destiné à devenir un classique, sur-le-champ' Amanda Foreman, historienne.

En ce bas monde

Couverture non disponible
Lancelotta Victoria
Ed. Phébus

Treize histoires qui mettent en scène des femmes ? ou des adolescentes, ou des gamines ? aux prises avec la tranquille banalité du mal.

Treize façons de nous rappeler que l'ordinaire de la vie frôle souvent des gouffres ; que la sainte morale des Eglises ne fait pas bon ménage avec les élans du c?ur ; que nos petits bonheurs sont presque toujours rongés par l'angoisse ; que ni l'enfance, ni l'adolescence ne sont les verts paradis qu'on a dit ; et que de la médiocrité de ce qu'on appelle l'existence émane pourtant comme un bizarre parfum d'éternité.
Victoria Lancelotta , en tout cas, écrit comme un ange?

Ikebukuro West Gate Park

Ikebukuro West Gate Park
Ira Ishida
Ed. Picquier

Bienvenue à Ikebukuro West Gate Park. Un square ouvert aux aventuriers urbains, à la sortie ouest de la gare d'Ikebukuro. C'est là que Makoto et ses amis ont établi leur QG. Makoto a dix-neuf ans, et c'est un trouble shooter, un 'solutionneur d'embrouilles'. Des embrouilles, il n'en manque pas dans ce quartier où se rencontrent gamins à la dérive, yakuzas, filles perdues et clandestins dans le Japon de l'envers. Avec pour seules armes son énergie et sa débrouillardise, Makoto résout les énigmes, vient en aide à ceux qui sont dans la détresse, et tente de ramener la paix dans les rues menacées par une sanglante guerre des gangs...
Si Ikebukuro West Gate Park a obtenu le Grand Prix de littérature policière au Japon, il dépasse de loin le cadre du roman policier. Quand on referme le livre, on a l'impression de connaître par coeur ce quartier de Tokyo, chacune de ses ruelles où se côtoient bars à karaoké et love-hôtels, on s'est attaché à chacun de ses habitants. Par petites touches incisives d'un pinceau très rapide, Ishida Ira a produit une oeuvre extrêmement originale, dont la toile de fond plutôt noire s'éclaire de soudaines bourrasques de soleil.
Présentation de l'éditeur

Le territoire du crayon

Couverture non disponible
Walser Robert
Ed. Zoé

Appel du pied

Appel du pied
Risa Wataya
Ed. Picquier

A dix-neuf ans, Wataya Risa est la plus jeune lauréate jamais couronnée du prix Akutagawa, le Goncourt japonais. Et l'histoire qui a conqui le jury et le public japonais n'est sans doute pas très éloignée de sa propre expérience de lycéenne, il n'y a pas si longtemps. Ce journal intime d'une jeune fille qui n'arrive pas à s'intégrer dans sa classe est au plus près des sensations, de la contradiction des sentiments qui affleurent sous la surface unie des apparences. De ces moments où l'on cherche un sol ferme sous ses pieds, pour s'aventurer à la découverte de la vie. Et lorsqu'on se sent attirée par un garçon qui vit confiné dans sa passion pour un mannequin vedette, on aimerait bien le réveiller de son rêve pour qu'il fasse ses premiers pas avec vous, sur ce chemin incertain.
Une chronique sensible, et pleine d'humour, de cet âge oscillant entre la nostalgie d'une enfance innocente et la naissance, presque malgré soi, de ce qui pourrait bien s'appeler l'amour.
Présentation de l'éditeur

L'art du voyage

Couverture non disponible
de Botton Alain
Ed. Mercure de France

« Pourquoi être séduit par quelque chose d'aussi insignifiant qu'une porte d'entrée dans un autre pays ? »

Alain de Botton nous entraîne dans l'exploration des satisfactions et des déceptions que le fait de voyager génère. Avec Flaubert, Baudelaire, Van Gogh, Ruskin?, il nous offre le parfait antidote à tous ces guides qui nous disent où il faut partir et ce qu'il faut y voir et y faire. L'auteur de Comment Proust peut changer votre vie, tente au contraire, avec humour et élégance, de nous expliquer pourquoi nous avons voulu y aller et comment nous pourrions y être plus heureux

Jours de pluie à Madras

Jours de pluie à Madras
Ali Samina
Ed. Mercure de France

Lorsque nous sortîmes de l'ascenseur, au premier étage de l'hôtel, nous étions en pleine discussion, si bien que nous ne vîmes pas tout de suite cette grande silhouette vêtue d'une burkha... Puis Samir s'arrêta au milieu d'une phrase, avec ce regard de côté qui lui était familier, essayant de percevoir ce qui n'était pas visible à première vue. Dans l'étroit couloir, cette silhouette s'attardait près de notre porte, tel un fantôme noir se détachant sur les murs blancs, tel le démon qui surgissait dans mes rêves. 'Qui est-ce ?' murmura Samir, ses doigts se refermant sur mon poignet. S.A.

Issue d'une riche famille musulmane, Layla vient de rentrer des Etats-Unis, où elle étudiait, pour se marier à Hyderabad. Un mariage arrangé qui semble lui faire très peur mais auquel elle se prête quand même car elle a un lourd secret : elle n'est plus vierge, la honte absolue dans son milieu.
Or Samir, son jeune mari si beau, si charmant, dissimule lui aussi un épisode de son passé qui l'obsède.
Et c'est à Madras, pendant le voyage de noces qui aurait pu leur permettre de s'accepter l'un l'autre, que va surgir celui que personne n'attendait. C'est là que chacun va devoir affronter son destin.
Présentation de l'éditeur

Premier roman de Samina Ali, née à Hyderabad et résidant en Californie.

Langue natale

Couverture non disponible
Lee Chang-rae
Ed. L'Olivier

Le livre de l'humour arabe

Le livre de l'humour arabe
Schmidt Jean-Jacques
Ed. Actes Sud/Sindbad

Les Arabes, musulmans et chrétiens, que l'on imagine, en Occident, austères, puritains et rigides, peu enclins au rire et à la plaisanterie, ont accumulé, en la matière, tout au long du Moyen Age, un patrimoine qui n'a rien à envier aux autres civilisations. A travers cette anthologie, on constate l'existence d'une grande liberté de ton parmi les hommes et les femmes des sociétés arabes de l'époque, d'un sens aigu des relations directes et franches et d'un grand attachement à l'esprit, au-delà des hiérarchies et des barrières sociales. La légèreté et la grivoiserie, ajoutées au sens de la répartie et de la dérision, sont les éléments caractéristiques de cet humour.

Les ouvrages dans lesquels ont été puisées ces anecdotes comptent parmi les plus célèbres du genre adab (ou culture générale), qui consiste pour les Arabes à mêler le sérieux au plaisant, sans ordre strict, et à permettre tout à la fois d'amuser et d'instruire. Le lecteur pourra ainsi 'folâtrer' librement dans ce livre, l'ouvrir à n'importe quelle page, avec la certitude de tomber sur une histoire drôle qui le fera rire - ou sourire.
Présentation de l'éditeur