L'arbre

Couverture non disponible
Fowles John
Ed. Editions des 2 terres

L'arbre, en symbolisant le côté sauvage de notre psyché, est ce qui existe de plus comparable à la création romanesque.

En soulignant l'importance dans l'art de l'imprévisible, de l'inexplicable, du sensible, John Fowles nous gratifie d'une brillante démonstration de ce qu'est un artiste. Dans ce petit livre autour de son enfance et de son travail, nourri du goût de l'espace et de l'histoire, l'auteur du Mage et de L'obsédé explique l'impact de la nature sur sa vie et nous offre une clé à la compréhension de son ?uvre d'une fulgurante acuité intellectuelle et d'une prodigieuse originalité.

Vice de forme

Vice de forme
Lashner William
Ed. Rocher

Avocat criminel à Philadelphie, Victor Carl reçoit un soir un coup de fil paniqué d'un de ses anciens camarades de la fac de droit, Guy Forrest. Ce dernier prétend qu'il vient de découvrir le corps de sa fiancée assassinée dans leur maison de la banlieue chic de Philadelphie. La victime s'appelle Hailey Prouix. Par amour pour elle, Guy avait tout abandonné : travail, femme et enfants. Convaincu, malgré son amitié, que Guy est le meurtrier d'Hailey, Victor accepte malgré tout de le défendre après son incarcération, se jurant secrètement de faire toute la lumière sur cette affaire, quel qu'en soit le prix.

Commence alors une quête de la vérité qui le conduira de Philadelphie en Virginie-Occidentale en passant par Las Vegas, un voyage dans le passé d'Hailey Prouix, où rien n'est aussi simple qu'il n'y paraît. Car Hailey a fasciné et ensorcelé tous les hommes qui ont croisé sa route ; tous les hommes, y compris Victor Carl lui-même...
Présentation de l'éditeur

Polar

Comme au premier jour

Couverture non disponible
Hertmans Stefan
Ed. Christian Bourgois

Un rêve de pureté et de premier amour peut-il se dégrader au point de devenir un cauchemar de meurtres pervers ?

Roman d'une imagination quasi-hallucinée, alimentée par les tableaux inquiétants du Moyen Age flamand et des temps les plus modernes, Comme au premier jour est avant tout un livre sur la quête contemporaine de l'Image sublime dans les passions humaines, et le récit des catastrophes intimes saisissantes qu'elle peut provoquer dans la vie des hommes.
Stefan Hertmans est l'auteur d'une ?uvre variée et érudite, trop peu connue du public francophone.
Les éditions Castor Astral publient en même temps Entre villes, un ouvrage ambitieux en forme d'errance philosophique dans quelques cités « marginales » d'Europe.

Stefan Hertmans, né à Gand en 1951, est poète, romancier et essayiste. Considéré comme un écrivain postmoderniste, la musique, l'art contemporain, la philosophie et la littérature forment les sujets principaux de son écriture. Il publie son principal roman 'Naar Merelbeke' ('A Merelbeke') en 1994.

Le mur de verre

Le mur de verre
Schindel Robert
Ed. Stock

«Il fait si froid quand on reste assis et que les souliers trempent dans la neige, et tout ça imaginez-vous il y a quarante-cinq ans mais les pieds nus ou dans des sabots de bois ou des loques, et pas quatre-vingt-dix minutes mais un jour entier, une nuit et encore un jour. Une idée me traverse l'esprit, on devrait embaucher des antisémites comme figurants. Et les laisser là assis ou debout par moins vingt-deux, et pas une heure et demie mais disons trois heures. Pourtant c'est pas parce qu'ils se gèlent que ça nous réchauffe, nous autres, pas autrefois, et aujourd'hui un thé brûlant fait aussi l'affaire.»

Au début des années 1980, l'Autriche dort encore paisiblement, bercée par la douce nostalgie de la grande époque des Habsbourg. Mais l'ouverture à Vienne du procès du SS Oberscharführer Anton Herser, surnommé le briseur de crânes, interrompt brutalement ces rêves d'innocence. Toute la nation se retrouve confrontée à un passé douloureux, jusqu'alors trop souvent occulté : le national-socialisme. Un fils de SS hanté par d'effroyables souvenirs, un survivant appelé à témoigner au procès de son bourreau, un homme de théâtre qui cache ses origines... Autant de personnages complexes, de secrets, mais aussi d'espoirs, qui dévoilent strate après strate la psyché autrichienne.

Dans une langue dure et poétique, Robert Schindel met en scène la difficulté de vivre avec un passé très présent, avec la culpabilité, l'oubli et la mémoire. Sans doute est-ce pour cela que Le mur de verre est devenu en Autriche et en Allemagne le livre de toute une génération, trop jeune pour avoir connu les horreurs de la guerre, trop âgée pour ne pas en avoir subi les conséquences. Bouleversant retour sur la période la plus sombre qu'ait traversée l'Europe, le roman pose également des questions essentielles sur l'identité collective et sur la place de chacun dans l'Histoire.
Présentation de l'éditeur

Les complications

Couverture non disponible
Kurzweil Allen
Ed. Calmann-lévy

Alexander Short, bibliothécaire à New York, mène une double vie :

le jour, il est plongé dans l'univers baroque de l'érudition et la nuit, dans la violence du quartier sensible où il habite avec sa femme. Henry James Jesson III, bibliophile excentrique, amateur de calligraphie et de compartiments secrets, le charge d'une étrange mission : retrouver la pièce manquante d'un cabinet de curiosités retraçant la vie d'un mystérieux inventeur du XVIIIe siècle.
D'abord fasciné par la personnalité de Jesson, Alexander découvre peu à peu que l'esprit du vieil homme recèle davantage de tiroirs que le cabinet de curiosités qu'il cherche à compléter?
Après Le coffret, Kurzweil nous entraîne dans une énigme historique construite avec l'ingénuité et la précision d'un grand maître horloger.

Le Grand Incendie

Le Grand Incendie
Hazzard Shirley
Ed. Gallimard

1947 : la paix a un goût étrange. L'Angleterre est en ruine, la Chine attend la victoire de Mao, le Japon est hanté par ses crimes de guerre et par Hiroshima. Entre ces trois pays navigue Aldred Leith, sinologue, fils d'un romancier célèbre, héros blessé au combat. Comme tous ses contemporains, il oscille entre euphorie et désillusion, soif de vivre et peur du vide. Et il se pose une question lancinante : quel sens donner à cette existence qu'il a failli perdre ? Comment justifier d'avoir survécu ? Et puis, dans le monde d'ambitions et d'intrigues des troupes d'occupation, il croit retrouver une innocence perdue, incarnée par deux adolescents cultivés et fervents : un jeune homme voué à une mort prochaine et sa soeur, tout droit sortis d'un conte de fées. Cela peut-il suffire à reconstruire un monde ?
Jamais sans doute le climat de l'après-guerre n'a été évoqué avec une telle précision, une telle intensité charnelle. Mais Shirley Hazzard excelle tout autant à ciseler l'intime sur fond de tourmente collective, donnant à ces destins une portée intemporelle et universelle. Avec cette oeuvre inoubliable alliant richesse poétique et justesse de ton, subtile perfection classique et fulgurances de style, elle s'impose plus que jamais comme une romancière majeure de notre temps, qu'il est urgent de découvrir.
Présentation de l'éditeur

La forêt sous la neige

Couverture non disponible
Parvin Roy
Ed. Phébus

Il faut lire La forêt sous la neige comme on décide d'enfiler ses chaussures de marche et de partir écouter le monde des solitudes .

En trois longues nouvelles balancées d'un rythme superbe, le jeune écrivain Roy Parvin nous fait toucher du doigt le mal qui tourmente le plus sûrement l'animal humain : la peur panique de ce qui est. Ici, tout est si simple, et tout est mystérieux.
Une réussite dans un genre dont il ne faudrait jamais se lasser.

Quatre saisons à Mohawk

Quatre saisons à Mohawk
Russo Richard
Ed. Quai Voltaire

Traduit de l'américain par Jean-Luc Piningre

'Tout sonne juste dans ce roman. Un véritable bijou.' San Francisco Chronicle

'Russo se révèle un maître dans l'art d'évoquer les sentiments, l'atmosphère et les senteurs d'une ville. Quatre Saisons à Mokawk est un roman remarquablement original et malicieusement drôle.' New York Times Book Review

'Riche de merveilleux détails... Un roman ample, sur les leçons métaphoriques de l'adolescence : le billard et la frustration sexuelle, la pêche à la truite et la sérénité.' %%Boston Globe

Le narrateur, p'tit Sam, se souvient de ses années d'adolescence dans la ville imaginaire de Mohawk, aux Etats-Unis. Son père, à la dérive depuis son retour d'Europe où il a participé à la guerre, erre de bar en bar et joue aux courses. A ses côtés, P'tit Sam apprend à jouer, tricher et voler.

Cunéiforme

Couverture non disponible
Abdolah Kader
Ed. Gallimard

Le jeune Aga Akbar, cadet de sept enfants et fils illégitime d'un noble persan, est sourd-muet.

Ne sachant comment lui enseigner l'alphabet persan, son oncle lui demande de recopier une inscription en écriture cunéiforme vieille de trois mille ans, sans doute un ordre du premier roi de Perse. Dès lors, Aga Akbar se sert de ces caractères cunéiformes et remplit des cahiers d'une écriture que personne d'autre que lui ne comprend.
Des années plus tard, son fils Ismaël arrive aux Pas-Bas. Désemparé face à une société dont il ne connaît pas les règles, il décide de traduire les notes de son père, réputées indéchiffrables. Il devient alors la voix de son père, le porte-parole de l'histoire de son pays.
Après Le voyage des bouteilles vides, Kader Abdolah réussit une grande fresque autour des mythes et récits de la culture persane millénaire, en même temps qu'un roman fortement politique sur les errements de l'Iran au vingtième siècle. Un livre magnifique aussi sur l'amour d'un fils pour son père.

Le Maître

Le Maître
Toibin Colm
Ed. Laffont/Pavillons

A un moment, je me suis aperçu qu'un certain Henry James me trottait dans la tête et j'ai eu envie d'ajouter un peu de fiction à la vie de ce grand homme. C.T.

En 1895, à Londres, Henry James présente sa pièce Guy Domville. C'est un échec retentissant. Hué par le public, blessé, il se réfugie en Irlande pour se consacrer au roman... L'histoire racontée ici commence le jour de ce fiasco et explore les cinq années qui ont suivi, cinq années vouées à l'art, durant lesquelles James a écrit ses derniers chefs-d'oeuvre. Mais à quel prix ?
Le procès d'Oscar Wilde, la mort de sa soeur et, surtout, le suicide de son amie, la romancière Constance Fenimore, lui rappellent avec cruauté l'aridité de sa vie privée et son incapacité à aimer, hormis ses personnages.
Pour devenir un tel génie, James devait-il refuser tout engagement amoureux et censurer ses sentiments ? Y a-t-il vraiment dans l'art, comme le pensait le romancier, quelque chose que jamais une émotion réelle ne saurait atteindre ? Biographie littéraire audacieuse, bouleversant hommage au grand écrivain, Le Maître est aussi un roman qui s'interroge sur les conflits entre création et vie quotidienne.
Présentation de l'éditeur