Neuf nuits

Neuf nuits
Carvalho Bernard
Ed. Métailié

En août 1939, l'anthropologue nord-américain Buell Quain se suicide au cours d'un de ses séjours chez les Indiens Kraho, en Amazonie. Il avait 27 ans, venait de recevoir une lettre qu'il a brûlée et en a laissé quelques autres. Les circonstances exactes du suicide n'ont jamais été élucidées.
Obsédé par cette information, l'auteur commence une enquête. Un impressionnant réseau de coïncidences s'accumule autour de lui au fur et à mesure qu'il progresse, se mêlant au souvenir de son père qui commençait avec les Indiens de ces régions où il emmenait le petit garçon pendant les vacances scolaires.
En contrepoint, on peut lire les lettres d'un ami de Buell Quain, témoin de son désespoir. Il y révèle les contradictions et les désirs d'un homme seul sur un territoire étranger, confronté à ses propres limites ainsi qu'à une altérité absolue. Le lecteur ne peut éviter la référence au Conrad du Coeur des ténèbres.
Dans un style lumineux, ce roman exceptionnel est construit en une série de glissements constants entre fiction, invention, souvenirs et réalité. Ses personnages, prisonniers des circonstances, entretiennent des liens précaires et névrotiques avec une réalité imprévisible.
Ce roman a obtenu deux des prix les plus prestigieux du Brésil : le Prix Machado de Assis et le Prix Jabuti.
Présentation de l'éditeur

Kuraj

Couverture non disponible
Di Natale Silvia
Ed. Gallimard

« Kuraj » est le nom kirghiz d'une plante « nomade » des steppes

qui, en hiver, perd ses branches et ses racines pour se laisser aller au vent. Ainsi, Naja, née parmi les Tuncians, peuple vivant aux confins de la Chine et de l'Union soviétique, est désormais allemande, et apprend à vivre autrement entre deux mondes et deux pères dont l'amitié nouée dans les heures les plus noires de la bataille de Stalingrad a scellé le destin étrange et difficile.
Ce premier roman de Silvia Di Natale porte en lui une beauté toute singulière, comme le souffle lent de la voix qui nous enseignerait une langue inconnue.

Les Chutes

Les Chutes
Carol Oates Joyce
Ed. Philippe Rey

Veuve au matin d'une nuit de noces hallucinante, lorsque son époux, un jeune pasteur, se suicide en se jetant dans les Chutes du Niagara, Ariah Littrell se considère désormais comme vouée au malheur. Pourtant, au cours de sa semaine de veille au bord de l'abîme, en attendant qu'on retrouve le corps de son mari d'un jour, La Veuve blanche des Chutes (ainsi que la presse l'a surnommée avant d'en faire une légende) attire l'attention de Dirk Burnaby, un brillant avocat au coeur tendre, fasciné par cette jeune femme étrange.
Une passion improbable et néanmoins absolue lie très vite ce couple qui va connaître dix ans d'un bonheur total avant que la malédiction des Chutes s'abatte de nouveau sur la famille.
Désamour, trahison, meurtre ? C'est aux enfants Burnaby qu'il reviendra de découvrir les secrets de la tragédie qui a détruit la vie de leurs parents. Une quête qui les obligera a affronter non seulement leur histoire personnelle mais aussi un sombre épisode du passé de l'Amérique : les ravages infligés à toute une région par l'expansion industrielle gigantesque des années 50 et 60, expansion nourrie par la cupidité et la corruption des pouvoirs en place.
Un roman aussi beau et tumultueux que ces Chutes au charme maléfique.
Présentation de l'éditeur

Pizza créole

Couverture non disponible
Bourdain Anthony
Ed. Christian Bourgois

Un homme sans tête et autres nouvelles

Un homme sans tête et autres nouvelles
Keret Etgar
Ed. Actes Sud

Tout enfant, dès lors qu'il devient adulte, est-il condamné à se transformer en 'un homme sans tête', à l'instar des personnages qui peuplent ce recueil et habitent un monde où dire 'je', mener une modeste vie de sujet libre, est apparemment de plus en plus difficile, voire impossible ?
Jeunes hommes ou jeunes femmes, les uns comme les autres semblent ici saisis d'un étrange vertige quand ils se découvrent eux-mêmes voués à prendre leur place parmi les vivants, sur l'inconstante scène du monde.
Fidèle à son esthétique minimaliste et résolument contemporaine, Etgar Keret, au fil de ces nouvelles parfois très brèves mais d'autant plus percutantes, fait surgir les multiples visages que peut revêtir l'angoisse existentielle chez des individus en quête de leur langage, et de leur jugement, et ne découvrant, de l'autre côté du miroir, que la menace d'une absurdité aussi effrayante qu'essentielle.
Présentation de l'éditeur

Les tortues de Zanzibar

Couverture non disponible
Foden Giles
Ed. L'Olivier

En 1998, Giles Foden se trouve à Dar-es-Salaam lorsqu'une bombe détruit l'ambassade des USA.

L'attentat est attribué à une mystérieuse organisation, Al-Qaida. Foden décide d'enquêter et d'en faire le sujet d'un roman. Il n'a pas achevé de l'écrire quand Al-Qaida frappe à nouveau, le 11 septembre 2001.
Giles Foden sait alors qu'il ne s'est pas trompé. « Ce livre n'apporte pas de réponse à la question du terrorisme. Mais il permet ? je l'espère - de mieux comprendre les enjeux, le contexte et l'état d'esprit qui peuvent mener à de tels actes. »
En croisant la destinée de cinq personnages ? quatre fictifs et un bien réel : Ousama Ben Laden en personne - , Giles Foden, auteur déjà du remarquable Dernier roi d'Ecosse et actuellement journaliste au Guardian, construit un récit d'aventures aussi vraisemblable que romanesque.

Liberté basanée

Liberté basanée
Pankowski Marian
Ed. Chambon/Le Rouergue

'[...]Quand, pour me relier au monde de ce qu'on appelait la vie, il n'y avait que les lettres et les colis de ma mère. La rigueur de l'oeil du 55 se voilait de brume lorsque, contrôlant le paquet de vivres, il extrayait de biscuits militaires une branchette de genévrier des Carpates ou une plume de geai, des signes trop menus pour qu'il se ridiculise à les confisquer... Et moi, je retournais au bloc à rayures, dans le bruit de la résine, dans le cri des oiseaux libres, moi, enfant de choeur d'une liturgie célébrée là-bas, en Pologne, à mon intention, par ma mère en alliance avec le ciel et la terre.'
Les cinq traités qui composent ce recueil, dédiés à sa mère, Marian Pankowski les écrit comme un antidote à l'horreur des camps, pour apprendre 'l'oubli des fils barbelés', et comme pour se prouver, à travers les joies et les facéties de son enfance villageoise, que le bonheur reste possible.
Présentation de l'éditeur

Renverse du souffle

Couverture non disponible
Celan Paul
Ed. Seuil/La librairie du XXIe siècle

Buvez du caco Van Houten !

Buvez du caco Van Houten !
Vorpsi Ornela
Ed. Actes Sud

J'ai découvert à seize ans dans les vers de Maïakovski un fait historique, une anecdote qui m'a marquée pour toujours. La société Van Houten, déjà réputée à l'époque pour l'excellence de son cacao (nous sommes en 1910), eut une idée macabre et géniale : acheter le dernier voeu d'un condamné à mort pour promouvoir sa sombre poudre.
En guise de dernière volonté, l'homme face à la foule devait crier le slogan 'Buvez du cacao Van Houten !'. Sa famille recevrait en contrepartie une coquette somme d'argent la mettant pour quelque temps à l'abri du besoin. L'homme cria. Mon âme d'adolescente aussi.
Bien des événements se sont produits depuis lors, mais la phrase 'Buvez du cacao Van Houten !' demeure en moi comme une pierre dans les fondations d'une maison.
Je ne pouvais donner un autre titre à ce livre dont les histoires ramènent toutes à cette boisson fascinante qu'est l'être humain, capable de se vendre jusqu'au dernier souffle. J'avais une promesse à tenir, gardée longtemps secrète : envers l'homme qui a crié, envers l'entreprise qui a acheté, envers l'humanité qui me peine. O.V.

Présentation de l'éditeur

La Divine Comédie

Couverture non disponible
Alighieri Dante
Ed. La Différence

David Zimmer a perdu sa femme et ses fils dans un accident d'avion.

Au bord de la dépression, anéanti devant la télévision, son attention est soudain retenue par un acteur du cinéma muet, un certain Hector Mann, disparu depuis 1929. Pour la première fois depuis des mois, David est sous le charme ; ce virtuose du septième art parvient à le faire rire, et, pour ce petit miracle, David décide de se lancer dans la filmographie du personnage. Le livre publié, il s'invente une autre raison de vivre et entreprend la traduction des Mémoires d'outre-tombe. Un soir, une inconnue débarque chez lui et, sous la menace, lui impose un très long voyage. Elle a pour mission de l'amener le plus vite possible au chevet d'Hector Mann qui, mourrant, l'appelle pour lui léguer un étrange héritage. Malgré l'improbabilité de l'histoire, David se laisse entraîner?
Avec Le Livre des illusions, Paul Auster fait un brillant retour romanesque. Dès les premières pages, le lecteur est littéralement emporté par le torrent narratif. Au-delà de l'extraordinaire et mystérieuse histoire d'Hector Mann, l'auteur nous entraîne au c?ur des destins qui s'entrecroisent dans un monde à la hauteur de son incomparable imaginaire. Le livre des illusions ne pourrait s'appeler autrement : cinéma, suspense, enquêtes, meurtres et histoires d'amour, tout est là, magistralement orchestré, pour finalement disparaître dans un nuage de fumée?