Accuser et séduire. Essai sur Jean-Jacques Rousseau

Accuser et séduire. Essai sur Jean-Jacques Rousseau
Starobinski Jean
Ed. Gallimard
Date de publication : 01/11/2012

Rousseau procéda à la manière des prédicateurs. Il accusa le mal, pour mieux annoncer le remède. C'est « l'indignation de la vertu », assure-t-il, qui marqua le début de sa vocation « philosophique », lorsqu'un concours d'académie souleva la question des conséquences du « rétablissement des sciences et des arts », c'est-à-dire de la Renaissance. Son indignation, son ressentiment ont alors fait naître en lui une éloquence dont il ignorait encore tout le pouvoir.
Il a jugé nécessaire de remonter aux premiers temps de l'histoire humaine, et le modèle qu'il en a proposé lui a valu d'être considéré comme l'un des fondateurs de l'anthropologie. Il parvint à loger dans son roman La Nouvelle Héloïse tout à la fois un lieu où vivre et des voyages couvrant la terre entière. Certains de ses lecteurs furent séduits au point de vouloir tout quitter pour vivre à ses côtés, comme s'il avait fondé un ordre religieux. Ce singulier attrait s'exerce encore.