Philosophie n°87

Philosophie n°87
Revue
Ed. Minuit

Méditations mythologiques est le prolongement et la condensation, le précipité épuré et apuré d'un livre-somme de Pinchard :

La Raison dédoublée. La fabbrica della mente (Aubier, 1992), où une critique mythologique de la raison, à travers le conflit entre la scolastique et l'humanisme italien, en s'appuyant sur l'?uvre de Giambattista Vico, était menée rigoureusement comme une enquête sur les pouvoirs géminatoires de l'esprit : le deux, la doublure, le ' aussi ', l'intervalle, l'analogie, la variation. Toute la Renaissance était traversée jusqu'à l'épistémologie de René Thom, qui signait une postface complice et aride au livre.
L'exercice de Méditations mythologiques, répondant aux méditations métaphysiques de Descartes, ausculté en profondeur par Pinchard, a pour fonction de ' saisir méthodiquement le sujet à son surgissement le plus libre et de lui montrer que, par un développement rigoureux de ses actes premiers, il engendre une mythologisation générale de l'existence ' (p.19). Il s'agit d'un acte à la fois de fondation et de transformation où la pensée se mesure à l'infini et non à sa finitude. Elle est capable, par une sorte d'autarcie éprouvée, s'étendant à tout ce qui est, s'aliénant pour y jouer la possibilité de l'esprit, de construire et de concevoir des ' objets-limites ', expressions, figurations, plans de conscience, légendes mythes matière subtile, espace qualifié qui devient, avec ses enroulements, ses vibrations, ses résistances, ' étendue mythologique ' dont la méditation prend ' en toute chose le parti de l'âme. Pour quelles fins ? Pour les fins d'une liberté dont il n'est ni idée ni exemple ' (p.95). Platon, Descartes, Malebranche, Leibniz, Dante, Rabelais et jusqu'à René Guénon et René Thom sont relus à la lumière vive d'une réflexion audacieuse, parfois exaltée, hardie dans sa formulation, qui ' des ruissellements (passe) au n?ud, des chemins au massif, et du plein à son conflit fondateur. ' (p.126). Plutôt qu'une pensée éthique, familière dans les parages actuels de la philosophie, nous allons, avec Pinchard, vers une pensée métamorphique, et nous entendons les inflexions d'un Orphée cosmographe. Suggérons les pages fulgurantes, au plus loin de toute lecture philosophante, de la première section :
' Solipsisme du Livre ' où Dante (à qui Pinchard a consacré un essai magistral Le Bûcher de Béatrice) est Le Livre, le nom et le don du Livre, par quoi chaque lecteur désigne et dissipe son origine.
Un livre qui se médite dans l'ordre même où il est écrit, pour reprendre Vico. Et c'est vertigineux.
(Sami El Hage)

La découverte du quotidien

La découverte du quotidien
Bégout Bruce
Ed. Allia

La philosophie et le quotidien entretiennent depuis toujours des rapports difficiles. Ce livre tente de comprendre les raisons de ce divorce historique mais, surtout, de proposer une véritable compréhension philosophique du monde quotidien qui dépasse à la fois sa critique méprisante et son apologie naïve. Depuis l'époque des Lumières, la philosophie a eu pour ambition première de prendre le monde concret pour objet de ses recherches et de ses projets de réforme. Malheureusement, ce v?u d'un rapprochement avec le monde profane n'a pas tellement été suivi d'effets. C'est pourquoi il nous faut redécouvrir le quotidien, au-delà des images éculées qu'il véhicule lui-même (la grisaille, la banalité, la trivialité), pour retrouver l'énigme même de la condition humaine. L'ambition de ce livre est donc de dévoiler l'essence cachée de la quotidienneté, qui fait que toute vie humaine, qu'elle le veuille ou non, est toujours aussi une vie quotidienne.
Présentation de l'éditeur

Traités politiques, esthétiques, éthiques

Traités politiques, esthétiques, éthiques
Gracian Baltasar
Ed. Seuil

« Étoile de première grandeur » selon Lacan, à côté de La Rochefoucauld (qui l'utilise, comme plus tard Nietzsche), dans la tradition des moralistes européens, Baltasar Gracián (1601-1658) est surtout connu pour sa réflexion subtile et profonde sur les arcanes de la vie sociale et pour les conseils de comportement qu'il donne, dont l'homme politique ou le professionnel d'aujourd'hui peuvent tirer beaucoup de profits.

Pour la première fois, le lecteur de langue française trouvera rassemblés dans ce volume la totalité de ses Traités, dans une traduction nouvelle, correspondant aux exigences scientifiques d'aujourd'hui tout en étant empreinte d'une vraie beauté littéraire. Il pourra ainsi prendre toute la mesure d'une oeuvre majeure qui, à travers les différentes figures que sont l'« honnête homme », l'« homme de cour », le « héros » ou le « bel esprit », s'interroge sur la destinée de l'homme, son rapport à la société, à la langue et à Dieu.
Présentation de l'éditeur

Le matérialisme occulté et la genèse du sensualisme. Ecrire l'histoire de la philosophie en France

Le matérialisme occulté et la genèse du sensualisme. Ecrire l'histoire de la philosophie en France
F. Daled Pierre
Ed. Vrin/Pour demain

Cet ouvrage révèle les schémas historiques et les occultations intentionnelles du matérialisme qu'ont imposés en France les conceptions uniformes de l'écriture de l'histoire de la philosophie de Degérando, Cousin et Damiron.

À côté de l'anti-matérialisme généralisé des premiers historiens de la philosophie du XIXe siècle, à l'exception toutefois de Paul-Marie Laurent, l'auteur souligne aussi la genèse de leurs innovations conceptuelles : l'apparition, en 1801-1804, via Kant et Villers, de la catégorie doctrinale, alors inédite en France, de « sensualisme ». Omissions et innovations dont les effets courent encore jusqu'à nous et dont l'oubli occasionne bien des anachronismes.
Présentation de l'éditeur

Matérialismes d'aujourd'hui. De Deleuze à Badiou

Matérialismes d'aujourd'hui. De Deleuze à Badiou
Tarby Fabien
Ed. L'Harmattan

 

L'ouvrage propose une initiation aux philosophies de Gilles Deleuze et d'Alain Badiou. Il s'agit de rendre compte de certains aspects de la pensée contemporaine.

L'une et l'autre construisent un matérialisme d'un nouveau genre autour de la multiplicité des choses et du monde ; l'une comme l'autre nous montrent la force qu'il y aurait, pour les hommes, à soutenir des événements qui nous engagent dans une vie authentique.

Pourquoi confronter ces deux philosophies ? Parce qu'elles sont proches, et cependant s'affrontent. C'est un tandem, oui, mais qui poursuit une course paradoxale.

Pensées d'aujourd'hui. Mais Deleuze aime le mouvement, la nature, les intensités alors que Badiou mathématise à l'infini.

Qui soutenir ? Deleuze ou Badiou ? La confrontation vous réservera, au final, quelques surprises...
Présentation de l'éditeur

La philosophie d'Alain Badiou

La philosophie d'Alain Badiou
Tarby Fabien
Ed. L'Harmattan

L'oeuvre en devenir d'Alain Badiou est l'objet d'un intérêt grandissant, en France aussi bien qu'en Europe et aux Etats-Unis.

Badiou construit une science de l'être, s'appuyant sur les développements de la théorie mathématique des ensembles. Mais il est aussi le penseur de ces événements qui font de l'homme un être capable d'une vie authentique et engagée.

Une telle existence se déploie dans le savoir, l'art, la politique, l'amour.

Qu'apporte donc Badiou par rapport à Deleuze ou Derrida ? Comment accomplir le projet de Heidegger tout en destituant son romantisme ?

Nous suivronsdans son parcours cette pensée, lucide et ambitieuse. L'étude pointera finalement quelques différences ou différents, montrant par là même que cette philosophie inspire.
Présentation de l'éditeur

Philosophie n°88 - Le témoignage. Perspectives analytiques, bibliques et ontologiques

Philosophie n°88 - Le témoignage. Perspectives analytiques, bibliques et ontologiques
Revue
Ed. Minuit

Méditations mythologiques est le prolongement et la condensation, le précipité épuré et apuré d'un livre-somme de Pinchard :

La Raison dédoublée. La fabbrica della mente (Aubier, 1992), où une critique mythologique de la raison, à travers le conflit entre la scolastique et l'humanisme italien, en s'appuyant sur l'?uvre de Giambattista Vico, était menée rigoureusement comme une enquête sur les pouvoirs géminatoires de l'esprit : le deux, la doublure, le ' aussi ', l'intervalle, l'analogie, la variation. Toute la Renaissance était traversée jusqu'à l'épistémologie de René Thom, qui signait une postface complice et aride au livre.
L'exercice de Méditations mythologiques, répondant aux méditations métaphysiques de Descartes, ausculté en profondeur par Pinchard, a pour fonction de ' saisir méthodiquement le sujet à son surgissement le plus libre et de lui montrer que, par un développement rigoureux de ses actes premiers, il engendre une mythologisation générale de l'existence ' (p.19). Il s'agit d'un acte à la fois de fondation et de transformation où la pensée se mesure à l'infini et non à sa finitude. Elle est capable, par une sorte d'autarcie éprouvée, s'étendant à tout ce qui est, s'aliénant pour y jouer la possibilité de l'esprit, de construire et de concevoir des ' objets-limites ', expressions, figurations, plans de conscience, légendes mythes matière subtile, espace qualifié qui devient, avec ses enroulements, ses vibrations, ses résistances, ' étendue mythologique ' dont la méditation prend ' en toute chose le parti de l'âme. Pour quelles fins ? Pour les fins d'une liberté dont il n'est ni idée ni exemple ' (p.95). Platon, Descartes, Malebranche, Leibniz, Dante, Rabelais et jusqu'à René Guénon et René Thom sont relus à la lumière vive d'une réflexion audacieuse, parfois exaltée, hardie dans sa formulation, qui ' des ruissellements (passe) au n?ud, des chemins au massif, et du plein à son conflit fondateur. ' (p.126). Plutôt qu'une pensée éthique, familière dans les parages actuels de la philosophie, nous allons, avec Pinchard, vers une pensée métamorphique, et nous entendons les inflexions d'un Orphée cosmographe. Suggérons les pages fulgurantes, au plus loin de toute lecture philosophante, de la première section :
' Solipsisme du Livre ' où Dante (à qui Pinchard a consacré un essai magistral Le Bûcher de Béatrice) est Le Livre, le nom et le don du Livre, par quoi chaque lecteur désigne et dissipe son origine.
Un livre qui se médite dans l'ordre même où il est écrit, pour reprendre Vico. Et c'est vertigineux.
(Sami El Hage)

Communications n°77. Faire sien. Emprunter, s'approprier, détourner

Communications n°77. Faire sien. Emprunter, s'approprier, détourner
Revue
Ed. Seuil

Méditations mythologiques est le prolongement et la condensation, le précipité épuré et apuré d'un livre-somme de Pinchard :

La Raison dédoublée. La fabbrica della mente (Aubier, 1992), où une critique mythologique de la raison, à travers le conflit entre la scolastique et l'humanisme italien, en s'appuyant sur l'?uvre de Giambattista Vico, était menée rigoureusement comme une enquête sur les pouvoirs géminatoires de l'esprit : le deux, la doublure, le ' aussi ', l'intervalle, l'analogie, la variation. Toute la Renaissance était traversée jusqu'à l'épistémologie de René Thom, qui signait une postface complice et aride au livre.
L'exercice de Méditations mythologiques, répondant aux méditations métaphysiques de Descartes, ausculté en profondeur par Pinchard, a pour fonction de ' saisir méthodiquement le sujet à son surgissement le plus libre et de lui montrer que, par un développement rigoureux de ses actes premiers, il engendre une mythologisation générale de l'existence ' (p.19). Il s'agit d'un acte à la fois de fondation et de transformation où la pensée se mesure à l'infini et non à sa finitude. Elle est capable, par une sorte d'autarcie éprouvée, s'étendant à tout ce qui est, s'aliénant pour y jouer la possibilité de l'esprit, de construire et de concevoir des ' objets-limites ', expressions, figurations, plans de conscience, légendes mythes matière subtile, espace qualifié qui devient, avec ses enroulements, ses vibrations, ses résistances, ' étendue mythologique ' dont la méditation prend ' en toute chose le parti de l'âme. Pour quelles fins ? Pour les fins d'une liberté dont il n'est ni idée ni exemple ' (p.95). Platon, Descartes, Malebranche, Leibniz, Dante, Rabelais et jusqu'à René Guénon et René Thom sont relus à la lumière vive d'une réflexion audacieuse, parfois exaltée, hardie dans sa formulation, qui ' des ruissellements (passe) au n?ud, des chemins au massif, et du plein à son conflit fondateur. ' (p.126). Plutôt qu'une pensée éthique, familière dans les parages actuels de la philosophie, nous allons, avec Pinchard, vers une pensée métamorphique, et nous entendons les inflexions d'un Orphée cosmographe. Suggérons les pages fulgurantes, au plus loin de toute lecture philosophante, de la première section :
' Solipsisme du Livre ' où Dante (à qui Pinchard a consacré un essai magistral Le Bûcher de Béatrice) est Le Livre, le nom et le don du Livre, par quoi chaque lecteur désigne et dissipe son origine.
Un livre qui se médite dans l'ordre même où il est écrit, pour reprendre Vico. Et c'est vertigineux.
(Sami El Hage)

Hermès 43. Rituels

Hermès 43. Rituels
Revue
Ed. CNRS

Tandis que le débat sur les rituels et les ritualisations tourna longtemps autour de la violence, de la rigidité et de la stéréotypie, un intérêt de plus en plus grand se manifeste aujourd'hui pour son caractère producteur de liens entre les individus, les communautés et les cultures. Les rituels sont saisis comme des mondes culturels performatifs. Ils sont indispensables à la pratique de la religion et de la politique, mais aussi de l'économie et du droit, autant qu'à l'art, à la science, ou à l'éducation. Ils permettent d'ordonner et d'interpréter le monde, de construire et de vivre les rapports humains. Les rituels créent un lien entre histoire, présent et avenir. Ils fondent la continuité et la transformation des communautés ainsi que les expériences de transition et de transcendance. Même en des temps où l'incohérence grandit, l'ancrage des rituels dans le monde vécu avec un contenu social, éthique et esthétique continue de garantir une certaine sécurité.

Les textes de ce volume constituent une approche interdisciplinaire. Ils proviennent de l'anthropologie historico-culturelle, de l'ethnologie, de la sociologie, de la science politique, des sciences de l'information et de l'éducation. Ils mettent l'accent sur la production rituelle du public, le savoir rituel, la valeur pédagogique des rituels, les rituels et le langage du corps, les transformations des rituels.
Présentation de l'éditeur

La quatrième naissance de Zarathoushtra

La quatrième naissance de Zarathoushtra
Kellense Jean
Ed. Seuil/Librairie du XXIe siècle

Que peut-on savoir aujourd'hui de la religion de l'Iran préislamique? Zoroastre, longtemps considéré comme le Moïse de l'Iran antique, que les manuels présentent comme un prophète monothéiste et un réformateur religieux, a-t-il vraiment vécu et accompli son ?uvre au VIe siècle avant J.-C. ?
Dans ce livre novateur, Jean Kellens propose une histoire des hypothèses échafaudées sur les origines du zoroastrisme. Sans détour, l'auteur nous dit que depuis longtemps il «sentait confusément que quelque chose ne tournait pas rond» au pays des historiens du zoroastrisme. Sceptique envers le modèle d'explication historique faisant de Zoroastre un vrai prophète qui a vraiment vécu ici ou là à tel ou tel moment, il va restituer Zoroastre à sa dimension mythologique. Autrement dit, si l'aureur refuse l'hypothèse des origines prophétiques du zoroastrisme, c'est pour mieux affirmer la créativité littéraire et spéculative des vieux textes zoroastriens.
Présentation de l'éditeur