La philosophie déplacée. Autour de Jacques Rancière

La philosophie déplacée. Autour de Jacques Rancière
de Cerisy Colloque
Ed. Horlieu

Le pré-texte de ce livre fut une rencontre, à Cerisy-la Salle, de lecteurs venus de quatre continents. Rencontre - en toute indisciplinarité - de la littérature et du cinéma, de la sociologie, de l'histoire et de la philosophie, l'indisciplinarité s'entendant du refus du propre, de la capacité et de l'invitation de Jacques Rancière à déjouer les places, à n'être jamais où l'on est attendu, à opérer des déplacements. La rencontre s'ancrait donc d'emblée dans l'irrespect des territoires assignés, et prêtait au périlleux défi de la vérification de la puissance de l'égalité, comme singularisation de la capacité de chacun à la manifester.

Une compagnie d'indisciples singuliers s'est exercée à Cerisy à montrer ce que philosopher veut parfois dire, et peut quelquefois faire.
Présentation de l'éditeur

La construction de soi. Un usage de la philosophie

La construction de soi. Un usage de la philosophie
Jollien Alexandre
Ed. Seuil

La construction de soi rassemble une série de lettres qui dessinent un usage de la philosophie envisagée comme un mode de vie, une thérapeutique de l'âme. Ici, les philosophes sont interpellés et mis à l'épreuve. Tour à tour, le lecteur côtoie Boèce, Épicure, Schopenhauer, Spinoza ou Etty Hillesum. Ces guides présentent des voies pour se dégager du passé, des regrets ou de la haine de soi. Ils invitent à se libérer du regard d'autrui et ouvrent au risque de l'acceptation.

Alexandre Jollien propose un dialogue intérieur qui prend la forme d'une correspondance adressée à Dame Philosophie, cette figure allégorique dont Boèce imagina recevoir la visite alors qu'il attendait dans sa prison d'être exécuté. Dans cet itinéraire, l'auteur esquisse le portrait de Dame Frayeur et de la Mort, avec lesquelles il faut bâtir une vie. Ces lettres entendent dépeindre un état d'esprit qui tente de répondre à l'invite de Spinoza : « Bien faire et se tenir en joie ».
Présentation de l'éditeur

Les atmosphères de la politique. Dialogue pour un monde commun

Les atmosphères de la politique. Dialogue pour un monde commun
Bruno Latour & Pasquale Gagliardi (dir.)
Ed. Empêcheurs de penser en rond

La scène se passe à Venise. Le genre est celui de la conversation, comme ceux que l'on publiait si volontiers au siècle des Lumières. Qui sont les personnages ? Une assemblée de délégués - philosophes, historiens, anthropologues, artistes - porte-parole autorisés mais qu'aucune instance supérieure n'a pourtant mandatés pour négocier avec les autres. Quel est le thème ? Un sentiment partagé de crise aiguë : la vie politique est devenue difficile, il n'y a plus de monde commun. Quelle est l'intrigue ? Les participants ne veulent pas s'entendre trop rapidement. Ils achoppent sur chaque définition : comment se parler ? comment rendre un peu respirable l'atmosphère du bon gouvernement ?

Là-haut sur le dôme étincelant, Saint Georges dresse sa lance aiguisée : « Donc c'est la guerre ? » À moins que... Trois jours, ils ont trois jours pour décider. Le bras de Saint Georges s'est levé.
Présentation de l'éditeur

Philosophie du transfert

Philosophie du transfert
Dagognet François
Ed. Michalon/Encre marine

Puisque ce livre célèbre le transfert, ou du moins le processus d'externalisation, il se devait de refuser l'enfermement ; il devait multiplier les voyages extra-territoriaux et il n'y a pas manqué (le commerce qui impulse la production, la monnaie, la médecine, les nomenclatures, le droit, la science expérimentale).

Il nous fallait montrer que ce qui change de lieu ou de registre renonce au signifiant afin de mieux révéler le signifié, ou encore qu'on travaille à renoncer au contenant, ce qui permet de mieux évaluer ou d'enrichir le contenu. Il s'agit d'une démarche générale d'innovation, puisqu'on découvre l'essentiel à travers les variations matérielles.

Ce livre tente aussi de rassurer ceux qui voient dans l'extériorité la mort du psychisme, la lente agonie de l'intériorité, alors que celle-ci ne se manifestait que dans celle-là. C'est, en effet, au dehors que cette intériorité nous prouve son énergie, à tel point qu'il n'a pas été possible ni de l'isoler, ni de la refouler, ni de l'enfermer sur elle-même.
Présentation de l'éditeur

L'envie. Une histoire du mal

L'envie. Une histoire du mal
Schoeck Helmut
Ed. Belles lettres

Une des principales passions humaines. Un des moteurs de nos actions. Et qui pourtant n'avait jamais fait l'objet d'une étude complète : le livre d'Helmut Schoeck nous propose la première analyse exhaustive de l'envie à travers les temps et selon tous ses modes.
Des sociétés traditionnelles aux sociétés modernes, des mythes à l'économie, voici une extraordinaire 'coupe' de l'histoire de l'humanité vue à travers ce sentiment essentiel et les comportements qu'il engendre. Le crime peut-il être inspiré par l'envie ? La politique peut-elle apaiser l'envie ? Quels sont les rapports entre l'envie et l'esprit de compétition ? C'est à des questions éternelles aussi bien qu'aux plus contemporaines que répond ce livre.
Présentation de l'éditeur

Dictionnaire du corps

Dictionnaire du corps
Marzano (dir.) Michela
Ed. PUF

. « Notre corps est l'une des évidences de notre existence .. c'est dans et avec notre corps que nous sommes nés, que nous vivons, que nous mourons ; c'est dans et avec notre corps que nous construisons nos relations avec autrui... Notre corps est un 'objet' mais cela n'implique pas nécessairement qu'on le considère comme un objet parmi d'autres, sauf à envisager, au moins mentalement, la possibilité de s'affranchir de lui. Mail peut-on réellement mettre le corps à distance ? »

. Aujourd'hui, le « culte du corps» est omniprésent. Mais qu'est-ce exactement que le corps? Que représente-t-il ? Peut-on lui vouer un culte? L'originalité de ce dictionnaire est de rassembler les langages différents de cet objet complexe, de leur donner une cohérence, de permettre aux lecteurs de tracer eux-mêmes un chemin de connaissance pour apprendre à regarder le corps et ses différentes facettes, s'interroger sur les frontières entre soi et les autres, sur l'ambiguïté entre l'être et le paraître, le visible et l'invisible, porter un regard d'ensemble sur des pratiques et des techniques du corps, comprendre ce que signifie parler du corps virtuel, du corps étranger ou du corps nomade, se poser des questions sur la sexualité, le narcissisme, la jouissance, la violence, la santé physique et psychique, la dégénérescence, la mort...

. Plus de 190 auteurs ont rédigé environ 300 entrées (notions et concepts clefs, réflexions engagées, articles sur des penseurs et artistes), toutes accompagnées de renvois et d'une bibliographie. Deux index complètent cette entreprise unique en son genre, guide précieux pour nous aider à découvrir « le sens et la valeur de l'être-au-monde charnel de chaque individu ».
Présentation de l'éditeur

Le réenchantement du monde. Une éthique pour notre temps

Le réenchantement du monde. Une éthique pour notre temps
Maffesoli Michel
Ed. Table ronde

Quand on observe tous les phénomènes de violence dont l'actualité n'est pas avare, quand on voit les valeurs sociales traditionnelles perdre de leur force, ou les diverses autorités politiques, intellectuelles, journalistiques être tournées en dérision, on peut se poser la question : existe-t-il encore une morale, universelle, applicable à tous, ou de multiples éthiques propres à des groupes donnés ? Il est bien connu que c'est lorsque quelque chose n'a plus de réalité qu'on en parle beaucoup. C'est ainsi que la Morale représente peut-être un monde qui n'est plus. Et c'est pour cela que de divers côtés, journalistes, hommes politiques entonnent, jusqu'à plus soif, des incantations en son nom. Mais comme il faut bien vivre ensemble, on voit se développer des éthiques particulières. Celles-ci traduisent ce 'sentiment d'appartenance' propre aux tribus postmodernes. A partir d'exemples concrets, ce livre s'emploie à analyser le glissement d'une Morale sclérosée vers des éthiques en gestation. Celles d'un 'réenchantement du monde' que l'auteur a été le premier à annoncer, il y a quelques années, et qu'il systématise ici.
Présentation de l'éditeur

Les forces imaginantes du droit, vol. 3. La refondation des pouvoirs

Les forces imaginantes du droit, vol. 3. La refondation des pouvoirs
Delmas-Marty Mireille
Ed. Seuil/La couleur des idées

Rejet du Traité constitutionnel européen, tentatives avortées de réforme à l'ONU, difficultés à l'OMC: l'organisation des pouvoirs est en crise. À l'heure de la mondialisation, l'État-nation souverain n'est plus la source de tout pouvoir, mais il n'est pas destiné à disparaître et la montée en puissance des juges accompagne la fragmentation des pouvoirs législatif et exécutif. Pour esquisser les contours d'une future gouvernance globale, il faut donc repenser l'articulation entre compétences nationales et internationales.
L'ordre mondial ne se limitera cependant pas aux institutions politiques et juridiques traditionnelles. La refondation passe aussi par un rééquilibrage entre acteurs économiques (les entreprises) et acteurs civiques (organisations non gouvernementales), sans négliger l'importance, au croisement des savoirs, d'une mondialisation des acteurs scientifiques - savants et experts: elle appelle une démocratisation que le développement de l'Internet laisse espérer sans la garantir.
Réinstituer les pouvoirs suppose donc un dialogue avec les vouloirs et les savoirs. C'est à cette condition que pourrait être inventé un état de droit à l'échelle planétaire.
Présentation de l'éditeur

Echolalies. Essai sur l'oubli des langues

Echolalies. Essai sur l'oubli des langues
Heller-Roazen Daniel
Ed. Seuil/La librairie du XXIe siècle

Répétition automatique de mots prononcés par autrui: c'est ainsi que les scientifiques ont défini, depuis le dix-neuvième siècle, le phénomène exceptionnel que l'on nomme écholalie, dont l'étude relève, dit-on, de la psychologie.
Sans se borner à cette acception médicale, Daniel Heller-Roazen donne à l'écholalie un sens inédit, qui la mène jusqu'à ce seuil où elle se confond avec le concept même de langage. Dans de courts chapitres, qui tiennent à la fois de la fable et de l'essai, une seule thèse s'énonce: chaque langue est l'écho d'une autre, dont elle ne cesse de porter témoignage. Plus radicalement, chaque langue est l'écho de ce babil enfantin dont l'effacement a permis la parole.
La démonstration se fait ici à l'aide de textes divers: y participent tour à tour la mythologie, la psychanalyse, la théologie, la littérature et la linguistique. D'Ovide et de Dante à Edgar Allan Poe et à Elias Canetti, des idiomes sacrés du judaïsme et de l'islam aux dialectes en voie de disparition, de la langue maternelle des poètes aux parlers rêvés des savants, les vingt-et-une « écholalies » qui composent cet ouvrage tracent un parcours singulier.
Un livre qui invite à réfléchir sur la nature de cet animal oublieux qu'est l'homme, dont les langues lui sont continûment dérobées par le temps.
Présentation de l'éditeur

Fenêtre sur le chaos

Fenêtre sur le chaos
Castoriadis Cornelius
Ed. Seuil/La couleur des idées

Bien avant que ne s'ouvre le débat sur la « crise de l'art contemporain », Castoriadis avait posé avec une acuité particulière la quesTion du sens et de l'avenir de la création artistique. Son diagnostic était sombre. L'effondrement de cette création au présent obère également le passé et l'avenir. Le passé, car « là où il n'y a pas de présent, il n'y a pas davantage de passé »; l'avenir, car « mémoire vivante du passé et projet d'un avenir valorisé disparaissent ensemble ». Rien, dans ce dernier quart de siècle, n'est malheureusement venu infirmer ce diagnostic. Plusieurs textes inclus dans ce recueil (sur la musique, sur la fonction de la critique, sur l'art comme « fenêtre sur le chaos ») prolongent les réflexions de l'auteur sur les rapports entre la création culturelle, la sociéré démocratique et l'énigme de l'?uvre d'art.
Présentation de l'éditeur