L'ombre au tableau. Du mal ou du négatif

Couverture non disponible
Jullien François
Ed. Seuil

Les langues imaginaires

Les langues imaginaires
Yaguello Marina
Ed. Seuil/La couleur des idées

Les hommes ne se contentent pas de parler les langues, ils les rêvent aussi ; et ces rêves prennent des formes diverses : quête chimérique d'une langue primitive mythique (la lingua adamica) ; création utopique d'une langue parfaite, expression pure de la pensée, ou encore de langues universelles que parleront les sociétés idéales de l'avenir ; innombrables fictions proposant des langues imaginaires se situant en des temps ou des espaces lointains ; fantasmes enfin des spirites et des sectes fondamentalistes qui croient communiquer avec les autres mondes ou parler le langage des anges.

C'est de tous ces rêves, dont certains ont tourné au cauchemar, que Marina Yaguello fait ici l'histoire, rêves qui contredisent l'Histoire mais s'y intègrent, qui s'opposent à la science mais la rejoignent aujourd'hui à travers la théorie des universaux du langage.
Présentation de l'éditeur

L'imprévu en séance

Couverture non disponible
Andr Jacques
Ed. Gallimard/Tracés

Les aventures de la raison politique

Les aventures de la raison politique
Collectif
Ed. Métailié

Dialogue Brésil-France

Compilation de textes sélectionnés parmi 500 essais de penseurs français et brésiliens ayant participé à des cycles de conférences organisées par le ministère de la Culture brésilien sur des thèmes d'actualité : raison absente, les inventeurs de la politique, la tragédie grecque et l'humain, la cité, la royauté, les Lumières, l'héroïsme révolutionnaire, etc.

Textes de Adauto Novaes, Francis Wolff, Nicole Loraux, Sérgio Cardoso, Newton Bignotto, Renato Janine Ribeiro, Alain Grosrichard, Miguel Abensour, Michael Löwy, Claude Lefort, Ruy Fausto, Jacques Rancière, Gérard Lebrun, Marilena Chaui

Imaginaires et rationalité des médecines alternatives

Imaginaires et rationalité des médecines alternatives
Wunenberger Jean-Jacques
Ed. Belles Lettres

La médecine scientifique connaît à la fois un spectaculaire développement de ses performances, dues aux innovations biotechnologiques, et une contestation sans précédents. À l'heure du rêve de « santé parfaite », les médecines alternatives, ou des pratiques candidates au titre de « médecine », se multiplient, rencontrent un succès croissant, faisant même figure de thérapies complémentaires dans les pays développés, quand elles ne servent pas parfois, hors d'Europe, à réactiver des médecines traditionnelles.

L'ouvrage vise à comprendre ces phénomènes en commençant par reconstituer le contexte de la médecine dominante, qui n'a jamais pu se réduire à une science parce qu'elle a affaire avant tout à des hommes malades et pas seulement à des maladies. Il s'agit ensuite de restituer la complexité de ces médecines alternatives, leurs thèmes de prédilection, le portrait de leurs adeptes, le mélange d'imaginaires et de rationalité qui traverse leurs discours et leurs pratiques.

Ces analyses autorisent-elles à les rejeter comme des leurres, voire comme des impostures, ou, au contraire, encouragent-elles, sous certaines conditions, à plaider en faveur de leur réévaluation dans nos systèmes de santé ? La question est abordée en fonction des grands défis de notre époque et des mutations générales de la rationalité contemporaine.
Présentation de l'éditeur

Les déclinaisons du réel. La voix, l'art, l'éternel retour

Les déclinaisons du réel. La voix, l'art, l'éternel retour
Salignon Bernard
Ed. Cerf/La nuit surveillée

Du réel en tant que tel, on ne peut rien dire mais l'approcher dans des figures qui sont autant de motifs singuliers où le simple s'adjoint au multiple.

Le réel est extérieur au sujet car le sujet est exclu du réel. C'est pourquoi nous ne l'envisageons que dans l'expérience d'une rencontre avec le dehors, dans la voix, avec l'infini dans l'art, avec l'abyme dans l'éternel retour.

Dans ces trois essais, le réel se décline dans une proximité des formes et du sens mais ne se confond jamais avec eux. Il côtoie l'infini, l'écart et le souffle, et échappe à toute nomination comme à toute conceptualisation.

La voix, l'art, l'éternel retour sont ici évoqués comme se tenant présents au plus près du réel, là où vérité et savoir ne parviendront jamais à lever l'énigme de l'impossible à décrire et à écrire.

Précédant l'entrée dans le langage ou l'excédant, le réel aspire la voix et inspire la création artistique pour finalement échapper sans cesse à l'emprise des signes. Le réel revient dans l'oeuvre d'art vers ce lieu des sensations que nous avons en naissant.
Présentation de l'éditeur

La lettre et la mort : psychanalyse et littérature

Couverture non disponible
Green Andr
Ed. Denoël

Livre d'entretiens avec Dominique Eddé en lecteur éclairé, dans lequel le psychanalyste A. Green interroge les rapports entre la littérature et la psychanalyse : deux explorations de l'inconscient très différentes, s'influençant mutuellement depuis le début du XXème siècle. Proposant de nouvelles lectures des tragiques grecs et de Shakespeare ainsi que de Proust, Conrad, James ou Borges, André Green explore, avec le concours de la théorie freudienne et de ses propres travaux, le travail souterrain de la création littéraire et ses rapports avec l'inconscient.

Identités et monde commun. Psychologie sociale, philosophie, société

Identités et monde commun. Psychologie sociale, philosophie, société
G?ly Rapha
Ed. PIE/Peter Lang

Appuyé sur une série de recherches relevant pour une grande partie de la psychologie sociale, et ouvrage a pour objectif fondamental de déterminer les conditions psychosociales d'un rapport aux identités susceptible de nourrir une confiance dans la possibilité de vivre ou de revivre dynamiquement ensemble dans un monde commun.

Contrairement à la thèse selon laquelle cette confiance est d'autant plus forte que nous parvenons à mettre entre parenthèses toutes ces appartenances particulières censées nous séparer les uns des autres, l'auteur démontre avec rigueur qu'un certain type d'usage de nos identités sociales est nécessaire pour que s'instaure une véritable démocratisation de la vie sociale-historique.

L'enjeu, ici, est d'établir que nos différentes appartenances, loin d'empêcher une solidarité générale entre individus, sont au contraire nécessaires à sa construction. Une société d'individus indifférenciés ne pourrait ainsi se construire que sur le modèle sécuritaire de l'ordre. Seule la constitution de nos appartenances en «identités intermédiaires» peut générer un engagement autour d'enjeux de solidarité.


En ouvrant un champ de recherche inédit entre psychologie sociale et philosophie sociale, ce livre entend ainsi proposer une réflexion originale sur la productivité démocratique d'une certaine forme de mobilisation de nos identités.
Présentation de l'éditeur