Le labyrinthe du traducteur

Le labyrinthe du traducteur
Balazuc Olivier
Ed. Belles Lettres

- Tu tombes mal, soupira Henry Bold en ouvrant la porte.

L'ogre arrogant avait les traits tirés, le teint gris et la cigarette en berne. À le voir aussi mal-en-point, Simon faillit lui demander s'il était malade. Des heures, des heures que je suis là-dessus, maugréa-t-il, oubliant instantanément la présence du jeune homme pour aller se verser une tasse de thé dans la cuisine. Il se laissa tomber une sur une chaise, l'oeil dans le vague. Soudain, son visage se crispa comme si un paquet de reptiles se livrait une lutte à mort au fond de ses intestins. Rien, rien, marmonna-t-il pour lui-même.

- Je peux vous être utile à quelque chose ?

Bold tourna son regard vers Simon, aussi stupéfait que si une soeur de charité lui avait proposé la botte ou que si le postier s'était mis à déclamer un extrait des Méditations métaphysiques au milieu de la cuisine.

Utile ? Are you taking the piss out of me ?, hurla-t-il en assénant un vigoureux coup de poing sur la table.

Jouer le jeu. De l'autre côté du théâtre belge

Jouer le jeu. De l'autre côté du théâtre belge
Vreux (dir.) Benoît
Ed. Luc Pire

Où se situe, aujourd'hui, la scène francophone belge ? Comment les artistes du Sud du pays construisent-ils leur théâtre ? Comment évoluent les modes de représentation ? Depuis une dizaine d'années, le paysage théâtral en Belgique francophone est marqué, remodelé, réinventé par divers metteurs en scène, auteurs et comédiens dont ce livre dresse, pour la première fois, le panorama.

Jouer le jeu. De l'autre côté du théâtre belge se veut un outil de référence, une somme de réflexions sur ceux qui contribuent, par un travail de création singulier et fort, à forger une identité dans le théâtre en Communauté française de Belgique. Sous la plume de rédacteurs aux regards et aux écritures multiples, douze artistes se dévoilent, chacun pris sur le vif par la photographe Marie-Françoise Plissart. Des portraits finement ciselés, rendant compte de la particularité de ceux qui, depuis plusieurs années, réinventent la représentation.

Cirque Plume

Cirque Plume
David Gwénola
Ed. Actes Sud/CNAC

Né en 1984 d'un groupe de musiciens, bonimenteurs et jongleurs franc-comtois 'de rue', Cirque Plume fut parmi les pionniers qui révolutionnèrent les arts de la piste. Dévoilant les processus de création et la vie de compagnie, Bernard Kudlak, directeur artistique, évoque ici ce parcours poétique et singulier entre codes du cirque, du théâtre et de la musique.

Les Arts Sauts

Les Arts Sauts
Moreigne Marc
Ed. Actes Sud/CNAC

De 1994 à 2007, à travers trois spectacles aux tournées internationales, ce collectif de trapézistes atypiques et exigeants a radicalement transformé la pratique de l'acrobatie aérienne, la représentation du trapèze et sa perception par le public. Porteurs d'un nouvel 'esprit de l'air', ils transmettent ici leur passion de voler et leur parti pris artistique.

La tétralogie d'Ahmed

La tétralogie d'Ahmed
Badiou Alain
Ed. Actes Sud/Babel

Ahmed le Subtil
Ahmed philosophe
Ahmed se fâche
Les citrouilles

Ahmed, honnête citoyen de Sarges-les-Corneilles, n'a ni les yeux ni la langue dans sa poche. Digne héritier de Scapin, il incarne avec verve la vitalité, la volonté et l'intelligence des gens « d'en bas » prenant leur revanche sur les préjugés et les hypocrisies ordinaires. Qu'il aide de jeunes tourtereaux à braver les interdits parentaux, qu'il donne des cours de philosophie aux enfants, qu'il réinvente le théâtre ou qu'il descende aux Enfers rencontrer d'illustres défunts, il démontre brillamment que maîtriser le langage, donc la pensée, c'est maîtriser le réel.

Ce cycle de farces philosophiques, qui doit autant à Molière et Aristophane qu'à Platon ou Rousseau, parle ainsi, mine de rien, du hasard et de l'infini, de la morale et de l'événement, de la cause et de l'effet, de la poésie, du théâtre, du multiple et du sujet, de Dieu, de la nation, du pouvoir... entre deux éclats de rire.

Mémoire et voix des morts dans le théâtre de Jon Fosse

Mémoire et voix des morts dans le théâtre de Jon Fosse
Rafis Vincent
Ed. Presses du réel

Jon Fosse parle très simplement. En vers libres. Généralement courts.

Il écrit des silences aussi. De longueurs différentes.

Le tout se présente comme un objet non identifié mais bon - en douceur ou violemment - à faire dérailler le théâtre.

Tout semble imperceptible. Mais subrepticement, loin de sa surface, tremble le sol.

Les limites perdent leur visibilité.

Accompagner Jon Fosse c'est dépasser le savoir vers un acquis supplémentaire.

Là commence une autre connaissance.

Pour Jon Fosse - c'est dit dans la pièce Le Nom - les hommes vivants n'existeraient qu'accompagnés de ceux qui sont morts et de ceux - bien plus nombreux encore - qui ne sont jamais nés.

Avec eux sont là les vivants qui rendent ce peuplement provisoire.

On est allégé mais alourdi aussi. S'est inventée une nouvelle substance à respirer.

Un temps désinvolte se crée à la mesure de cet univers frauduleux.

Ce qui est arrivé avant, arrive aussi après. Sans doute c'est en train maintenant d'arriver tout au long du voyage, si lentement que c'est invisible. C'est pourtant perceptible d'une perceptibilité qui n'a pas encore de nom.

Préface de Claude Régy

Par-dessus bord/La hauteur à laquelle volent les oiseaux

Par-dessus bord/La hauteur à laquelle volent les oiseaux
Michel Vinaver & Oriza Hirata
Ed. Arche

Mesdames mesdemoiselles messieurs chers amis vous travaillez dans une entreprise qui a l'avenir devant elle nos produits sont promis à la plus grande croissance et notamment celui qui représente quatre-vingt-cinq pour cent de notre chiffre d'affaires le papier hygiénique où la France a un retard considérable à rattraper sur le reste des pays à niveau élevé de développement nous vivons dans un monde en profonde transformation et pour survivre et pour vaincre il faut que nous-mêmes nous nous transformions aujourd'hui il faut être dans le vent eh bien nous le serons et chaque fois que le vent changera s'il le faut nous changerons.

Sentir, ressentir et agir. L'anatomie expérimentale du Body-Mind Centering

Sentir, ressentir et agir. L'anatomie expérimentale du Body-Mind Centering
Cohen Bonnie Bainbridge
Ed. Nouvelles de Danse

Comment l'esprit s'exprime-t-il à travers le corps en mouvement ?

Creuser cette question a été l'oeuvre de la vie de Bonnie Bainbridge Cohen, pédagogue du mouvement. Son approche novatrice de l'analyse du mouvement et de la rééducation, le Body-Mind Centering, est le sujet de ce recueil d'essais, d'entretiens et d'exercices rédigés pour Contact Quarterly dance journal entre 1980 et 1992.

S'inspirant à la fois des connaissances scientifiques occidentales et orientales, le Body-Mind Centering est une étude par l'expérience des principaux systèmes du corps - squelettique, musculaire, liquide, organique, neuroendocrinien - et des schèmes de développement liés à l'évolution qui sous-tendent tous les mouvements humains.

Au cours des vingt dernières années, le Body-Mind Centering a suscité l'intérêt d'une grande variété de personnes impliquées dans la danse, les arts de la scène, l'athlétisme, la thérapie, la santé, le développement de l'enfant, la méditation et d'autres disciplines concernant le corps associé à l'esprit. Les idées fulgurantes qui jalonnent Sentir, ressentir et agir s'adressent à tous ceux qui s'intéressent au mouvement et à l'expérience du corps-esprit.

Thierry Smits. Le corps sous tensions

Thierry Smits. Le corps sous tensions
Pickels Antoine
Ed. Alternatives théâtrales

En vingt ans, le chorégraphe belge Thierry Smits a affirmé une démarche artistique à bien des titres hors normes, au caractère fréquemment polémique, souvent à contre-courant des tendances. Le présent texte vise à comprendre comment cette oeuvre s'est construite dans le temps, quelles thématiques, formes et stratégies peuvent y être observées, et comment en résulte finalement un 'champ de tensions' toujours vivant qui, peut-être, en constitue l'intérêt majeur. Sexe et mort, rébellion et insouciance, forme impure et composition, graphisme et corporalité, artifice et culture pop, sens et ineffable, c'est en effet dans ses oppositions, ses ruptures et ses contradictions que doit se saisir cette oeuvre foisonnante. Ce parcours temporel, stylistique et théorique est écrit avec empathie et distance par un des compagnons de route du chorégraphe, le dramaturge, critique et écrivain Antoine Pickels, et a pour contrepoint un riche parcours visuel, dans un travail du corps et de la scène éminemment photogénique.

399 secondes/Hart-Emily/Le cabinet de curiosités

399 secondes/Hart-Emily/Le cabinet de curiosités
Melquiot Fabrice
Ed. Arche

J'aime pas le temps qu'il fait, quel que soit le temps j'aime pas, j'aime pas le temps en général, le climat j'aime pas. J'aime pas la pluie. J'aime pas le Soleil. J'aime pas les nuages. J'aime pas quand y'a pas de nuages. J'aime pas non plus les gens qui n'aiment rien.