Pamir : oubliés sur le toit du monde

Pamir : oubliés sur le toit du monde
Matthieu & Mareile Paley
Ed. La Martinière

À l'extrémité orientale du corridor du Wakhan, en Afghanistan, se trouve un territoire désertique isolé de tout, point de départ des plus hautes chaînes de montagnes du monde : le plateau du Pamir. À plus de 4 200 mètres d'altitude, quelque 1 150 Kirghizes afghans y vivent hors du temps, piégés par les aléas de l'histoire.

Parcourant cette région du coeur de la Haute Asie, le photographe Matthieu Paley et sa femme Mareile rencontrent pour la première fois en l'an 2000 les caravanes de ces fiers nomades et leur grand chef, le Khan. Alors que, depuis 1972, aucun Occidental ne s'était risqué à remonter la rivière Wakhan gelée, Matthieu Paley leur a rendu visite à trois reprises, en plein hiver.

Les images de Pamir, oubliés sur le toit du monde, nous dévoilent un monde rarement photographié et témoignent de la vie singulière, rude et fascinante, d'un peuple attaché à sa terre, envers et contre tout.

Ile de Pâques : terra incognita

Ile de Pâques : terra incognita
Micheline Pelletier et Sonia Haoa Cardinali
Ed. La Martinière

Terre mythique et cependant méconnue, aux origines légendaires qui confrontent théories scientifiques et fantasmes les plus étonnants, lieu fragile à l'histoire chaotique et bouleversée, l'île de Pâques, dans le sud-est de l'océan Pacifique, est l'endroit habité le plus isolé du monde, à plus de 2 000 kilomètres de tout autre peuplement. Elle éveille la curiosité, exalte l'imagination, ne cesse de fasciner savants, écrivains et poètes. À travers une promenade photographique révélant la beauté singulière de Rapa Nui. «La grande Rapa» en langue maori, cet ouvrage en retrace l'histoire. Loin des clichés et des idées reçues, Micheline Pelletier propose une nouvelle lecture de l'île énigmatique, à la lumière des dernières découvertes archéologiques et scientifiques. Attentive à la réalité de l'île de Pâques, elle nous livre les témoignages d'hommes et de femmes amoureux de leur terre et de ses richesses naturelles, à qui, trop rarement, la parole fut donnée.

Sibérie ma chérie

Sibérie ma chérie
Tesson Sylvain
Ed. Gallimard

« Vingt ans que je voyage en Russie. J'y retourne avec obsession sans savoir très bien ce qui m'y porte. Vingt ans qu'on m'interroge sur cette fascination et vingt ans que j'échoue à toute explication.S.T.

Sylvain Tesson, Thomas Goisque et Bertrand de Miollis sillonnent la Russie depuis la chute de l'Union soviétique. Entre le Pacifique et l'Oural, ils ont parcouru des milliers de kilomètres à pied, à cheval, en engin blindé, en canot, à motocyclette et en raquettes à neige. Sylvain a vécu sur les bords du lac Baïkal dans une cabane d'ermite pendant six mois, recevant à l'occasion la visite de ses deux amis ; il en a tiré un récit, Dans les forêts de Sibérie.

Sibérie ma chérie est une déclaration d'amour à des terres méconnues où toutes les aventures sont possibles. Non, la Sibérie ne se réduit pas à une étendue de marais gelés, piquetée de goulags en ruine et de friches industrielles où divagueraient des moujiks qui se seraient ébroués du communisme historique pour s'acheminer vers l'alcoolisme. Ce livre donne à voir une Sibérie vaste, sauvage, libre et capable d'accès de douceur inattendus. Une terre où le voyageur n'est jamais à l'abri d'une belle rencontre : un ours brun, une escadre d'oies sauvages, un pêcheur à l'âme généreuse, une fillette nostalgique.

Ce carnet de voyage aux confins de la Russie fait vivre leur passion commune et redonne à lire quelques-uns des aphorismes dont Sylvain a parsemé ses nouvelles, récits et reportages, illustrés par les photos de Thomas et les peintures de Bertrand.

Des livres à la découverte du monde. De Marco Polo à la Croisière jaune

Des livres à la découverte du monde. De Marco Polo à la Croisière jaune
Michèle Polak & Alain Dugrand
Ed. Hoëbeke

La libraire Michèle Polak et le romancier Alain Dugrand ont eu accès à des collections privées uniques et se sont égarés avec délices dans les plus beaux et les plus rares livres d'exploration terrestre composés entre le XVe et le début du XXe siècle.

Qu'ils soient aventuriers, scientifiques, naturalistes, diplomates, mercenaires, géographes, marchands, religieux ou même voleurs, des hommes sont partis, souvent au péril de leur vie, à la recherche des terres inconnues, à la rencontre des peuples. Leurs voyages se sont enchaînés sur des siècles, et leurs récits se sont répandus grâce une invention qui allait transformer l'esprit du monde : l'imprimerie.

En 1556, Léon l'Africain offre sa description de l'Afrique ; un peu plus tard, l'explorateur René Caillié réussira l'exploit d'être le premier Européen à sortir vivant de Tombouctou..

D'autres, ailleurs et sur tous les continents, cherchent les sources de rivières mythiques, découvrent des peuples déconcertants ou encore rapportent de Terre sainte la première représentation de la licorne...

De Marco Polo à la Croisière jaune, Des livres à la découverte du monde, illustré de près de 500 images, gravures et croquis, en noir et en couleurs, nous laisse émerveillés face à ces animaux fascinants, ces populations mystérieuses, ces plantes extraordinaires. Des extraits des textes originaux nous donnent aussi à lire comment, à ces époques, on racontait le monde. En un seul volume regroupant 90 de ces livres remarquables, c'est toute une bibliothèque d'exception qui s'offre à nous.

Pierre Loti photographe

Pierre Loti photographe
Alain Quella-Villéger & Bruno Vercier
Ed. Bleu autour

Après Pierre Loti dessinateur (2009), voici Pierre Loti photographe.

Une autre facette de cet artiste aux multiples talents. Un nouveau carnet de voyages, inspiré et largement inédit. Des voyages en Orient au fil desquels Loti, marin, promeneur, a composé, de 1894 à4907, une oeuvre d'un millier de clichés, dont plus de la moitié, les meilleurs, figurent ici.

Chronologiquement : la Terre sainte ; l'Inde et la Perse, d'où il rapporte deux saisissantes séries ; la Chine, la Corée et l'Indochine ; puis, avant l'Egypte, son cher Istanbul, dont il donne un foisonnement d'images, parmi les plus vivantes ; sans oublier des portraits de marins et de proches qu'il capte chez lui, à Rochefort et au Pays basque.

Des bords du Gange aux rives du Bosphore ou de la Bidassoa, de Jérusalem à Ispahan, le reporter Pierre Loti cède souvent le pas au romantique. Pénétré de l'évanescence des choses, il se hâte de les fixer de son regard d'artiste et d'enfant saisi par la magie de la photographie. Et il révèle du monde une vision pleine d'humanité, émerveillée.

Les aventuriers du monde. Les grands explorateurs français au temps des premiers photographes 1866-1914

Les aventuriers du monde. Les grands explorateurs français au temps des premiers photographes 1866-1914
Collectif
Ed. L'Iconoclaste

Quand les Français exploraient le monde...

Du cap Horn aux plaines de Mongolie, du désert de Tombouctou au Tibet interdit, en remontant le Niger ou le Mékong, ils ont parcouru tous les continents.

Ils s’appelaient Savorgnan de Brazza, Charcot, Pavie, Garnier. Ils étaient diplomates, marins ou savants. Une poignée d’aventuriers, réfractaires, rêveurs, têtes brûlées parfois, que la France lança à la conquête du monde.

Sur des embarcations de fortune, avec quelques supplétifs, ces hommes en quête d’absolu franchirent les dernières frontières connues.

Les premiers photographes les accompagnèrent. 500 images inédites retracent au jour le jour ces aventures d’exception et font surgir de l’oubli les paysages et les visages d’hier.

Souvenirs du paradis. Chefs-d'oeuvre de l'architecture des jardins

Souvenirs du paradis. Chefs-d'oeuvre de l'architecture des jardins
Kräftner Johann
Ed. Actes Sud

Les jardins sont des paradis créés par la main de l'homme, où nature et architecture ne forment qu'un. Ce beau livre nous invite, à travers plus de 650 images spectaculaires, à une promenade parmi les jardins les plus extraordinaires qui aient été créés au fil des siècles.

Johann Kräftner présente d'abord les jardins de l'Antiquité, puis évoque le jardin italien de la Renaissance, qui célèbre l'Arcadie retrouvée, le jardin français, qui ordonne la nature, et le jardin anglais, qui met en scène le paysage. Avec les jardins chinois, qui révèlent un monde de merveille et d'harmonie, et les jardins japonais, dont l'abstraction favorise la méditation, il entraîne le lecteur loin des traditions occidentales. Il n'oublie pas non plus les petits jardins privés et les cours fleuries, qui sont autant de paradis en miniature. Le panorama se termine avec les jardins contemporains, qui apportent des réponses pleines de sens aux problèmes sociaux et esthétiques de notre temps.

A la fin de ce voyage à travers les jardins du monde, un index détaillé constitue comme un guide qui accompagnera le lecteur dans sa découverte de ces paradis terrestres.

La botanique

La botanique
Rousseau Jean-Jacques
Ed. PUF

Jean-Jacques Rousseau avait une passion pour la botanique. Déçu par l'injustice des hommes à son égard, il découvre dans l'étude des plantes un moyen de retrouver ce rapport transparent avec la nature auquel il n'a cessé d'aspirer.

Entre 1771 et 1774, il adresse à Mme Delessert une série de huit lettres, à la fois simples et méthodiques, sur la botanique, afin qu'elle puisse initier sa petite fille, âgée de cinq ans, à la connaissance et à l'amour des fleurs. Ces lettres allaient connaître au début du XIXe siècle un succès européen. Elles sont publiées, dans l'ouvrage reproduit ici en fac-similé (1822), avec plusieurs autres textes de Rousseau sur les plantes et l'herborisation, et surtout avec soixante-cinq superbes planches peintes par Pierre-Joseph Redouté, surnommé «le Raphaël des fleurs».

L'avant-propos de Jean Starobinski est suivi de deux introductions : celle d'Alain Grosrichard permet de mesurer la place, souvent méconnue, de la botanique dans la vie et la pensée de Rousseau ; celle de Jean-Marc Drouin situe l'étude des végétaux dans le contexte scientifique du XVIIIe siècle.

Demeures de l'esprit. Italie, vol. 1. Nord

Demeures de l'esprit. Italie, vol. 1. Nord
Camus Renaud
Ed. Fayard

Le neuvième volume de la collection Demeures de l'esprit est consacré à l'Italie du Nord. Les compositeurs y sont fortement représentés, notamment Verdi, bien entendu, par sa maison natale, celle de son âge mûr et celle de son protecteur et beau-père Antonio Barezzi ; mais aussi Donizetti, Ponchielli et, plus inattendu, Mahler, pour sa maison de vacances de Dobbiaco, dans les Dolomites - de son temps Toblach, alors en territoire autrichien.

Les peintres sont quatre : Titien dans les Dolomites également ; Cima da Coneglianio dans la petite ville qui lui a donné son nom ; Mariano Fortuny dans son fameux palais de Venise ; et Giorgio Morandi dans ses deux résidences austères et quasiment cénobitiques, celle de Bologne et celle de Grizzana Morandi, dans les Apennins d'Émilie. On peut leur ajouter Canova, le sculpteur.

Quant aux écrivains ils vont des plus illustres, tels Pétrarque, L'Arioste, Goldoni ou Manzoni aux moins connus hors d'Italie, et même peut-être en Italie, ainsi l'étrange Alfredo Oriani ou le crépusculaire poète Marino Moretti, sur les rivages de Romagne. Le plus excentrique et le plus fastueusement logé est certainement D'Annunzio, en son énorme Vittoriale, au-dessus du lac de Garde.

Ajoutons à cette liste incomplète deux étrangers à la gloire assez différente : Alfred Nobel, le chimiste et fondateur de prix, qui mourut dans sa riche maison de Gênes ; et Rainer Maria Rilke, qui écrivit à Duino, forteresse des La Tour et Taxis en surplomb de l'Adriatique, ses Élégies du même nom.

Artistes de nature en ville

Artistes de nature en ville
Pouyet Marc
Ed. Plume de carotte

Après Artistes de nature et Artistes de jardin, Marc Pouyet nous emmène de nouveau en promenade artistico-naturelle, mais en ville cette fois ! Grâce à lui, des serpents de feuilles envahissent les trottoirs, des baies s’installent en figures géométriques sur les bancs, sur la glace se dessine la pyramide du Louvres, des branchages ornent les fontaines, des pétales s’invitent sur les portes…
Vous pensiez qu’il était impossible de faire du Land Art en ville ?
Pas du tout ! La nature est simplement plus discrète… trop discrète.
À  chacun de la rendre visible, de surprendre les passants,
d’éveiller les regards…
À travers cet ouvrage, vous trouverez l’inspiration pour faire
des créations 100% naturelles et amener de la poésie,
tout en vous réappropriant votre ville, votre quartier, votre rue.
Ouvrez l’œil, la nature arrive en ville, le Land Art se mêle au bitume !