Olivia Sautreuil en dédicace

Le 6 octobre 2018 de 16h00 à 18h30

carré sautreuilVenez rencontrer l'illustratrice bruxelloise Olivia Sautreuil et fêter avec nous la sortie de son livre "Bestioles" paru aux éditions Bayard.

« BESTIOLES » : n. f. – du latin bestiola et bestia.
Petites ou grosses, à poils, à plumes, écailles ou carapace, voici vingt créatures imaginaires dont la vie est extraordinaire : des bestioles pétulantes, bedonnantes et bonnes vivantes !

Un album étonnant, étourdissant qui enchantera petits et grands.

 

 

Rencontre avec Andreï Kourkov

Le 4 octobre 2018 à 19h00

carré kourkov3Tropismes vous invite à une rencontre exceptionnelle avec l'écrivain ukrainien Andreï Kourkov à l'occasion de la parution de " Vilnius, Paris, Londres" aux éditions Liana Levi.

Andreï Kourkov quitte l'Ukraine pour s'attaquer à une autre "petite" nation, la Lituanie, qui fut autrefois le plus grand pays d'Europe. Ce roman fleuve, tour à tour tendu par le suspense, mélancolique et drôle, aborde avec fantaisie et subtilité les thèmes de l'intégration européenne, des frontières et du rapport à l'Histoire.

C’est la fin des gardes-frontière et des contrôles de passeports, un immense espoir pour un pays minuscule: le 21 décembre 2007, à minuit, la Lituanie intègre enfin l’espace Schengen. Comme beaucoup de leurs compatriotes, trois couples se lancent dans la grande aventure européenne. Ingrida et Klaudijus tenteront leur chance à Londres. Barbora et Andrius à Paris. Et si Renata et Vitas restent dans leur petite ferme à Anykšciai, eux aussi espèrent voir souffler jusqu’à l’Est le vent du changement. Mais l’Europe peut-elle tenir ses promesses de liberté et d’union? Estampillés étrangers, bousculés par des habitudes et des langues nouvelles, ces jeunes Lituaniens verront l’eldorado s’éloigner de jour en jour. Kukutis, un vieux sage qui traverse l’Europe à pied, le sait bien, lui: «Peu importe la ville où l’on veut atterrir, c’est le voyage lui-même qui est la vie.» (présentation de l'éditeur)

 

 

Rencontre avec le philosophe Alain Brossat et le cinéaste Jean-Gabriel Périot

Le 2 octobre 2018 à 19h00

carre site brossat periotTropismes vous invite à rencontrer Alain Brossat et Jean-Gabriel Périot à l'occasion de la parution du livre d'entretiens "Ce que peut le cinéma" aux éditions de la Découverte.

Jean-Gabriel Périot, cinéaste, et Alain Brossat, professeur de philosophie, ont travaillé pendant des années, sans se connaître, sur des sujets communs : les femmes tondues à la Libération, l'univers carcéral, la violence politique, le désastre nucléaire...

Dans la réflexion qu'ils engagent ici, ils s'interrogent sur la relation que les images entretiennent avec la politique et l'histoire. Comment se fabrique la mémoire ? Comment appréhender les archives ? Comment remonter le temps, au sens historique et cinématographique du terme ?

Rencontre avec Véronique Bergen

Le 25 septembre 2018 à 19h00

bergen carreonlitTropismes vous invite à rencontrer Véronique Bergen à l'occasion de la parution de "Tous doivent être sauvés ou aucun" aux éditions Onlit.

Dans le nouveau roman de Véronique Bergen, des chiens célèbres apparaissent tour à tour : Loukanikos, le « riot dog » des insurrections grecques contre l’austérité, Blondi, le berger allemand d’Hitler, Laïka, animale victime de la conquête spatiale, le chien d'une tribu Yanomami confronté à l’extermination des Indiens d'Amazonie ou encore ceux de Marie-Antoinette. Comme autant de narrateurs et témoins de la folie humaine, ces chiens interrogent le futur de notre espèce à travers son passé : Tous doivent-ils donc être sauvés ? ou aucun ?

Rencontre avec Stefan Hertmans

Le 13 septembre 2018 à 19h00

hertmans coeurTropismes vous invite à rencontrer Stefan Hertmans à l'occasion de la parution de son nouveau roman "Le coeur converti" paru chez Gallimard.

Lorsque Stefan Hertmans apprend que Monieux, le petit village provençal où il a élu domicile, a été le théâtre d’un pogrom il y a mille ans et qu’un trésor y serait caché, il part à la recherche d’indices. Une lettre de recommandation découverte dans une synagogue du Caire le met sur la trace d’une jeune noble normande qui, à la fin du onzième siècle, convertie par amour pour un fils de rabbin, aurait trouvé refuge à Monieux.


La belle Vigdis est tombée amoureuse de David, étudiant à la yeshiva de Rouen. Au péril de sa vie, elle le suit dans le Sud, commence à prier son dieu et devient Hamoutal. Son père ayant promis une forte somme à qui la ramènerait, des chevaliers se lancent à sa poursuite. Puis les croisés, de plus en plus nombreux sur le chemin de Jérusalem, semant mort et destruction dans leur sillage, s’intéressent à cette femme aux yeux bleus.

Emilie Saitas en dédicace

Le 7 septembre 2018 de 17h00 à 19h30

image saitasTropismes vous invite à rencontrer Emilie Saitas à l'occasion de la parution de "L'arbre de mon père", aux Éditions Cambourakis.

Emilie Saitas signe ici une première bande dessinée prometteuse. A travers la voix de son père c'est toute l'histoire de sa famille et celle des égyptiotes (la communauté grecque d’Égypte) qu'elle raconte dans ce livre. Un bel album intimiste basé sur les souvenirs du père de l'auteur habilement mis en images aux crayons de couleur.

photo @Gaetan Nerincx

Rencontre avec Béatrice Wegnez autour de Pina Bausch

Le 7 juin 2018 à 19h00

carre pina wegnez2Tropismes vous invite à rencontrer Béatrice Wegnez à l'occasion de la parution de son essi "Kontakthof de Pina Bausch" aux éditions Samsa.

Cet ouvrage est né d’un coup de cœur de l’auteure pour le spectacle Kontakthof de la chorégraphe allemande Pina Bausch.

Il s'agit ici d'un essai qui porte sur les trois versions successives de la pièce. En effet, le spectacle fut d'abord créé en 1978 avec les danseurs de la compagnie du Tanztheater de Wuppertal. Pina Bausch décide ensuite de le reprendre en 2000 avec des seniors de « 65 ans et plus », et enfin en 2008 avec des adolescents.

Rencontre avec Clotilde leguil à l'ACF

Le 25 mai 2018 à 21h00

clotilde leguil 3286952L'Association de la cause freudienne de Belgique vous invite à rencontrer Clotilde Leguil à l'occasion de la parution de "Je" une traversée des identités aux éditions Puf.

Il y en a aujourd’hui qui haïssent le « Je », qui déclarent sa fin prochaine, ou même sa disparition accomplie. Il y en a qui préfèrent le « Nous », l’identité qui peut se partager ; d’autres encore qui préfèrent le « Il » scientifique, l’identité qui peut se compter. Comment alors continuer à être « Je » lorsque l’époque tend à faire disparaître la nécessité d’un rapport subjectivé à son existence ? Le narcissisme de masse se présente paradoxalement comme un effort pour continuer à exister en première personne dans le monde uniforme de la mondialisation. Mais ce narcissisme de masse n’est-t-il pas un autre piège ? Le déchaînement des passions sur les réseaux sociaux, la mise en scène de sa vie privée, le partage de son intimité, nous aident-ils vraiment à retrouver notre singularité perdue dans l’univers irrespirable de la quantification de soi et de la marchandisation des expériences ? Parier sur le « Je » offre une autre voie que le narcissisme. Parier sur le « Je », c’est accepter de miser sur la parole et le langage, c’est continuer de croire avec Freud et Lacan dans les messages de ses rêves et de ses cauchemars, c’est ne pas suturer la dimension de l’inconscient. Parier sur le « Je », c’est faire une traversée : la traversée des identités.

Rencontre avec Marco Martella et Frédéric Brun

Le 30 mai 2018 à 19h00

carre poesisTropismes vous invite à rencontrer Marco Martella à l'occasion de la parution du livre Un petit monde, un monde parfait aux éditions Poesis.

Marco Martella, écrivain et historien des jardins, propose une réflexion sur la place que le jardin occupe dans la modernité. Il nous éclaire sur les raisons qui poussent les hommes à cultiver des parcelles de terre destinées à devenir « des petits mondes, des mondes parfaits ». Au fil des pages, on se promène dans des jardins célèbres – Bomarzo et Ninfa en Italie ; Versailles et la Vallée-aux-Loups en France, Sissinghurst en Angleterre – mais aussi dans des enclos verdoyants plus intimistes et cachés. Il évoque les poètes qui, comme Philippe Jaccottet ou Chateaubriand, Hermann Hesse ou Vita Sackville-West, ont exploré la question du paysage et le rapport entre la poésie et la nature.    

Fernand Deligny, cartes et lignes d'erre

Le 30 mai 2018 à 19h00

deligny bandeauEcrivain, éducateur, pédagogue, militant, Fernand Deligny (1913-1996) a laissé derrière lui une œuvre aussi féconde qu’hybride. Textes littéraires ou polémiques, épaisse correspondance, cartes et dessins, films : cet immense corpus intéresse de plus en plus les milieux artistiques tant il associe travail du langage et des images, pensée critique et projet d’émancipation.

C’est dans les Cévennes, à Monoblet, que Deligny crée en 1968 une communauté éducative alternative destinée aux enfants autistes. Il propose un milieu de vie organisé en aires de séjour dans lesquelles les enfants vivent auprès d’adultes non diplômés (ouvriers, paysans, étudiants). Dans ce contexte, et pour dégager le langage, ces présences proches tracent quotidiennement des cartes en y reportant leurs propres trajets et les lignes d’erre des enfants. L’évocation de cette pratique permettra à nos deux invités de poser la délicate question de la place de l’art dans la tentative des Cévennes.

Rechercher dans notre stock

Newsletter

Contacts

11, Galerie des Princes
Galeries Royale Saint-Hubert
B-1000 Bruxelles

T. +32 (0)2 512 88 52

info@tropismes.com

Ouvert tous les jours

Lundi : 11.00 - 18.30
Mardi : 10.00 - 18.30
Mercredi : 10.00 - 18.30
Jeudi : 10.00 - 18.30
Vendredi : 10.00 - 19.30
Samedi 10.30 - 19.00
Dimanche : 13.30 - 18.30

 

oscar ungerer