Festins secrets

Festins secrets
Jourde Pierre
Ed. Esprit des Péninsules

Quand on est un jeune intellectuel équilibré et progressiste, débuter sa carrière dans un collège infesté par la violence et l'antisémitisme pourrait suffire à engendrer des doutes. Il y a pire. Se laisser entraîner dans un cercle de notables provinciaux adonnés aux sciences occultes, à l'extrémisme politique et aux perversions sexuelles. Découvrir le contenu atroce de la bibliothèque d'un collectionneur mystérieusement disparu. Se demander s'il ne va pas revenir demander des comptes. Finir par se croire manipulé, ou possédé. Peu à peu monte l'angoisse d'être parasité par une autre personnalité. Mais laquelle ? La petite ville de Logres, où se déroulent ces événements, est un condensé ténébreux, effrayant et dérisoire de notre monde. Aux limites du réalisme et du fantastique, Festins secrets se livre à un décorticage de la sexualité moderne, à une satire cruelle du Léviathan éducatif et du monstre médiatique. Il s'agit aussi d'une anthologie des mauvaises pensées, d'un récit métaphysique sur le Mal, où apparaissent les figures voilées d'Orphée, du double, du diable.
Présentation de l'éditeur

Le mot amour

Le mot amour
de Ceccatty René
Ed. Gallimard/Blanche

 


Résumé
Le mot amour a, dans le langage, un statut très singulier : c'est un mot qu'il est facile de prononcer, mais qu'il est difficile d'entendre, l'eût-on longtemps attendu. Il a le pouvoir de donner vie et mort, les deux parfois se confondant.
Les quatre dialogues réunis ici mettent en scène quatre couples que hante une amitié amoureuse : Artemisia Gentileschi et Galilée, Julie Talma et Benjamin Constant, Eleonora Duse et Gabriele D'Annunzio, Maria Callas et Pier Paolo Pasolini.
Les quatre femmes sont des artistes qui vécurent la passion sur scène ou sur la toile. Toutes les quatre en ont retiré des plaisirs incertains. Artemisia fut tentée d'abandonner les sujets sanglants de ses tableaux. Julie renonça très vite à sa carrière de comédienne pour assurer celle de son mari. La Duse, enfant de la balle, aurait souhaité pouvoir se passer du public et du théâtre, mais, à l'exception de quelques mois de silence, ne se permit aucune pause et mourut en tournée. La Callas perdit sa voix et crut, l'espace de quelques années, préférer la vie à la scène, avant de comprendre qu'elle n'avait d'existence que par son art qui l'avait abandonnée. Toutes les quatre ont été, par ailleurs, sinon de grandes amoureuses, du moins des femmes obsédées par la représentation narcissique de l'amour, dans sa violence tragique. Aucune ne fut fidèle, aucune n'inspira de fidélité amoureuse.
Les quatre hommes qui furent leurs amis respectifs multiplièrent liaisons ou aventures. Aucun ne connut d'amour heureux.
Présentation de l'éditeur

Walterberg

Walterberg
Kaddour H?di
Ed. Gallimard/Blanche

Premier roman

Un homme rêve de retrouver une femme qu'il a aimée. Un maître espion cherche à recruter une taupe. Leurs chemins se croisent. Cela s'est passé au XXe siècle.
Présentation de l'éditeur

Waltenberg, hôtel Waldhaus, est le lieu où se retrouvent les personnages principaux de ce roman qui s'étend de 1914 à la chute de l'Union soviétique et qui est à la fois l'histoire d'amour de Hans, romancier allemand, et de Lena, cantatrice américaine, l'histoire d'amitié entre Hans et Max, journaliste français, une histoire d'espionnage et une fresque historique.

Les Pays immobiles

Les Pays immobiles
Bayon
Ed. Grasset

Les Pays immobiles est un roman inclassable - «une réponse, écrit Bayon, à la question 'Tu écris ?' qu'on me pose.»

Or la réponse est un entrelacs énigmatique de romans «inexprimables», combinatoire d'aventures, figures, passions et compassions, farces, décors, peurs et pages, qui font un grand livre voué à l'écriture autant qu'à la vie.

Impossible de résumer les lieux où file la narration : le Nil brûlé ; le Finistère l'hiver ; Montmartre la nuit ; l'Afrique noire où l'auteur et son frère martyrisent un «enfant-bouddha» ; l'au-delà.

Car les Pays immobiles communiquent avec les esprits : Michel l'ange mourant pour qui Bayon sera «mangeur de péchés», ou Thierry-Noël le Peter Pan togolais.

A chaque page la même violence, une langue lyrique et nette. Notre héros a aimé, beaucoup, pays et «fées». Certaines sont nommées, d'autres sont des fantômes, certaines enfin sont au bord du secret : compagne trompée dans la pièce à côté, dame d'ivoire post-colonial...

Immobile et cruel, comme le jeune homme qui accroche une «nature morte» au-dessus de son lit de plaisir, ce livre nous emprisonne, nous libère, et par son écriture hantée ne parle que d'écriture.
Présentation de l'éditeur

Le bar des habitudes

Le bar des habitudes
Bartelt Franz
Ed. Gallimard/Blanche

'Guy Vouine était mou de naissance. Il avait coulé de sa mère, comme d'un pot de confiture renversé. L'accouchement n'avait requis aucun effort, aucune poussée. L'enfant faisait un petit tas sur les linges et le cri qu'il exhala pour manifester qu'il était vivant montait de lui avec la légèreté d'une vapeur. La sage-femme, qui en avait vu de toute sorte, se dit seulement qu'elle n'en avait encore jamais vu de si mou.
Plus tard, il s'avéra que l'enfant physiquement mou était également mou à l'intérieur...'
Au fil de ces seize brefs récits, Franz Bartelt raconte des destinées exemplaires, dans un registre tour à tour goguenard et tendre, loufoque et cruel.
Présentation de l'éditeur

Le Dictionnaire culturel en langue française

Le Dictionnaire culturel en langue française
Rey (dir.) Alain
Ed. Le Robert

Une aventure humaine et éditoriale
50 années de recherche et d'invention ; 10 années de rédaction par une équipe permanente dirigée par Alain Rey et Danièle Morvan.
Plus de 100 auteurs : spécialistes éminents, jeunes chercheurs et signatures renommées.
Un dictionnaire unique :
tout le savoir-faire du Robert :
- décrire la langue, dans la lignée du Grand Robert : 65 000 entrées, les significations les plus fines, des exemples d'emplois, des citations littéraires couvrant cinq siècles d'usage
- raconter l'histoire des mots, dans la lignée du Dictionnaire historique : des développements étymologiques détaillés
la puissance d'un concept révolutionnaire

Le concept : de la langue française aux cultures du monde
Chaque langue est apte à tout dire.
Chaque mot condense une parcelle de l'humanité tout entière.
Le Dictionnaire culturel en langue française révèle ce qui se cache derrière chaque mot : un vaste réseau culturel et historique. A partir du français, un regard nouveau sur les cultures du monde.
1 320 articles de synthèse sur des notions abstraites et des réalités concrètes - les arts et la culture, la faune et la flore, les sentiments, la philosophie et la science, la vie quotidienne - racontent la dimension culturelle des mots à travers le temps, l'espace et les civilisations.
Par la traduction des grands textes de toute l'humanité, le Dictionnaire culturel aborde mondialement les mots et les idées : Euripide, Virgile, Dante, Shakespeare, Cervantès, Einstein..., les auteurs de la littérature grecque ou latine, les grands textes littéraires, philosophiques et scientifiques, les chefs-d'oeuvre introuvables, sont conviés pour la première fois dans un dictionnaire français.
Le Dictionnaire culturel : un répertoire sans équivalent d'idées, de symboles, de croyances, de pensées.
Présentation de l'éditeur

Voir à ce sujet la rubrique nouvelles

Sports

Sports
Quélen Dominique
Ed. Apogée

Dans le précédent volume, un homme qui n'existe pas se met en route - il est déjà mort, sans qu'il y ait à sa course ni fin ni début. Il avance et il chute en un seul mouvement. Il est freiné dans sa progression, mais aussi dans son déclin, par des obstacles que peut-être il s'invente car ils n'y étaient pas jusque-là et d'ici peu n'y seront plus. D'ailleurs, tout lui est obstacle. Son corps est une maladie à explorer, bien qu'il doute si ce n'est pas plutôt l'envers de l'endroit où il se trouve. Ce sont des attaques, des menées incessantes, d'une exécution assez technique mais dont l'effet reste sensible. Parfois aussi, ils sont plusieurs. Ce qui lui arrive n'est jamais mentionné : juste qu'il va toujours se dégradant. Il connaît pourtant des instants de bonheur et de curiosité. A deux reprises, il s'écarte à la fois de son chemin et (semble-t-il) de lui-même. Ce faisant, il se poursuit dans son texte.
Présentation de l'éditeur

Matthieu disparaît

Matthieu disparaît
Robin Patrice
Ed. P.O.L.

Avec, par ordre d'apparition et dans leur propre rôle, le poulain et la jument du grand-père, Matthieu et ses parents, la poule d'eau, la couleuvre, les clients du magasin, Claude Lelouch, Eric Rohmer, Jean-Louis Trintignant, Marie-Christine Barrault, Jeanne et ses petites culottes, Maurice Pialat, le baron, le marchand de bestiaux, Costa-Gavras, Emile, Blaise le balayeur, le contremaître, Liz la rockeuse, Brando, Pablo le peintre, l'homme au sandwich et tout le personnel de l'usine, Laura, le banquier, le chômeur, l'employé de l'ANPE, le responsable du centre culturel, les délégués de comités d'entreprise, le jeune auteur, Balzac, l'homme aux cheveux blonds attachés en queue de cheval, les programmateurs art et essai, Jean-Luc Godard, Shohei Imamura et Abbas Kiarostami.
Présentation de l'éditeur

Toi, Cécile Kovalsky

Toi, Cécile Kovalsky
Sluszny Marianne
Ed. La Différence/Littérature

Pendant l'agonie de Myriam Stella Kovalsky qui termine ses jours dans une pension pour vieillards, Cécile, sa fille, s'interroge sur elle-même : pourquoi se complaît-elle dans l'échec ? Pourquoi se déprécie-t-elle en permanence ? Pourquoi la noirceur de la vie l'emporte-t-elle toujours sur l'enchantement ? Ces questions essentielles l'entraînent à plonger dans le passé de ses parents et de ses grands-parents, émigrés juifs à Bruxelles, et à raconter leur histoire qui pèse si lourdement sur la sienne. Avec un humour grinçant, elle choisit de mettre en lumière toutes les facettes de la légende familiale, et c'est le malheur d'une diaspora juive moins intégrée qu'elle ne le prétend ou le souhaite et d'un milieu d'artistes en lutte pour survivre qui lui saute aux yeux. Nommer les choses par leur nom, déshabiller la vérité de ses faux-semblants est la condition qui s'impose pour pouvoir enfin vivre. Cécile Koalski le sait d'autant mieux qu'elle travaille dans l'entreprise dont la vocation est de produire des images déformées : la télévision. Dans la chambre 32 du Home Beau-Séjour où se meurt sa mère, elle entreprend de rédiger le discours qu'elle prononcera, en public, lors des funérailles et qui ne sera pas moins que l'emblème d'un nouveau départ.
Loufoque, cruel, lucide et douloureux, ce premier roman de Marianne Sluszny éclaire la manière dont circulent les névroses dans les familles juives d'après-guerre et esquisse le parcours intérieur que son héroïne, Cécile Kovalsky, a entrepris pour s'en délivrer.
Présentation de l'éditeur

Diego

Diego
Redonnet Marie
Ed. Minuit

Je ne suis plus en prison, j'ai quitté Tamza et je viens d'arriver en France. Mais l'angoisse est toujours au fond de moi. Je me répète : 'Je suis un homme libre'. Je sais bien que ce n'est pas vrai. Je suis arrivé en France sans visa. Je suis un clandestin. Je n'ai pas passé la douane. Je ne suis pas enregistré sur le territoire français. Je suis libre tant que la police ne me demande pas mes papiers. Je ne peux pas vivre en France normalement. Je dois y vivre comme un clandestin.
Présentation de l'éditeur