Lucy

Couverture non disponible
Trevor William
Ed. Phébus

L'histoire de Lucy Gault est une histoire triste racontée par un grand artiste.

C'est l'histoire d'une gamine qui refuse de suivre ses parents a l'heure de s'exiler hors d'Irlande. Elle disparaît ; on la croit morte. C'est l'histoire de l'amour, de la perte, du pardon et de la rédemption et c'est une expérience énorme condensée là, comme un poème épique, une élégie.
L'immense nouvelliste, auteur de En lisant Tourgueniev nous transperce aussi sûrement qu'une pluie d'Irlande.

Les maîtres du jeu

Les maîtres du jeu
Costello Mark
Ed. Actes Sud

En mission pour assurer la protection rapprochée du vice - président des Etats-Unis en campagne électorale dans le New Hampshire, l'agent fédéral Vi Asplund revient dans sa ville natale. Elle y retrouve son frère, Jens, mathématicien de génie, qui a recyclé ses talents dans les jeux virtuels et se voit désormais confronté aux ambitions cauchemardesques de cette lucrative industrie.
De même que les agents du Service secret tels que Vi ont pour règle d'abandonner toute préoccupation d'ordre émotif et personnel afin d'être capables, en cas d'attentat, de se transformer sur - le - champ en bouclier de chair, de même les chercheurs qui, comme Jens, ont signé leur pacte faustien sont priés, au nom des lois du profit et de la concurrence, de laisser leurs états d'âme au vestiaire quels que soient les problèmes éthiques que leur pose la création d'un nouveau jeu vidéo particulièrement violent, par exemple...
Autour du frère et de la soeur affrontant l'un et l'autre un moment crucial de leur existence, gravitent de nombreuses figures de la crise de la conscience américaine. Attachants et hauts en couleur, ces personnages entretiennent, dans un monde d'une exceptionnelle âpreté, des relations humaines chaotiques mais qui fonctionnent pour eux comme autant de repères dans le labyrinthe de la paranoïa et de la violence engendrées par les contraintes de la réussite sur tous les plans et à tout prix.
Tableau sans concession mais souvent plein d'humour des spectres et des angoisses qui hantent la société contemporaine, ce brillant roman de Mark Costello brosse le portrait d'une humanité héroïco-pathétique, sans cesse menacée par le bug fatal qui pourrait, à chaque instant, porter le coup de grâce à ses illusions de maîtrise.
Présentation de l'éditeur

Nos voisins du dessous

Couverture non disponible
Bryson Bill
Ed. Payot

Saviez-vous que l'Australie n'est pas seulement célèbre pour ses kangourous, ses drag-queens et ses surfeurs ?

On y trouve aussi les bestioles les plus voraces et venimeuses du globe, des déserts où mieux vaut ne pas s'aventurer pour un petit besoin, et puis de drôles de gens persuadés que vous les prenez pour des ploucs du bout des antipodes.
Après Motel blues et American rigolos, Bill Bryson surarmé de courage et d'humour sillonne pour nous l'Australie et, bien sûr, ce qu'il nous en dit n'a rien à voir avec quoi que ce soit d'autre? « Tu ne vas pas me dire qu'on a traversé tout un continent pour voir seulement ça ? »

Le prisonnier du Caucase

Le prisonnier du Caucase
Makanine Vladimir
Ed. Gallimard/Du monde entier

Quelle place la beauté peut-elle trouver au milieu de la guerre ? Qui, des deux adversaires, est le prisonnier de l'autre, dans un conflit comme celui du Caucase ? Telles sont les questions abordées par Makanine dans la nouvelle titre de ce recueil, à travers l'histoire d'un soldat russe fasciné par son jeune prisonnier caucasien. Si la toile de fond du récit - l'enlisement militaire russe dans le Caucase - est d'une actualité politique brûlante, «Le prisonnier du Caucase» est avant tout une magistrale leçon de littérature, un texte d'une force visionnaire indiscutable, reconnu comme tel dès sa publication.

Dans «La lettre A», Makanine revient sur le passé soviétique du pays, en décrivant la lente décomposition d'un camp du goulag en Sibérie. «L'antileader» quitte le terrain politique ou historique des deux premières nouvelles pour raconter une guerre plus intime : celle que mène Kourenkov, un brave plombier, contre ses propres démons, la jalousie et la violence. «Une bonne histoire d'amour», qui clôt le recueil, brosse le portrait d'un couple cynique et arriviste qui, après avoir subi de plein fouet les bouleversements de l'Histoire russe, cherche à se faire une place dans la nouvelle société...

Ces nouvelles composent une brillante radioscopie de la Russie d'aujourd'hui, mais nous interrogent aussi sur la place que nous accordons à la beauté et aux sentiments dans nos vies. Vladimir Makanine, un des grands maîtres de la littérature russe contemporaine, fait une nouvelle fois la preuve de l'étendue de son immense talent.
Présentation de l'éditeur

Nouvelles complètes

Couverture non disponible
Conrad Joseph
Ed. Gallimard/Quarto

Écrits en russe, puis en anglais avec l'aide de son fils Dmitri, les 64 chefs-d'œuvre retenus par Nabokov pour l'édition de ses Nouvelles complètes.
Les premières parurent dans les revues de l'émigration, d'autres furent réunies en recueil dès que Nabokov eut gagné un vaste public, d'autres enfin furent publiées dans de grands journaux américains. Autobiographiques – comme « Premier amour », la plage de Biarritz inchangée depuis l'impératrice Eugénie, des femmes en col de satin perle aux ombrelles volantées, un amoureux transi de sept ans et un début d'enlèvement –, imprégnées de la mélancolie de Russes déracinés et viveurs, ou récits de passion brûlante comme « Un Léonard », toutes ces nouvelles d'une grande intensité poétique révèlent la variété d'un talent qui donne ici, dans des récits concis, le concentré du génie que déploiera Nabokov dans ses romans.

Il pleut en amour

Il pleut en amour
Brautigan Richard
Ed. Castor Astral

Il aimait Baudelaire, le Grateful Dead, les winchesters et le whisky. Il mitonnait l'humour à feu doux, même si la mort le hantait. Il concevait la poésie comme le roman, et vice versa. il envisageait la gueule de bois comme un objet de l'artisanat populaire. Ses chefs-d'oeuvre imparables ont fait de lui l'auteur culte américain des sixties et des seventies.
Les textes ici rassemblés sont des instantanés de vécu, des historiettes métaphysiques dues à un virtuose de la dérision. Richard Brautigan reste ce surréaliste à la fois farceur et tragique, égaré sur les brisées de la Beat Generation. Il demeure surtout comme le plus original des auteurs américains recensés en trente ans de contre-culture.
Présentation de l'éditeur

L'arbre

Couverture non disponible
Fowles John
Ed. Editions des 2 terres

L'arbre, en symbolisant le côté sauvage de notre psyché, est ce qui existe de plus comparable à la création romanesque.

En soulignant l'importance dans l'art de l'imprévisible, de l'inexplicable, du sensible, John Fowles nous gratifie d'une brillante démonstration de ce qu'est un artiste. Dans ce petit livre autour de son enfance et de son travail, nourri du goût de l'espace et de l'histoire, l'auteur du Mage et de L'obsédé explique l'impact de la nature sur sa vie et nous offre une clé à la compréhension de son ?uvre d'une fulgurante acuité intellectuelle et d'une prodigieuse originalité.

Vice de forme

Vice de forme
Lashner William
Ed. Rocher

Avocat criminel à Philadelphie, Victor Carl reçoit un soir un coup de fil paniqué d'un de ses anciens camarades de la fac de droit, Guy Forrest. Ce dernier prétend qu'il vient de découvrir le corps de sa fiancée assassinée dans leur maison de la banlieue chic de Philadelphie. La victime s'appelle Hailey Prouix. Par amour pour elle, Guy avait tout abandonné : travail, femme et enfants. Convaincu, malgré son amitié, que Guy est le meurtrier d'Hailey, Victor accepte malgré tout de le défendre après son incarcération, se jurant secrètement de faire toute la lumière sur cette affaire, quel qu'en soit le prix.

Commence alors une quête de la vérité qui le conduira de Philadelphie en Virginie-Occidentale en passant par Las Vegas, un voyage dans le passé d'Hailey Prouix, où rien n'est aussi simple qu'il n'y paraît. Car Hailey a fasciné et ensorcelé tous les hommes qui ont croisé sa route ; tous les hommes, y compris Victor Carl lui-même...
Présentation de l'éditeur

Polar

Comme au premier jour

Couverture non disponible
Hertmans Stefan
Ed. Christian Bourgois

Un rêve de pureté et de premier amour peut-il se dégrader au point de devenir un cauchemar de meurtres pervers ?

Roman d'une imagination quasi-hallucinée, alimentée par les tableaux inquiétants du Moyen Age flamand et des temps les plus modernes, Comme au premier jour est avant tout un livre sur la quête contemporaine de l'Image sublime dans les passions humaines, et le récit des catastrophes intimes saisissantes qu'elle peut provoquer dans la vie des hommes.
Stefan Hertmans est l'auteur d'une ?uvre variée et érudite, trop peu connue du public francophone.
Les éditions Castor Astral publient en même temps Entre villes, un ouvrage ambitieux en forme d'errance philosophique dans quelques cités « marginales » d'Europe.

Stefan Hertmans, né à Gand en 1951, est poète, romancier et essayiste. Considéré comme un écrivain postmoderniste, la musique, l'art contemporain, la philosophie et la littérature forment les sujets principaux de son écriture. Il publie son principal roman 'Naar Merelbeke' ('A Merelbeke') en 1994.

Le mur de verre

Le mur de verre
Schindel Robert
Ed. Stock

«Il fait si froid quand on reste assis et que les souliers trempent dans la neige, et tout ça imaginez-vous il y a quarante-cinq ans mais les pieds nus ou dans des sabots de bois ou des loques, et pas quatre-vingt-dix minutes mais un jour entier, une nuit et encore un jour. Une idée me traverse l'esprit, on devrait embaucher des antisémites comme figurants. Et les laisser là assis ou debout par moins vingt-deux, et pas une heure et demie mais disons trois heures. Pourtant c'est pas parce qu'ils se gèlent que ça nous réchauffe, nous autres, pas autrefois, et aujourd'hui un thé brûlant fait aussi l'affaire.»

Au début des années 1980, l'Autriche dort encore paisiblement, bercée par la douce nostalgie de la grande époque des Habsbourg. Mais l'ouverture à Vienne du procès du SS Oberscharführer Anton Herser, surnommé le briseur de crânes, interrompt brutalement ces rêves d'innocence. Toute la nation se retrouve confrontée à un passé douloureux, jusqu'alors trop souvent occulté : le national-socialisme. Un fils de SS hanté par d'effroyables souvenirs, un survivant appelé à témoigner au procès de son bourreau, un homme de théâtre qui cache ses origines... Autant de personnages complexes, de secrets, mais aussi d'espoirs, qui dévoilent strate après strate la psyché autrichienne.

Dans une langue dure et poétique, Robert Schindel met en scène la difficulté de vivre avec un passé très présent, avec la culpabilité, l'oubli et la mémoire. Sans doute est-ce pour cela que Le mur de verre est devenu en Autriche et en Allemagne le livre de toute une génération, trop jeune pour avoir connu les horreurs de la guerre, trop âgée pour ne pas en avoir subi les conséquences. Bouleversant retour sur la période la plus sombre qu'ait traversée l'Europe, le roman pose également des questions essentielles sur l'identité collective et sur la place de chacun dans l'Histoire.
Présentation de l'éditeur