Le printemps en octobre. Une histoire de la révolution hongroise

Le printemps en octobre. Une histoire de la révolution hongroise
Christian-Giraud Henri
Ed. Rocher/Documents

Le 23 octobre 1956, le sang coule à Budapest. Un peuple de 10 millions d'habitants en défie un autre de 220 millions qui possède la plus forte armée du monde : l'URSS, le pays aux cent divisions. Armés de «cocktails Molotov», étudiants, ouvriers, femmes et tout jeunes enfants, affrontent les chars de l'Armée rouge. Au prix d'un héroïsme inouï, qui bouleverse les correspondants de presse du monde entier, ils en détruisent plusieurs centaines.

La révolution hongroise qui s'est poursuivie en résistance passive aux conséquences inhumaines pour la population, a fait des milliers de morts et de blessés et poussé 200 000 Hongrois à l'exode. Elle a aussi provoqué en Occident une crise de conscience qui a ouvert les yeux à plus d'un admirateur de la «grande lueur à l'Est». Cette autre révolution d'Octobre, fondée sur le retour de la nation, ruinait l'aura de la «mère des révolutions» porteuse du rêve policier et sanglant de l'internationalisme prolétarien.

À cette insurrection, il n'aura manqué ni la trahison la plus vile (qui a laissé une tâche sur l'honneur de la légendaire armée rouge), ni l'obscure manoeuvre des États-Unis d'Amérique qui, derrière le paravent de l'indignation, ont délibérément instrumentalisé cette tragédie, via l'ONU, pour en faire le test de leur volonté de coexistence pacifique.

Fondé sur les archives soviétiques et américaines et les recherches les plus récentes, cet ouvrage dévoile les multiples aspects de cette «Révolution antitotalitaire», qui sonnait en réalité le glas de l'empire soviétique et du communisme. Il y a des défaites plus prometteuses que des victoires.
Présentation de l'éditeur

Le grand bond en arrière. Comment l'ordre libéral s'est imposé au monde

Couverture non disponible
Halimi Serge
Ed. Fayard

'Nous ne sommes pas condamnés à vivre dans le monde dans lequel nous vivons.'

De l'Amérique de Reagan à la France de Mitterrand, en passant par la Nouvelle-Zélande, les transformations économiques du dernier quart de siècle n'ont été le produit ni du hasard ni de la nécessité. Si, à partir des années 80, les « décideurs » et les médias du monde occidental ont presque toujours interprété de manière identique les situations de « crise », c'est que tout un travail idéologique était intervenu au préalable, c'est que les solutions alternatives au marché avaient été détruites afin qu'il n'y ait «plus d'alternative ». D'autres interprétations des événements auraient suggéré d'autres remèdes, mobilisé d'autres forces sociales, débouché sur d'autres choix. La « mondialisation », ce fut aussi ce long labeur intellectuel de construction de la « seule politique possible » que favorisa la symbiose sociale entre ses principaux architectes d'un bout à l'autre de la Terre.
Inspirées par des théoriciens de l'université de Chicago, dont l'influence sera considérable au Chili, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, les doctrines économiques libérales vont encourager les classes dirigeantes à durcir leurs politiques, à passer d'un système d'économie mixte acceptant une certaine redistribution des revenus à un nouveau capitalisme orienté par les seuls verdicts de la finance. Les artisans de cette métamorphose en tireront un avantage considérable ; pour la plupart des autres, au contraire, ce sera le grand bond en arrière.
Présentation de l'éditeur

Serge Halimi, journaliste au Monde diplomatique, est notamment l'auteur des Nouveaux Chiens de garde (Raisons d'agir, 1997) et de Quand la gauche essayait (Arléa, 2000).

Revolution R. Budapest 1956 - coffret DVD

Revolution R. Budapest 1956 - coffret DVD
Ed. Clavis films/Politique magazine

Budapest, 1956.
D'abord triomphante, la révolution est bientôt écrasée dans le sang par les chars soviétiques revenus le 4 novembre. Ces tragiques épisodes auront de profondes et durables répercussions sur le peuple hongrois bien sûr, et marqueront une grande fracture dans le système communiste dont les conséquences sur l'opinion et les intellectuels occidentaux seront immenses.

Ce coffret réunit trois documentaires - Le dernier discours de Janos Kadar, La vie d'un espion et Mutter - qui traitent du sujet de la révulotion hongroise et donnent une image riche et complexe de se qui s'est passé dans les rues de Budapest en 1956.
D'après l'éditeur

Europeana. Une brève histoire du XXe siècle

Couverture non disponible
Ourednik Patrik
Ed. Allia

Une vision très personnelle du XXe siècle

'Les américains qui ont débarqué en 1944 en Normandie étaient de vrais gaillards et mesuraient en moyenne 1 m 73 et si on avait pu les ranger bout à bout plante des pieds contre crâne ils auraient mesuré 38 kilomètres.'

Qu'est-ce que la vérité historique ? La vérité littéraire ? La vérité de la mémoire ? Ce livre ne fournit aucune réponse ou pire, il nous en fournit, nonchalamment, une telle quantité - on croirait assister à une dernière démarque de la solderie du vingtième siècle - que cela revient au même. Cependant il nous livre peut-être une piste avec le thème du Bug du millenium : si les ordinateurs avaient identifié de façon eronnée l'année s'annonçant pendant la nuit du 31 décembre 1999, cela aurait été 'comme si le vingtième siècle et l'attentat sur l'héritier du trône d'Autriche n'avaient jamais eu lieu'.

Patrik Ourednik est né en 1957 à Prague. Il s'est exilé en 1984 en France où il vit depuis. Il est l'auteur de dictionnaires, essais, récits, recueils de poésie et par ailleurs traducteur en tchèque de Rabelais, Jarry, Queneau, Beckett, Simon ou Michaux. Europeana, son premier livre traduit en français, a été élu 'livre de l'année 2001' en Tchéquie et a été traduit dans une dizaine de langues.


La nouvelle Alternative n°69-70/juin-septembre 2006. Hongrie examen de consciences

La nouvelle Alternative n°69-70/juin-septembre 2006. Hongrie examen de consciences
Ed. Nouvelle Alternative

' Par quelle aberration a-t-on pu croire, après la chute du Mur, que la disparition d'un adversaire signifiait l'abolition de l'adversité ?

Par quelle sottise a-t-on pu considérer que l'Homo economicus allait pacifier la planète, et que les conflits subsistants n'étaient que des vestiges du passé, des bavures exotiques ? Je l'explique à la manière de Tchékhov. Par le très grand plaisir que les hommes ont à dormir. ' La Cerisaie ' est vraiment la grande pièce sur les dix dernières années que nous venons de passer. Tous les protagonistes, qu'ils soient propriétaires ou intellectuels, y sont acquis à l'idée que finalement tout s'arrange toujours, que le mal n'est que le fourrier du bien. Cet esprit-là domine en Occident depuis 1989. C'est ainsi que l'on a pu, sans rire, voir Fukuyama célébrer la victoire des Etats-Unis sur l'Union soviétique exactement dans les même termes que Kojève pensait fêter la victoire de Staline sur l'Occident? Fêter la victoire de Staline en 1937 et la victoire de Wall Street en 1987 exactement dans les mêmes catégories intellectuelles aurait tout de même dû poser un problème, non ? '
André Glucksman, in Le Nouvel observateur, janvier 2002.

1000 ans de jeux Olympiques. 776 av. J.-C./261 ap. J.-C.

Couverture non disponible
Moses I. Finley & H.W. Pleket
Ed. Perrin

Les jeux Olympiques constituent la manifestation la plus médiatisée du monde ; pendant quinze jours des centaines de millions d'individus ont les yeux rivés sur les compétitions. D'où vient cette fascination ? Qu'avons-nous retenu de l'histoire et de l'expérience millénaire des Grecs ? Et d'abord, comment se déroulaient les jeux voilà vingt à vingt-cinq siècles ? Moses Finley met sa culture encyclopédique et un talent de conteur pédagogue, qui ont établi sa réputation mondiale, au service du sujet. Il détaille les lieux, les étapes de la sélection des athlètes, étudie les différentes épreuves, les rituels religieux et politiques qui entourent les jeux. Il nous montre que les débats agitant aujourd'hui le monde olympique sont tous déjà connus des Grecs : le professionnalisme des athlètes, le dopage, l'influence des politiques et de l'argent, la fortune et l'utilisation des vainqueurs, le chauvinisme et la récupération nationaliste. Enrichi d'une trentaine de planches, cet ouvrage est autant une superbe histoire qu'une leçon de choses sur l'olympisme.
Présentation de l'éditeur

Moses I. Finley et H.W.Pleket sont tous deux spécialistes de la Grèce antique.

Histoires de diamants. La société minière du Bécéka au Congo

Histoires de diamants. La société minière du Bécéka au Congo
De Bruyn Odile
Ed. Racine

Lorsque le diamant est évoqué, la première image qui vient à l'esprit est celle de la parure féminine. Cependant, il est un autre type de diamant que celui de la joaillerie, le diamant industriel qui occupe également une place importante dans l'économie mondiale. Si la Société Minière du Bécéka au Congo a produit du diamant de joaillerie, l'essentiel de son activité a toutefois porté sur l'extraction de diamant industriel dans ses mines de Bakwanga (aujourd'hui Mhuji-Mayi) au Kasai.

Après avoir vécu, dans l'entre-deux-guerres, des débuts difficiles en raison de problèmes d'écoulement de sa production sur le marché, la société concessionnaire a connu un développement fulgurant au lendemain de la seconde guerre mondiale, au point de devenir le premier producteur mondial de diamant industriel. A l'époque, la demande en diamant industriel avait fortement augmenté, l'importance stratégique de ce matériau ayant été reconnue ainsi que ses usages multiples dans les industries civiles, ateliers de construction mécanique, mines, carrières, verreries, laboratoires, etc.

L'aventure des premiers prospecteurs de diamant qui, dès 1909, sont partis à la découverte de régions inconnues, le travail de la mine et ses nombreuses activités connexes, l'adaptation des techniques d'extraction aux spécificités des gisements de diamant industriel et l'écoulement de la production via le canal unique du Syndicat de Londres, mis sur pied par la société De Beers, sont autant de thèmes passionnants qui seront tour à tour envisagés dans cet ouvrage.
Présentation de l'éditeur

Champollion. Le savant déchiffré

Couverture non disponible
Faure Alain
Ed. Fayard

?uvre d'historien, ce livre se lit comme un roman.

Le lecteur est entraîné sur les pas de Champollion, erre comme lui dans l'aventure du déchiffrement des hiéroglyphes ; il a les yeux de Champollion sur le monde, partage ses rêves, ses doutes et les affres de sa santé précaire, sillonne des contrées lointaines en sa compagnie, réagit aux attaques des jaloux qui lui contestent la gloire de sa découverte. Cette somme révèle des épisodes jusqu'ici inconnus de la vie du savant, notamment les années passées à Grenoble où les guerres napoléoniennes et la Restauration eurent un fort retentissement.
Champollion ne fut pas seulement un savant hors de pair ; de l'avis de ses contemporains, il avait aussi une « belle âme ». Fidèle en amitié et en amour, il se passionna pour l'éducation des enfants. Intègre dans des temps troublés, il fit toujours preuve d'un patriotisme ardent. Avec l'aide d'un frère admirable ? Champollion-Figeac ?, il se construisit en même temps que la France des temps nouveaux.
Champollion ressort de ce livre démystifié mais plus extraordinaire encore, attachant et étrangement moderne. Sa vie est celle d'un génie précoce, poussé par sa famille et ses maîtres, reconnu contre vents et marées. Sans fortune, inquiet de son avenir personnel, malheureux dans sa vie sentimentale, en butte à un pouvoir qui lui retira plusieurs fois son emploi, il n'abandonna jamais son rêve égyptien et réussit face à des rivaux plus favorisés que lui. Il fut bien l'enfant prodige de l'égyptologie.
Présentation de l'éditeur

Alain Faure, historien dauphinois, est originaire de Vif, près de Grenoble, où Champollion aimait à se reposer dans la maison de campagne de son frère. Son livre est le fruit de longues recherches sur les documents originaux détenus par plusieurs grandes bibliothèques et dépôts d'archives en Europe. Ainsi a-t-il pu suivre avec minutie les pas de l'égyptologue à Figeac, Paris, Grenoble, Genève, en Italie et en Egypte et écrire une monumentale biographie appelée à devenir un classique.

La révolution hongroise de 1956. Journal d'un témoin

La révolution hongroise de 1956. Journal d'un témoin
Turbet-Delof Guy
Ed. Ibolya Virag

Lorsque survient la révolution hongroise de 1956, Guy Turbet-Delof vit et travaille à Budapest depuis dix ans comme conseiller culturel et directeur de l'Institut français. Il parle le hongrois et suit avec passion ces moments dramatiques.
Rédigé sur le vif, son Journal relate les événements heure par heure, du 23 octobre 1956, date de la première manifestation en solidarité avec les Polonais, jusqu'au 27 janvier 1957, alors que les militaires soviétiques organisent la répression des derniers maquis.
Restées inédites pendant quarante ans, ces pages apportent une vision neuve sur cette révolte prophétique qui a été la première déchirure dans le Rideau de fer.
Comme l'écrit François Fejtö dans sa préface, parmi les quelque 450 livres et témoignages publiés sur la révolution hongroise, le Journal de Guy Turbet-Delof se distingue par sa fraîcheur, la richesse de son information et l'excellence de son analyse.
Présentation de l'éditeur

Histoire humaine et comparée du climat. Canicules et glaciers XIIIe - XVIIIe siècles

Couverture non disponible
Le Roy Ladurie Emmanuel
Ed. Fayard

Cinq siècles de changements climatiques

Si nous avions été tentés de l'oublier, l'été 2003 serait venu nous le rappeler avec violence : le climat joue sur la vie humaine un rôle aussi ? voire plus ? fort que les bouleversements géologiques, les guerres et les épidémies (encore n'est-il pas rare d'observer entre certains de ces phénomènes et le temps qu'il fait une constante interaction).
Dans des sociétés de subsistance comme celles de nos pays jusqu'à la fin du xviiie siècle, les réchauffements et/ou les refroidissements, les excès ou déficits pluviométriques ont des effets directs sur les récoltes (en particulier le froment), les vendanges, l'état du bétail, la présence (ou non) de la dysenterie. De surcroît, les tendances lourdes ? du XIIe au XVIIIe siècle s'observe ainsi un « petit âge glaciaire », donc de refroidissement ? connaissent elles-mêmes des cycles et des variantes de plus faible amplitude. La taille changeante de certains glaciers au cours des âges comme les informations données par les anneaux des arbres ou les témoignages humains nous montrent bien que le climat ne fonctionne pas comme une horloge : telle année à hiver rigoureux connaît un été caniculaire, telle autre subit une pluviosité catastrophique des mois durant et en toutes saisons ; plusieurs mois de gel ne donnent pas forcément des moissons calamiteuses, il arrive qu'un été sec et brûlant ? on en a repéré plusieurs dizaines depuis le xiiie siècle ? fasse moins de dégâts qu'une humidité prolongée.
Reliés à l'histoire générale avec ses soubresauts divers (géopolitiques, politiques, guerriers) et ses évolutions techniques, les événements climatiques apparaissent comme le « donné de base » par excellence de l'Histoire, comme la trame même de l'étoffe sur laquelle l'humanité inscrit sa destinée, certes autonome.
Abondant en détails représentatifs d'une situation ou bien curieux par eux-mêmes, s'inscrivant en contrepoint d'une longue durée qui s'étend à l'échelle européenne et sur plus de cinq siècles, l'immense travail d'Emmanuel Le Roy Ladurie (qui sera suivi sous peu d'un second volume : xviiie-xxe siècle) redistribue les cartes : avec un souffle braudélien, il remet à leur juste place l'écume des jours et les grandes houles. Il nous invite à lire l'histoire autrement. L'exercice est roboratif?

Véritable créateur de l'histoire du climat (Histoire du climat depuis l'an mil, Flammarion, 1967), Emmanuel Le Roy Ladurie, membre de l'Institut, professeur émérite au Collège de France, est l'un des historiens contemporains les plus féconds et ses curiosités sont universelles. De Montaillou, village occitan (1975) à Saint-Simon et le système de la Cour (1997) et aux voyages de Félix et Thomas Platter (1995, 2000) sans oublier L'Etat royal (tomes II et III de l'Histoire de France), il a publié de très nombreux livres qui tous ont fait date et connu un grand succès.